Abattu devant tout le monde
Un chef hindou radical tué par balle dans un site sacré sikh en Inde

Un dirigeant hindou radical a été tué par balle vendredi dans un lieu sacré pour les Sikhs en Inde, a annoncé la police. Il protestait contre ce qu'il affirmait être une profanation d'idoles de sa religion.
Publié: 05.11.2022 à 06:38 heures
La ville d'Amritsar abrite le sanctuaire le plus sacré de la foi sikh, le temple d'or (archives).

Sudhir Suri, 58 ans, chef autoproclamé d'un groupe religieux fondamentaliste, le Hindu Shiv Sena, a été tué dans la ville d'Amritsar, qui abrite le sanctuaire le plus sacré de la foi sikh, le temple d'or.

Le sikhisme est une religion monothéiste apparue au XVIe siècle dans le nord-ouest de l'Inde avec la volonté de dépasser les clivages entre les deux religions majoritaires dans le pays, l'hindouisme et l'islam.

«L'agresseur est arrivé sur place et l'a tué par balle devant tout le monde», a déclaré un haut responsable de la police, en précisant que Sudhir Suri avait reçu plusieurs balles. Le meurtrier a été arrêté sur les lieux. Il portait une arme autorisée.

Sudhir Suri, qui, selon les médias locaux, bénéficiait d'une protection policière, suscitait la colère de nombreux Sikhs qui l'accusaient de faire des remarques désobligeantes sur leur foi et leur communauté.

Accusations de dénigrer les femmes et leur foi

Selon les médias, il a été abattu alors qu'il protestait contre ce qu'il prétendait être la découverte d'idoles hindoues profanées dans une décharge de la ville.

En 2020, Sudhir Suri avait été arrêté après que des membres en colère de la communauté sikh en Inde et à l'étranger l'avaient accusé de dénigrer les femmes et leur foi dans une vidéo largement partagée sur les médias sociaux. Il a de nouveau été interpellé pour des accusations similaires en juillet.

Publicité

La protection des sanctuaires est une question très sensible chez les Sikh et la consommation de tabac, d'alcool ou de drogues sur un lieu saint est considérée comme un acte grave de profanation.

L'ancienne première ministre indienne Indira Gandhi avait été assassinée par ses gardes du corps sikhs en 1984, après avoir ordonné un violent assaut de l'armée contre le temple d'Or pour en chasser des indépendantistes sikhs.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la