Témoignage d’un lecteur de Blick
Comment Simon a surmonté une dette de 20’000 francs

En quelques jours, Simon est passé d’une situation financière confortable à devoir compter ses sous et se priver de certains loisirs. Voici son histoire.
Publié: 08.07.2024 à 00:00 heures
|
Dernière mise à jour: 08.07.2024 à 17:16 heures
Article rémunéré, présenté par Yuh

Tout commence par un après-midi de novembre 2023. Simon constate, lors de sa pause de midi, qu'il a reçu un courriel d'un service auquel il est abonné. Il est question de mettre à jour ses informations bancaires, afin de procéder au paiement de l'abonnement. Le jeune homme, âgé de 28 ans, clique sur le lien, remplit le questionnaire et continue sa journée. «Je ne me suis douté de rien», explique-t-il. 

Ce n'est que le lendemain que Simon se rend compte que ses cartes de crédit ont été pillés. Et pire encore, il se retrouve avec un découvert de 20'000 francs à devoir rembourser. 

C'est un choc pour ce jeune logopédiste. Il est donc obligé de rembourser ce découvert... Mais avec quel argent? 

Alors qu'il envisage plusieurs possibilités pour trouver des fonds, Claire, sa copine, lui propose de lui prêter l'argent. Simon accepte, mais s'impose une condition: la rembourser au plus vite! 

Même si cette dernière lui annonce d’emblée qu’il n’a pas besoin de se précipiter pour lui rendre cet argent, Simon veut avoir l’esprit tranquille au plus vite. «Je me suis tout de suite fixé comme objectif de lui rendre au moins 2500 francs par mois!» Une somme considérable, pour cet employé qui travaille alors à 80%. «Je ne voulais pas qu’elle ait un jour besoin d’argent et qu’à cause de ce prêt elle se retrouve elle-même dans la difficulté ou qu’elle soit stressée parce qu’elle n’a plus son pécule d’urgence!»

Un plan clair pour remplir son objectif

Assez vite, un de ses amis lui conseille de faire un budget. Dès lors, il commence à noter dans un fichier excel toutes ses dépenses pour voir où il va pouvoir économiser de l’argent. Simon fait le calcul et constate que ses assurances, ses impôts et son loyer lui coûtent environ 3000 francs par mois. En remboursant 2500 francs à sa copine, de son salaire de tout juste 6000 francs, il ne lui reste alors que 400 ou 500 francs, selon les mois, pour manger, s’habiller, payer ses loisirs et son essence. 

Simon limite ses dépenses. Il freine sur les sorties et n'achète plus de jeux-vidéo. Et pour pouvoir boucler ses fins de mois, il prend aussi certaines décisions radicales: «J’ai assez vite décidé de me passer d’un abonnement Netflix. Certes, ce n’est qu'une vingtaine de francs par mois, mais à coup de 20 francs par-ci, 20 francs par-là, on arrive à économiser beaucoup d’argent.» 

Il se passe aussi d’un abonnement de badminton, ce qui lui fait économiser 500 francs pour l’année 2024. «Je ne me laisse pas mourir pour autant, j’ai trouvé d’autres façons de rester en forme! Bouger c’est important pour moi.»

Serrage de ceinture au début du printemps

En février et mars, Simon galère davantage. Il a demandé à augmenter son taux de travail, mais sans succès jusqu’à maintenant. Et en plus, il déménage et reçoit sa facture d'impôts. «J’ai eu un mois où je n’avais, au lendemain du versement de mon salaire et du paiement de mes charges fixes, plus que 200 francs sur mon compte.» 

Ces mois-là, il ne pourra pas tenir son engagement à hauteur de 2500 francs, mais remboursera quand même une partie du prêt. 

«Pendant cette période, j’ai appris à me contenter uniquement de ce dont j’avais besoin, commente le jeune homme. J’ai réfléchi à deux fois à ce que je pouvais me permettre de m’acheter. Pas question de succomber à une jolie action sur Digitec ou à acheter le dernier jeu vidéo!» Il a aussi appris à faire plus attention quand il fait ses courses. À regarder davantage les rabais et le «vrai» prix des marques. 

YUHLEARN: TOUT SAVOIR POUR MIEUX GÉRER VOTRE ARGENT!

Plus d’un demi-million de Suisses-ses sont comme Simon et savent ce que signifie être endetté. Et comme le prouve ce témoignage, cela peut aller très vite pour passer d'une situation confortable à un moment de dèche. 

L'endettement, c'est un sujet que Yuh a décrypté en profondeur au travers de trois articles sur sa plateforme Yuhlearn: il y est question de comprendre les dettes, savoir comment les éviter et se sortir de la spirale de l'endettement. 

