Pour un voyage unique
Voici comment faire de ta visite au Lauberhorn une expérience unique

La descente du Lauberhorn est l'une des plus importantes classiques de la Coupe du monde de ski. Nous te disons tout ce qu'il faut savoir pour s'y rendre dans les meilleures conditions.
Publié: 10.01.2024 à 08:16 heures
1/5
Environ 10 000 spectateurs se rassemblent à Girmschbiel lors de la descente du Lauberhorn.
Stefan Meier

La 94e édition des courses internationales du Lauberhorn aura lieu mi-janvier. Ceux qui souhaitent vivre cette classique du ski sur place trouveront ici les principales informations et de précieux conseils pour que leur visite soit une expérience inoubliable.

Programme

  • Jeudi 11 janvier : descente (12h30, course de remplacement pour Beaver Creek)
  • Vendredi 12 janvier : Super-G (12h30)
  • Samedi 13 janvier : Descente du Lauberhorn (12h30)
  • Dimanche 14 janvier : Slalom (10h15/13h15)

Où regarder la course ?

La question la plus importante avant de se rendre au Lauberhorn: où veux-tu suivre la descente? En principe, il existe quatre options.

  • Aire d'arrivée: la variante la plus simple, facilement accessible à pied depuis Wengen (environ 25 minutes). Dans la tribune, on suit les temps et les courses sur grand écran. De plus, on peut voir les derniers mètres en vrai, lorsque les coureurs quittent le S pour se diriger vers la ligne d'arrivée. La piste du slalom est visible depuis la pente raide jusqu'à l'arrivée. Il y a évidemment aussi de la nourriture et des animations, ainsi qu'un speaker qui accompagne la course.
  • Girmschbiel: ambiance grandiose, un joli bout de course visible. C'est dans la fan zone en dessous du Hundschopf qu'il y a le plus à voir (attention, uniquement pour les courses de vitesse). On suit les coureurs lorsqu'ils survolent le légendaire saut, maîtrisent ensuite la Minschkante et s'élancent en direction du Kernen-S via le Canadian Corner. «C'est notre chaudron. Près de 10'000 spectateurs sont présents sur la pente, c'est une ambiance unique», déclare le directeur du Lauberhorn Andreas Mühlheim. En plus de la course, il y a de la restauration, des animations, des écrans géants et des speakers.
    La fan zone est facilement accessible en télécabine et en téléphérique depuis Grindelwald. Mais on se trouve au milieu des montagnes, sur une pente de neige. Il faut donc être équipé différemment que dans l'aire d'arrivée (voir plus bas sous équipement).
  • Arène VIP Canadian Corner: directement à côté du Girmschbiel et encore plus proche de l'action. «On entend quasiment les coureurs jurer et souffler», rigole Andreas Mühlheim. Cela a bien sûr un prix (voir plus loin dans les billets).
  • Zone de départ/piste : Seules les personnes équipées de skis ou de snowboard peuvent y accéder. Le télésiège du Lauberhorn (également utilisé par les coureurs) permet d'accéder à l'aire de départ, où il n'y a pas de stands de ravitaillement ou autres. Par contre, le panorama y est impressionnant avec l'Eiger, le Mönch et la Jungfrau.
    Depuis le départ, les visiteurs peuvent assister aux courses de vitesse le long du parcours. Jusqu'au saut Russi et de là jusqu'au Hundschopf, il est possible de skier à côté de la piste. Au Hundschopf, il est également possible de se restaurer. Plus bas, les passages de Langentrejen, l'entrée de Haneggschuss, Seilersboden ou Silberhornsprung permettent d'accéder à la piste.

Arrivée

Il est préférable d'utiliser les transports publics pour se rendre sur place. Les trajets sont inclus dans tous les billets au départ d'Interlaken Ost. Les courses du Lauberhorn proposent un aperçu des différentes possibilités d'arrivée sur un plan d'ensemble sous ce lien. Les possibilités sont brièvement résumées ici.

  • Zone d'arrivée: Le plus simple est d'arriver par Wengen. Le village est accessible en train depuis Lauterbrunnen. De là, il faut continuer à pied jusqu'à l'aire d'arrivée. Il faut compter environ 25 minutes.
  • Girmschbiel/Canadian Corner: Les organisateurs recommandent de se rendre à Girmschbiel via Grindelwald. Du terminal, prendre la télécabine via le glacier de l'Eiger jusqu'à la petite Scheidegg. Le train de la gare de Grindelwald y mène également. Mais cela prend un peu plus de temps. Ensuite, il faut prendre le train jusqu'à la station Wengneralp. Après cinq minutes de marche, on arrive à la zone des fans.
  • Zone de départ: il faut ici un équipement de ski ou de snowboard et un forfait de ski. Le départ est accessible depuis la petite Scheidegg via le télésiège du Lauberhorn.
  • Vols en hélicoptère:Air-Glaciers AG et Swiss Helicopter AG proposent des vols en hélicoptère vers la zone de départ. Là aussi, un équipement de sports d'hiver est obligatoire. Les vols sont disponibles à partir de 130 francs par personne. Il est obligatoire de réserver à temps.
  • Timing: Que ce soit au départ de Lauterbrunnen ou de Grindelwald : Il est important d'arriver à temps. «Plus on arrive tôt, mieux c'est», précise le directeur des épreuves oberlandaises. Dès 8 heures du matin, il se peut que l'on doive faire la queue. Si l'on veut monter sur la montagne après 9 heures, il faut s'attendre à de longues files d'attente. Les premières télécabines au départ de Grindelwald partent à 7h30. Les trains au départ de Grindelwald et de Lauterbrunnen sont déjà en route avant 7 heures. Ceux qui sont tôt à la montagne en ont pour leur argent. «Il y a déjà partout la possibilité de se restaurer».
Publicité

Expériences

Outre le spectacle sportif sur la piste de course, il y a aussi beaucoup à vivre au Lauberhorn en dehors des courses.

