Il y a exactement 30 ans
La chute mortelle d'Ulrike Maier a rendu le ski plus sûr

Le 29 janvier 1994, l'Autrichienne Ulrike Maier est décédée suite à un accident à Garmisch. Il s'agit du seul décès d'une skieuse dans l'histoire de la Coupe du monde. Des protagonistes reviennent sur cette tragédie et disent ce qui a changé depuis.
Publié: 29.01.2024 à 08:10 heures
1/18
La pierre tombale d'Ulrike Maier dans sa région natale de Rauris. La championne autrichienne est décédée le 29 janvier 1994.
RMS_Portrait_AUTOR_485.JPG
Mathias Germann

C'est l'heure la plus sombre de l'histoire du ski féminin. Le 29 janvier 1994, l'Autrichienne Ulrike Maier meurt après une chute lors de la descente à Garmisch (Allemagne). Elle n'avait que 26 ans. Un accident mortel lors d'une course n'avait jamais eu lieu auparavant en Coupe du monde. Et depuis, au cours des 30 années qui ont suivi, plus aucune athlète n'est décédée après un crash.

Pourtant, cette tragédie reste inoubliable, surtout pour ceux qui étaient alors impliqués d'une manière ou d'une autre dans la Coupe du monde. Jan Tischhauser est l'une de ces personnes. Le Zurichois était directeur adjoint des courses de la FIS derrière Kurt Hoch et a été accusé d'homicide par négligence par Hubert Schweighofer, le fiancé de Maier à l'époque. «Ces messieurs vont payer. Je poursuivrai les responsables jusqu'à la dernière instance», a annoncé Schweighofer. Le lendemain de la mort de Maier, il a déclaré sur le lieu de l'accident qu'on lui avait enlevé sa compagne et la mère de sa fille de quatre ans et demi. Il a ajouté: «J'éprouve une très grande haine envers les responsables de la FIS».

«Soudain, l'avocat est venu vers nous»

Schweighofer et son avocat se sont battus pendant plus de deux ans. Puis, fin avril 1996, Hoch et Tischhauser ont comparu devant le tribunal de Munich - ils ont été accusés d'homicide par négligence. Le procès s'est terminé par un accord: tous deux ont versé 10'000 marks au service de secours en montagne de Garmisch, la FIS a versé 600'000 francs à un fonds en faveur de la fille de Maier, Melanie. La procédure a été abandonnée car «une éventuelle culpabilité des deux accusés, si elle pouvait être établie, serait faible», a expliqué le juge.

Tischhauser, qui n'était pas présent le jour de l'accident - il préparait la prochaine course en Sierra Nevada (Espagne) - se souvient: «Le premier jour, quand nous sommes entrés dans la salle d'audience, il y avait 30 journalistes. C'était une tempête de flashs, tout était filmé. Le procès a commencé et a été très dur - on a notamment présenté des photos du corps en train d'être examiné sur une table. Le deuxième jour, l'avocat de Schweighofer est soudain venu nous voir et nous a proposé un accord. Nous étions convaincus que c'était la meilleure solution pour tout le monde». Finalement, l'argent a été versé à un fonds en faveur de sa fille Melanie «non pas pour des raisons juridiques, mais par responsabilité morale».

Chute mortelle à 104,8 km/h

Mais comment une telle tragédie s'est-elle produite ce 29 janvier 1994 à Garmisch? Retour en arrière. Il est 13h58 quand Ulrike Maier s'apprête à dompter la piste du Kandahar avec le dossard 32. L'Autrichienne de Rauris, dans le Salzburgerland, ne fait pas partie des favorites, la descente n'est pas sa discipline de prédilection. En 1989 à Vail (Etats-Unis) et en 1991 à Saalbach (Autriche), elle avait été sacrée championne du monde de Super-G et avait voulu arrêter. Le fait qu'elle ait continué était d'autant plus étonnant qu'elle était déjà maman lors de son dernier grand titre.

