Mario Gavranovic se lâche
«Il y a un mécontentement collectif au sein de la Nati»

Mario Gavranovic (34 ans) a annoncé sa retraite cette semaine. Lors de sa «dernière apparition médiatique pour le moment», il s'est longuement exprimé sur sa période en tant que joueur de l'équipe nationale, ainsi que sur le climat actuel au sein de la Nati.
Publié: 23.03.2024 à 16:34 heures
|
Dernière mise à jour: 23.03.2024 à 17:00 heures
1/6
Dans le cadre de sa retraite, Mario Gavranovic parle aussi longuement de son temps passé en équipe nationale.
RMS_Portrait_AUTOR_909.JPG
Carlo Emanuele Frezza

Mario Gavranovic (34 ans) a disputé plus de 500 matches dans sa carrière professionnelle. Cette semaine, il a annoncé sa retraite. Il a parlé de son avenir. Et de son passé. Et de plusieurs autres thèmes, dont l'équipe de Suisse.

Son plus grand moment

«Le huitième de finale de l'Euro remporté contre la France en été 2021 a certainement été le moment le plus émouvant de toute ma carrière. Parce que cela signifiait tellement pour moi et pour la nation. Mais le penalty arrêté par Yann Sommer a été encore plus beau que mon but du 3-3 à la 90e minute, qui nous a assuré les prolongations. Là, nous avons tous éclaté de joie».

Sa plus grande déception

«Il y en a deux. L'une a suivi de quelques jours le plus grand succès: le quart de finale de l'Euro perdu contre l'Espagne aux tirs au but. Mais personnellement, la déception a été encore plus grande lors de la Coupe du monde 2014. J'avais fait une bonne saison avec le FC Zurich, mais j'ai tout juste réussi à entrer dans le groupe. Bien que je me sentais en très bonne forme, je n'ai pas joué. Et puis, je me suis déchiré le ligament croisé antérieur à l'entraînement. C'était le moment le plus dur de ma carrière».

Son statut au sein de l'équipe nationale

«Je suis fier de ce que j'ai montré en équipe nationale sur une période de onze ans (2011 à 2022, ndlr). Mon taux de buts est plutôt bon. Et j'ai aussi marqué des buts dans des matches importants. Mais bien sûr, il y a eu des moments où je me sentais bien et où je marquais beaucoup de buts, mais je me demandais pourquoi je ne jouais pas plus souvent. Mais je n'ai jamais posé de problèmes - au contraire. J'ai toujours respecté les décisions des entraîneurs. Vladimir Petkovic était le meilleur entraîneur que la Suisse pouvait avoir à ce moment-là».

La Nati actuelle

«Nous nous sommes qualifiés pour l'Euro. Dans un groupe où nous devions nous qualifier. L'objectif a été atteint. Espérons toutefois qu'il y aura bientôt de meilleurs résultats que ceux obtenus récemment. Je ne peux pas dire grand-chose sur l'équipe, car je ne suis pas assez proche. Mais les joueurs avec lesquels j'ai discuté m'ont parlé d'un mécontentement collectif par rapport à la manière dont les choses se sont passées récemment. Mais je préfère m'arrêter là. Je ne veux pas en dire plus».

Sur les joueurs de la Nati originaires du Tessin

«Ils ne manquent pas seulement dans la Nati. De manière générale, il y a peu de talents tessinois qui parviennent à se hisser en Super League. Je pense que c'est un problème plus profond et qu'il commence chez les tout jeunes. Mais je ne suis pas la bonne personne pour en juger de manière définitive. Il faut tout de même se poser des questions sur le fait qu'à Zurich, Berne, Bâle et Genève, il y a toujours des talents qui deviennent grands et pas ici chez nous».

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la