«C'était un moment magique»
En panne offensivement, Servette a pu compter sur Steve Rouiller

Servette s'est procuré beaucoup d'occasions lors de son match face à Genk, mais n'a pas pu glisser la balle au fond. Jusqu'à cette tête de Steve Rouiller, qui a permis aux Genevois d'égaliser.
Publié: 26.07.2023 à 07:56 heures
Steve Rouiller a inscrit le seul but genevois de la soirée.
Blick_Matthias_Davet.png
Matthias DavetJournaliste Blick

Longtemps, on a cru au Stade de Genève que Servette n'allait jamais trouver la faille face à Maarten Vandevoordt. Les attaquants et les milieux genevois ne parvenaient pas à prendre le dessus sur le dernier rempart de Genk et, si c'était le cas, un défenseur belge ou le poteau était là pour repousser les tentatives.

Cas le plus flagrant, Enzo Crivelli a buté sur le portier de 21 ans après s'être pourtant magnifiquement emmené le ballon et offert un 1 contre 1 (56e). Mais l'avant-bras gauche de Maarten Vandevoordt disait non.

Travailler la finition

«Nos attaquants ont créé beaucoup d'occasions, analyse René Weiler, l'entraîneur servettien, après la rencontre. Ils ont donc fait le boulot. A la fin, il faut certes essayer de marquer des buts mais c'est le plus difficile dans le foot. Je suis déjà content qu'on ait créé ces occasions, c'est la base. Maintenant, on va travailler la finition à l'entraînement.»

Pour cet aspect, René Weiler et les attaquants de Servette peuvent peut-être demander un coup de main (ou de tête, en l'occurrence) à Steve Rouiller. Car c'est lui, le défenseur central, qui a surgi sur un coup franc à la 77e pour égaliser dans cette rencontre et sceller le score final (1-1). «Je suis content pour lui car il a un très bon jeu de tête, sourit son coach. Et surtout, Genk était fort sur les balles arrêtées et on a égalisé sur cette phase de jeu.»

«Une soirée dont je me souviendrai toujours»

Après la rencontre, le capitaine Jérémy Frick n'était pas étonné que ce soit Steve Rouiller qui ait trouvé l'ouverture: «En championnat, c'est toujours lui qui touche les ballons sur coup de pieds arrêtés… Il les attire.» Le gardien grenat avoue que «Steve n'est pas un très grand joueur en taille, mais il a un timing impressionnant».

Et le principal intéressé, que pense-t-il de son but? Ce n'est quand même pas tous les jours qu'on marque en (qualifications de la) Champions League. «C'est clairement quelque chose de spécial, d'unique, souffle le défenseur central après la rencontre. Forcément, avec la Tribune nord en face, c'était un moment magique pour moi… et pour l'équipe.» Porté par la ferveur du public, Steve Rouiller admet que «ce sera une soirée dont je me souviendrai toujours».

Publicité

L'homme qui a marqué son 12e but avec Servette ne compte pas en rester là: «J'espère reproduire cette performance.» Et pourquoi pas mercredi prochain, sur la pelouse de Genk pour le match retour? Steve Rouiller en rigole. «Mais si j'ai l'occasion de le faire, je ne vais pas m'en priver.» Le rendez-vous en terres belges est pris.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la