  • Fondue: remuer le fromage chaud à 1899 mètres d'altitude? Pour beaucoup, la fondue à Girmschbiel fait tout simplement partie du folklore. C'est en tout cas une expérience culinaire qui rend la visite du Lauberhorn unique.
  • La Patrouille Suisse: Si le temps le permet, les jets de la Patrouille Suisse tonneront environ une heure avant la course au-dessus des fans dans l'aire de départ et sur Girmschbiel, suscitant l'étonnement. À Girmschbiel, les avions semblent parfois si proches qu'on a l'impression de pouvoir les toucher.
  • Marche vers Wengen: De Girmschbiel, il est possible de se rendre à Wengen à pied après la course. Deux heures de marche, une petite migration des nombreux spectateurs. Certains se déplacent également en luge. Une alternative valable avec la prudence nécessaire.
  • Village de la Coupe du monde: le soir, le centre du village de Wengen est en effervescence. Remise des prix, des dossards et beaucoup de fêtes. Il y en aura pour presque tout le monde. Du chalet à fondue au chapiteau Röhrender Hirsch, où les jeunes visiteurs font la fête, en passant par les stands de restauration extérieurs. Pour les VIP, il y a des salons où l'on peut suivre la remise des prix bien au chaud.
  • Rencontrer des coureurs et des célébrités: Wengen est une station sans voitures. Par conséquent, les coureurs et les visiteurs célèbres se déplacent à pied. «Ils marchent dans la rue du village, tout comme les spectateurs», explique Mühlheim. Il révèle une expérience particulière: «Pendant la semaine d'entraînement, chaque après-midi, les coureurs canadiens rencontrent les Américains sur la glace pour jouer au hockey».
  • Skier soi-même sur la piste: Mühlheim révèle que la piste est accessible aux amateurs de sports d'hiver à partir de Noël environ jusqu'au Nouvel An. «Cela n'existe nulle part ailleurs dans le monde». Même après la descente, la piste originale est à nouveau ouverte aux touristes - à partir de lundi et jusqu'à la fin de la saison.

Se restaurer

  • Boire: Presque partout, il est possible de se restaurer, mais il faut parfois s'accommoder de temps d'attente. Et il n'est pas toujours facile de monter et de descendre la pente à Girmschbiel. C'est pourquoi il est conseillé d'emporter au moins une partie de son propre ravitaillement. Des boissons chaudes aident à passer la longue matinée, idéalement sans alcool, indiquent les organisateurs. Il n'y a toutefois pas d'interdiction pour les alcools forts comme cette année à Kitzbühel. Les nombreux spectateurs transportent également des litres de vin, de bière ou d'eau sur la montagne.
  • La nourriture: La fondue que l'on apporte soi-même est particulièrement appréciée, mais on voit aussi partout en montagne des planchettes froides ou de la raclette. Il n'y a pas vraiment de limites à l'imagination. On trouve également suffisamment de nourriture dans les stands.
  • Déchets: pour se débarrasser des restes, de grands sacs de recyclage sont installés partout.
  • Les toilettes: Il y a également des toilettes mobiles sur la pente de Girmschbiel et bien sûr aussi dans l'aire d'arrivée.

Accessoires

Regarder la course à cette altitude est un défi. Le bon équipement facilite les choses.

Publicité
  • Pelle: pour se faire une bonne place dans la pente, une petite pelle à avalanche est utile. Ceux qui n'en ont pas ne doivent pas se décourager. Il est courant et évident pour la plupart des gens de s'aider aussi de Girmschbiel avec les différents accessoires.
  • Table: avec une luge transformée en table, la fondue est plus conviviale. Et si l'on ne doit pas la préparer dans la neige, la cuisson est également plus facile. Certains fans se présentent même avec une table de camping à Girmschbiel.
  • Réchaud à gaz: selon le temps, un réchaud peut être difficile à utiliser. Avec un réchaud à gaz, on est en tout cas mieux loti.
  • Coussin pour s'asseoir: La journée peut durer longtemps à Girmschbiel. Si l'on veut s'asseoir de temps en temps, un tapis de sol est le bienvenu.
  • Drapeaux: La mer de drapeaux à Girmschbiel est légendaire. Les fanions sont généralement distribués en haut. N'hésitez donc pas à les saisir si l'occasion se présente.
  • Très bons vêtements: selon le temps, il peut faire très mauvais à près de 2000 mètres d'altitude. Des vêtements de sport d'hiver chauds et résistants aux intempéries sont recommandés. Des chaussures robustes et chaudes valent également leur pesant d'or. Si vous voulez gravir la montagne en baskets, vous allez inévitablement souffrir. Une erreur qu'il faut éviter.

Billets

Les billets sont disponibles sur le site Internet des courses internationales du Lauberhorn. Le billet pour piétons du samedi coûte 95 francs (vendredi 85.-, dimanche 55.-). Avec le forfait de ski, c'est 30 francs de plus. Pour accéder à la tribune, il faut débourser 150 francs le samedi.

La Goldcard avec les délices de la cuisine VIP est disponible pour 350 francs (ven et dim 270.-).

Pour accéder à l'arène VIP Canadian Corner, il faut mettre la main à la poche. Le samedi est estimé à 930 francs, mais il est déjà complet. Sinon, l'entrée coûte 730 francs.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la