L'un des articles présente même 7 règles d’or pour garder vos comptes dans le positif.

Plus d’un demi-million de Suisses-ses sont comme Simon et savent ce que signifie être endetté. Et comme le prouve ce témoignage, cela peut aller très vite pour passer d'une situation confortable à un moment de dèche. 

L'endettement, c'est un sujet que Yuh a décrypté en profondeur au travers de trois articles sur sa plateforme Yuhlearn: il y est question de comprendre les dettes, savoir comment les éviter et se sortir de la spirale de l'endettement. 

L'un des articles présente même 7 règles d’or pour garder vos comptes dans le positif.

Le bout du tunnel

En avril, la fin du mois est moins pénible: en effet Simon a réussi à augmenter son taux de travail de 80% à 100%. En 7 mois, au jour de ce témoignage, il aura quand même pu rembourser déjà 15’000 francs à sa copine, en lui rendant entre 1000 et 2500 francs tous les mois. Une belle part de la somme en un temps aussi court! 

Depuis sa dette, Simon a repensé totalement son rapport à l’argent. «J’ai l’impression que ça m’a fait grandir, déclare-t-il. Je suis passé d’un statut d’enfant gâté, qui ne se refusait presque rien à un adulte qui y regarde à deux fois avant d’acheter quelque chose dont il n’a pas forcément besoin.»

Désormais, alors qu’il aperçoit au loin la fin des remboursements de sa dette, le jeune homme a un objectif financier: «Tout d’abord, je veux stabiliser mes finances et pouvoir avoir au moins trois mois de salaire de côté pour faire face aux imprévus. Et ensuite, j’aimerais faire un plan pour devenir un jour propriétaire de mon logement. Mais une chose est sûre: je ne veux plus jamais me retrouver à nouveau dans cette situation! Intérieurement, je ne me sentais pas bien…»

Mieux voir sa situation financière

Si la plupart des gens est comme Simon et n’aime pas être endetté.e, ce dernier avoue qu’une chose l’a beaucoup aidé: faire un budget. «Je ne peux que conseiller à tout un chacun de projeter ses dépenses. Ainsi, on peut avoir une vision claire de ce qu’il nous faut au minimum pour vivre et de combien on peut alors dépenser ou économiser.» 

Un bon début pour se mettre à faire un budget, c'est de s'équiper des bons outils! Pour gérer vos finances, une app comme Yuh, par exemple, vous permet de garder une vue d'ensemble sur vos dépenses et votre épargne!

Yuh: une app pour tout gérer, avec des frais moindres

Yuh, c’est quoi? C’est un app qui est là pour toi au quotidien pour réaliser tes opérations financières et bancaires. 

C'est un compte sur lequel chaque personne est libre de choisir quand, où et comment elle souhaite gérer son argent – et ce, aussi facilement que possible. L’app Yuh est simple et intuitive. Elle vous permet de payer vos factures, d’économiser, par exemple en faisant un plan d'épargne, et d’investir dans des actions directement depuis votre smartphone, aussi de façon récurrente, chaque mois. Elle a été développée par PostFinance et Swissquote et se télécharge sur les App Stores d’Apple et de Google.

Et un gros avantage de Yuh, c'est la transparence sur les frais bancaires, qui, bien souvent, sont tout simplement de 0.-! 

Yuh, c’est quoi? C’est un app qui est là pour toi au quotidien pour réaliser tes opérations financières et bancaires. 

C'est un compte sur lequel chaque personne est libre de choisir quand, où et comment elle souhaite gérer son argent – et ce, aussi facilement que possible. L’app Yuh est simple et intuitive. Elle vous permet de payer vos factures, d’économiser, par exemple en faisant un plan d'épargne, et d’investir dans des actions directement depuis votre smartphone, aussi de façon récurrente, chaque mois. Elle a été développée par PostFinance et Swissquote et se télécharge sur les App Stores d’Apple et de Google.

Et un gros avantage de Yuh, c'est la transparence sur les frais bancaires, qui, bien souvent, sont tout simplement de 0.-! 

Présenté par un partenaire

Cet article a été réalisé par Ringier Brand Studio à la demande d'un client. Les contenus ont été préparés de manière journalistique et répondent aux exigences de qualité de Ringier.

Contact : E-mail à Brand Studio

Cet article a été réalisé par Ringier Brand Studio à la demande d'un client. Les contenus ont été préparés de manière journalistique et répondent aux exigences de qualité de Ringier.

Contact : E-mail à Brand Studio

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la