L'idylle Kilde-Shiffrin
«Entre Mikaela et moi, tout a commencé par une demande Facebook»

Beaver Creek est norvégien: Aleksander Aamodt Kilde est invaincu sur la piste américaine depuis deux ans. Non loin de là, il a également trouvé son grand bonheur personnel.
Publié: 01.12.2023 à 13:44 heures
1/5
Depuis un peu plus de trois ans, Mikaela Shiffrin et Aleksander Aamodt Kilde forment le couple de rêve du cirque blanc.
RMS_Portrait_AUTOR_1182.JPG
Marcel W. Perren

Bien qu'Aleksander Aamodt Kilde ait fait une impression saisissante lors des entraînements de descente à Beaver Creek, le Norvégien secoue la tête quelques heures après son deuxième essai sur la «Birds of Prey». «J'ai lu que certains entraîneurs et officiels considéraient la piste comme trop facile parce qu'elle n'était aussi glacée qu'à Bormio ou Kitzbühel. De tels commentaires m'énervent», fulmine le skieur de 31 ans.

Kilde qualifie également ces propos de «bêtise totale», car deux athlètes, le Canadien Broderick Thompson et le Chilien Henrik van Appen, ont lourdement chuté à l'entraînement. «Même verglas, la Birds of Prey fait partie des descentes les plus difficiles du monde.»

Et Kilde a marqué l'histoire de cette piste comme personne: au cours des deux dernières années, le Norvégien y a remporté quatre victoires: deux en descente, deux en Super-G. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles le skieur de haut niveau, qui a grandi dans la région d'Oslo, se sent particulièrement bien dans le Colorado. «Une partie de ma famille vit à Aspen, la femme de mon frère est originaire de Denver. Et mon grand amour Mikaela vit à Edwards, à 20 minutes de Beaver Creek.»

La première rencontre avec Shiffrin

Depuis un peu plus de trois ans, Aleksander Aamodt Kilde est en couple avec la détentrice du record de victoires (90) en Coupe du monde Mikaela Shiffrin. Mais ce fils d'ingénieur ne cache pas qu'il a pris feu bien plus tôt pour la reine du ski américain. «J'ai rencontré Mikaela pour la première fois lors d'un camp d'entraînement à Portillo, au Chili. Elle m'a tout de suite beaucoup plu. Mais comme elle n'avait alors que 16 ans et moi 19, le temps n'était pas encore mûr pour une relation amoureuse. Mais je lui ai envoyé une demande d'amitié sur Facebook immédiatement après cette rencontre.»

Pendant environ neuf ans, les deux se sont envoyés des messages plutôt superficiels via ce canal. Les choses sont devenues vraiment sérieuses en 2020, après le décès du père de Shiffrin. «Après ce coup du sort, j'ai envoyé un long message à Mikaela. Je lui ai écrit que je serais toujours là pour elle si elle souhaitait se confier à moi. A partir de ce moment-là, nous avons eu de plus en plus de contacts. Et pour moi, il est vite devenu clair que je voulais avoir une relation avec cette femme merveilleuse. Mais quelque part, j'avais l'impression qu'elle ne le voulait pas.»

Départ de Norvège

Mais heureusement pour eux, c'est Shiffrin qui a un jour fait le pas décisif: «Tout à coup, elle m'a avoué qu'elle était intéressée par une relation avec moi. Puis elle m'a demandé si j'étais également intéressé. J'ai bien sûr tout de suite dit oui.»

Publicité

Le double vainqueur du globe de descente peut très bien s'imaginer vivre aux États-Unis avec Shiffrin après sa carrière. Il a déjà quitté son pays natal depuis longtemps. La résidence principale actuelle de Kilde se trouve à Innsbruck. «J'adore la Norvège, mais comme le ski se déroule principalement dans les Alpes, j'ai cherché et trouvé une résidence en Autriche. Lorsque je rentrais en Norvège après presque chaque week-end de Coupe du monde, je prenais très souvent froid dans l'avion. Je n'ai plus ce problème depuis que je réside à Innsbruck.»

Lutte contre sa propre fédération

Un gros problème subsiste toutefois dans le quotidien du skieur. La fédération norvégienne de ski ne permet toujours pas à ses athlètes d'apposer sur leur casque le logo d'un sponsor individuel. La fédération revendique cet espace pour elle-même. Ainsi, les skieurs norvégiens gagnent moins d'argent que les Suisses ou les Autrichiens. C'est notamment pour cette raison que le vainqueur du globe de slalom, Lucas Braathen, a annoncé sa retraite en octobre.

L'été dernier, Kilde a, lui aussi, mené des discussions difficiles avec les dirigeants de la fédération. Et il veut continuer à le faire à l'avenir. «Mon grand objectif est de réussir un jour à changer la structure de la fédération norvégienne. Je ferai tout pour que la prochaine génération de skieurs norvégiens bénéficie de meilleures conditions.»


Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la