Record du monde de Warholm
«J'aurais pu mourir pour cette médaille d'or»

Le Norvégien Karsten Warholm s'est paré d'or sur 400 m haies aux JO de Tokyo en améliorant de 76 centièmes son record du monde pour le porter à 45''94. Deuxième en 46''17, l'Américain Rai Benjamin a également fait nettement mieux que l'ancien record.
Publié: 03.08.2021 à 06:14 heures
|
Dernière mise à jour: 03.08.2021 à 10:16 heures
1/8
45''94: Karsten Warholm n'en croit pas ses yeux.
ATS/Blick

Titré aux Européens de Berlin 2018 en 47''64 puis aux Mondiaux de Doha 2019 en 47''42, Karsten Warholm a réalisé la course parfaite mardi matin pour s'offrir un doublé titre olympique/record du monde toujours appréciable. Il imite ainsi Kevin Young, dont la marque établie aux JO de Barcelone en 1992 aura tenu près de 19 ans.

Le prodige Norvégien avait longtemps semblé se heurter à un mur, échouant à deux reprises tout près de l'ancien record de Kevin Young (46''87 à Stockholm en 2020, 46''92 à Zurich en 2019) avant de le battre enfin pour huit centièmes le 1er juillet dernier à Oslo (46''70). Ce mur a volé en éclats mardi matin.

«J'aime ce que je fais»

«J'aurais pu mourir pour cette médaille d'or. Je le pense vraiment», a affirmé le héros du jour au micro de la RTS, quelques minutes après son exploit. «J’ai fait quelque chose de vraiment grand. C'était une course historique. Il me faudra quelques jours pour digérer tout ça. Battre le record olympique, le record du monde et gagner la médaille d'or, je vais garder ce moment avec moi tout ma vie. J'aime ce que je fais, j'aime ma vie et je vais faire encore plein de belles choses dans le futur.»

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Karsten Warholm, qui avait ouvert son palmarès en devenant champion du monde à Londres en 2017, a il est vrai été poussé dans ses derniers retranchements par Rai Benjamin. L'Américain a abaissé de 0''66 son record personnel réalisé lors des Trials. Troisième en 46''72, le Brésilien Alison dos Santos complète ce podium historique.

Mihambo remporte la longueur

Championne d'Europe en 2018 et du monde en 2019, Malaika Mihambo a elle aussi ajouté un titre olympique à son palmarès, triomphant à la longueur. Quatrième en 2016 à Rio, l'Allemande de 27 ans a arraché l'or à son dernier essai, mesuré à 7m00. Elle ne pointait qu'au 3e rang avant son ultime tentative, avec 6m95.

Championne olympique en 2012 à Londres et 2e à Rio, Brittney Reese s'est offert à 34 ans une troisième médaille olympique en atterrissant à 6m97. Le bronze est revenu à la Nigériane Ese Brume, 6m97 également mais devancée en raison d'un deuxième essai moins bon que celui de l'Américaine.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la