Sur la piste glacée, qui avait été damée la veille, Maier réalise une course sans problème. Mais arrive alors l'innommabe: Dans la traversée avant la pente d'arrivée, à 104,8 km/h, elle tente de ramener le ski droit vers elle, mais n'y parvient pas. Maier chute vers le haut et s'écrase dans un coin de neige sur lequel un sac de paille a été fixé pour protéger les athlètes. Le chronométrage et la mesure de la vitesse étaient fixés derrière. Le choc est violent. La tête de Maier est projetée sur le côté avec une force inconcevable. La force est telle que non seulement son casque est arraché de sa tête, mais aussi sa tête de sa colonne vertébrale. Maier reste immobile, elle est morte sur le coup.

Publicité

«Ça avait l'air grave, mais ...»

Dans l'émission Sportpanorama un jour plus tard, le secrétaire général de la FIS de l'époque, Gian-Franco Kasper, déclare: «J'ai vu la chute à la télévision. Sur le moment, j'ai été effrayé - comme tout le monde. Même si, à l'image, la chute n'avait pas l'air si tragique au premier abord. C'était une erreur de ski, je pense que nous sommes tous d'accord sur ce point. Une entaille qui s'est terminée de manière extrêmement tragique. Ça avait l'air grave - mais pas aussi grave que ça l'était vraiment après». C'est une déclaration qui laisse pantois tous ceux qui ont encore en tête la chute ou qui la regardent sur Youtube.

Matthias Hüppi (65 ans), aujourd'hui président du FC Saint-Gall, menait à l'époque l'entretien dans «Sportpanorama». Selon lui, «le traitement de cet accident si tragique et si triste nous a tous beaucoup touchés. Les chutes graves nous ont toujours rappelé que le sport de course est et reste un exercice d'équilibre. Dans le cas d'Ulrike Maier, il y avait aussi le fait qu'elle était mère d'une petite fille».

Difficile à croire aujourd'hui: la course a continué après que Maier ait été évacuée par hélicoptère. L'Italienne Isolde Kostner (48 ans) s'est placée en tête, a gagné et a fêté la première de ses 15 victoires en Coupe du monde. Bien que le décès de Maier n'ait pas encore été officiellement confirmé, la cérémonie de remise des prix dans l'aire d'arrivée s'est déroulée comme si de rien n'était. Ce n'est que plus tard que la course du dimanche a été annulée. Toutes les équipes sont parties immédiatement.

Vreni Schneider a pensé à se retirer

L'une des personnes qu'Ulrike Maier connaissait le mieux sur le circuit de ski était Vreni Schneider (59 ans). Elle raconte: «Ulli et moi nous sommes toujours très bien entendues, même si nous étions concurrentes. Quand j'ai gagné les 14 courses de suite, elle était souvent deuxième. Alors quand elle a gagné devant moi à Maribor en janvier 1994, je me suis réjouie de tout cœur pour elle, mais une semaine plus tard, elle était morte». Après cette tragédie, elle a songé à se retirer, explique la skieuse d'Elmer. «Aujourd'hui encore, je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas fait».

Publicité

Dans la Sierra Nevada, où les courses suivantes ont été lancées quelques jours plus tard seulement, l'ambiance était «très spéciale» et de nombreuses skieuses ont pleuré. «Lors de la première manche de slalom, je n'ai même pas osé me battre. J'ai donc terminé avec deux secondes de retard. Mais lors de la deuxième manche, tout s'est déroulé d'un seul coup et j'ai encore gagné. Cette course a probablement été la meilleure de ma vie. Pendant la course, je me suis dit: je skie pour Ulli. Je suis sûre qu'elle ne veut pas que je cesse de me battre». Vreni Schneider ne s'est pas rendue aux funérailles de son amie Sa famille l'en aurait dissuadée et lui aurait dit: «Si tu vas à l'enterrement, tu ne feras probablement plus jamais de course. Ce sera si triste».

«Ulrike Maier était un vrai modèle»

L'ancienne collègue de chambre de Maier, Monika Maierhofer, était présente à l'enterrement et a également prononcé l'éloge funèbre. «Ulli était très enjouée et chaleureuse. Et plus tard, un véritable modèle: comment elle a réussi à faire le grand écart en tant que maman», raconte-t-elle dans le Kronen Zeitung. Elle pensait pouvoir doser les risques de manière à ce que cela lui convienne.

