Yann Sommer encore décisif
«Sur le pénalty, j'ai envoyé des mauvaises ondes»

La Suisse a réussi ses débuts sous les ordres de son nouvel entraîneur Murat Yakin. Après le partage des points contre l'Italie (0-0), les sourires étaient de mise sur les visages des joueurs suisses.
Publié: 05.09.2021 à 23:38 heures
|
Dernière mise à jour: 05.09.2021 à 23:44 heures
1/4
Les Suisses peuvent se réjouir du nul contre l'Italie.

«Quelque part, ce n'est pas normal que nous ayons réussi une telle performance», lâchait, hilare, Yann Sommer. Le portier relevait au micro de la RTS que la performance était immense après une semaine chaotique.

«C'est incroyable que nous ayons réussi à avoir une telle possession de balle avec une équipe si inhabituelle, a-t-il déclaré. Cela devait faire trois ans que Fabian Frei n'était plus revenu.»

Le portier de Mönchengladbach est aussi revenu sur le penalty de Jorghino qu'il a arrêté. «Je lui ai envoyé des mauvaises ondes», s'amusait le Bâlois.

Fabian Frei épuisé

De son côté, Fabian Frei, l'appelé de la dernière heure, relevait son degré d'épuisement après un match plein. «J'ai essayé de donner le maximum. Je crois que j'ai réussi à montrer quelques qualités», relevait le milieu du FC Bâle.

«Mes coéquipiers de club avaient quatre jours de congé, mais je n'aurais manqué pour rien au monde ce match. Cela dit, je ne sais pas comment je pourrais jouer dans trois jours....»

La satisfaction de Murat Yakin

Manuel Akanji, patron de la défense, soulignait la bonne prestation de l'équipe. «Nous avons beaucoup mieux joué que lors de notre match de l'Euro contre l'Italie. A la fin, nous étions morts de fatigue. Nous avons montré que nous pouvions tenir. Le milieu de terrain a fourni un super job.»

Publicité

«Nous avons su trouver des solutions contre un adversaire d'un très grand calibre», savourait Murat Yakin. «Les statistiques montrent que nous n'avons pas été si dominés que ça. On a gagné le respect de notre adversaire.»

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la