Un latéral en perte de vitesse
Ricardo Rodriguez, le côté gauche de la défense suisse

Le latéral de 29 ans a souffert face aux Italiens. Il a provoqué un pénalty, sauvé par Sommer. Dans un système à quatre défenseurs, le Zurichois affiche ses limites.
Publié: 06.09.2021 à 14:14 heures
10 - Ugo Curty - Journaliste Blick.jpeg
Ugo CurtyJournaliste Blick

En quelques secondes, l’équipe de Suisse aurait pu tout perdre face à l’Italie dimanche à Bâle (0-0). Au retour des vestiaires, Ricardo Rodriguez s’est rendu coupable d’un enchaînement catastrophique (51e). Il a d’abord relancé le ballon dans les pieds de Ciro, immobile dans l’axe.

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.


Le latéral s’est ensuite lancé dans un tacle désespéré pour récupérer sa bourde devant Domenico Berardi. Encore raté puisqu’il a fauché le pied de l’Italien. Une intervention qui a provoqué un penalty.

Esposito l’avait annoncé

La sanction réparatrice a été validée (à juste titre) par l’arbitre vidéo mais pas par Yann Sommer. Excellent ce dimanche soir, le portier suisse s’est interposé devant Jorginho avec brio. Point d’orgue d’une nouvelle prestation de grande classe avec la Nati.

Si Ricardo Rodriguez a été sauvé par son gardien sur ce coup, cet arrêt décisif n’a pas effacé l’impression générale dégagée par le numéro 13. Son manque de vitesse et ses erreurs en font le maillon faible de la défense suisse. Il n’a réussi que 19 passes face à la Squadra Azzurra, contre un total de 40 pour son homologue italien Emerson (qui lui a disputé toute la rencontre).

Lorsque Murat Yakin avait annoncé sa volonté de passer à quatre défenseurs, le nom de Ricardo Rodriguez était rapidement arrivé sur le tapis. C’était même la principale préoccupation d’Antonio Esposito, ancien coéquipier du «Muri» à Bâle et GC, qui officie désormais comme consultant sur la télévision tessinoise.

Des alternatives romandes

Des inquiétudes légitimes qui se sont matérialisées dès dimanche face aux Italiens. Le joueur du Torino sort pourtant d’un Euro réussi… dans un autre système tactique. Il occupait le côté gauche d’une défense à trois (3-5-2), laissant le couloir à Steven Zuber pour l’animation offensive. Ainsi caché, et contraint à un rôle plus défensif, l’ancien champion du monde M17 parvenait à faire bonne figure. Ses défauts sont devenus criards lorsqu’il occupe (seul) le flanc gauche de l’arrière-garde de la Nati (en 4-1-4-1).

Publicité

Ricardo Rodriguez a été remplacé à l’heure de jeu par Ulisses Garcia contre l’Italie. Le Genevois – qui était encore réserviste au début de la semaine – a été moins fringant que lors de son entrée en jeu face à la Grèce mercredi. Ce qui pose la question des alternatives (limitées) à disposition de Murat Yakin. Le plan «C» serait d’aligner le droitier Jordan Lotomba sur le côté gauche. Une option que «Muri» n’a pas encore testée, laissant le Vaudois de Nice sur le banc dimanche. Reste qu’il faudra rapidement trouver une solution si le sélectionneur veut persister dans sa volonté d’aligner une équipe avec quatre défenseurs.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la