Celle qui avait fêté sa seule victoire en Coupe du monde en 1992 lors du slalom de Grindelwald (Berne) n'a assisté qu'une seule fois à la chute de son amie. «A l'époque, en direct à la télévision. Mais les images sont encore très présentes dans ma tête. Je sais qu'il y avait beaucoup de place pour tomber sans danger. Mais il y avait ce piquet pour la mesure». A la question de savoir si la mort de son amie aurait pu être évitée, elle répond: «Ah, on a fait ce qu'il fallait pour la sécurité à l'époque. Négligent - je n'oserais vraiment pas le dire. C'était peut-être le destin».

Les skis cintrés étaient presque des armes

Le fait est que les premiers essais de skis taillés avaient été réalisés lors de la saison 1992/93. Les règlements sur les rayons n'existaient pas encore. «Avec les skis de carving, quelque chose de nouveau s'est présenté à nous. Mais nous n'avions pas encore de valeurs empiriques», explique Tischhauser. Il ne peut pas dire si Maier serait tombée même sans skis taillés, «mais je n'ai jamais vu une chute similaire dans toute ma carrière auparavant. Il était inimaginable qu'une skieuse soit ainsi entraînée vers le haut lors d'une coupe».

Publicité

Cela s'est pourtant produit. Hoch a déclaré au tribunal: «A l'époque, nous n'avons vu que les caractéristiques positives de ces skis, nous n'avons pas eu d'expériences négatives. Maintenant, nous ne sommes plus très loin d'utiliser ces skis comme une arme. Tout est devenu encore plus imprévisible». Ce qui a encore renforcé l'effet des skis taillés à l'époque, ce sont les nouvelles plaques de fixation. «Les athlètes skiaient comme sur des échasses. On n'avait pas le droit à l'erreur», explique Tischhauser.

La sécurité? «Ce n'est jamais assez»

Après la mort de l'Autrichienne la FIS a introduit des valeurs maximales pour les rayons des skis et la hauteur des plaques de fixation, et les filets de sécurité ont également été améliorés en permanence. Pourtant, on se demande pourquoi il faut toujours que quelque chose de grave se produise avant que l'on réagisse.

Peter Gerdol est l'actuel directeur de course de la FIS pour le circuit de ski féminin. Il estime que «ce n'est pas vrai que quelque chose de tragique doit toujours arriver pour que l'on agisse. Au cours des dernières décennies, on a développé beaucoup de choses sans que rien ne se passe. Ou peut-être qu'un accident s'est produit, mais que l'athlète ne s'est pas blessé».

Le développement se poursuit toujours, on cherche constamment des améliorations possibles, selon Peter Gerdol. Sa devise? «Ce n'est jamais assez». Le Slovène estime que le ski de compétition est aujourd'hui beaucoup plus sûr qu'auparavant. «D'autres sports me font plus peur en ce qui concerne l'aspect sécurité. Par exemple, quand je regarde les courses de VTT de descente et que je les vois foncer à travers la forêt...».

Publicité

«Je ne veux pas que maman saigne à la tête»

D'une manière ou d'une autre, le développement de la sécurité est arrivé trop tard pour Ulrike Maier. Elle a fait une erreur et l'a payée de sa vie. Hubert Schweighofer était assis devant la télévision avec sa petite fille Melanie pendant l'accident de sa fiancée. Après la chute de sa mère, la fillette aurait dit: «Je ne veux pas que maman saigne à la tête».

Hüppi estime aujourd'hui: «Le fait que des conclusions aient été tirées de chaque événement tragique pour améliorer la sécurité des conducteurs était certainement important, mais malheureusement trop tard pour les proches concernés».

Hubert Schweighofer, qui aurait eu des différends avec les parents d'Ulrike Maier, est marié depuis longtemps. En 1996, il a fondé une école de ski à Rauris avec son épouse Michaela, avec laquelle il a deux autres enfants (Michael et Emili). Selon le site internet, toute la famille, composée de cinq personnes, est impliquée dans l'école de ski. Melanie a aujourd'hui 35 ans et est elle-même mère. Interrogé, Hubert Schweighofer écrit que ni lui ni les autres ne souhaitent s'exprimer.

Et Ulrike Maier? Elle avait dit un jour: «Si c'est ton destin, ça t'arrive. De toute façon, on ne peut pas échapper au destin». Sachant ce qui s'est passé ensuite, ces phrases ne laissent qu'une chose: une énorme boule dans la gorge.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la