«Il faut de la confiance»
Lara Gut-Behrami règle ses comptes avec son ex-entraîneur

Après l'esclandre autour de son préparateur physique Alejo Hervas et la victoire du globe de super-G, Lara Gut-Behrami rompt enfin le silence.
Publié: 22.03.2024 à 14:52 heures
|
Dernière mise à jour: 23.03.2024 à 10:29 heures
1/2
Pas d'avenir avec Lara Gut-Behrami! Alejo Hervas a quitté l'Autriche depuis longtemps.
RMS_Portrait_AUTOR_485.JPG
Mathias Germann

Il est 7h42 lorsque Lara Gut-Behrami regarde vers le bas depuis le portillon de départ. Elle doit encore patienter trois minutes avant de pouvoir commencer sa reconnaissance. A un moment donné, Federica Brignone se glisse à côté d'elle, toutes deux échangent quelques mots et rient. Puis Gut-Behrami est de nouveau sa bulle. «Je voulais saisir cette chance», raconte-t-elle quatre heures plus tard. Elle y parvient, termine septième et remporte le globe de cristal du super-G.

Le triomphe de Lara Gut-Behrami s'accompagne d'un chapitre dont elle aurait préféré se passer, selon ses propres dires: la séparation avec son préparateur physique Alejo Hervas. «Pour travailler ensemble, il faut une confiance et une loyauté mutuelles. Si cette base n'est plus là, il faut se séparer», explique-t-elle.

Mais que s'est-il passé? Retour en arrière: mardi, Lara Gut-Behrami a vent de la volonté manifeste d'Alejo Hervas de rejoindre le camp masculin des Suisses. Elle demande des explications à l'Espagnol, que tout le monde loue également pour ses compétences sociales. Alejo Hervas ne cherche pas d'excuses, mais confirme son intention. La Tessinoise est tellement en colère qu'elle le renvoie immédiatement chez lui.

«Il a toujours souligné à quel point il était fier»

«Le week-end dernier, je me suis concentrée sur les courses. Après tout, il s'agissait des globes de cristal. J'ai ensuite appris qu'il avait déjà passé des accords en coulisses», raconte Lara Gut-Behrami.

Ce qui l'énerve particulièrement, c'est qu'Alejo Hervas avait déclaré à Blick fin octobre, après sa première victoire de la saison à Sölden (AUT): «Nous avons un accord. Je l'accompagnerai jusqu'à la fin de sa carrière.»

Bien que Lara Gut-Behrami souligne depuis quelques années déjà qu'elle ne lit pas d'articles de journaux ou en ligne la concernant, elle a eu vent du serment de fidélité d'Alejo Hervas: «Il a dit publiquement qu'il continuerait jusqu'à la fin. Et a souligné à plusieurs reprises devant moi à quel point il était fier de notre travail. Puis, sans rien me dire, il a passé d'autres accords», soupire Gut-Behrami.

Publicité

Gut-Behrami fait l'éloge de l'équipe féminine

Après cinq ans, les chemins des deux se séparent donc avec fracas. La conséquence? Alejo Hervas regarde de chez lui, à Séville, comment Lara Gut-Behrami a remporté à Saalbach le troisième des quatre globes de cristal possibles. Il ne veut pas s'exprimer, mais remercie pour la demande.

Et Gut-Behrami? Il lui faut trouver un nouvel entraîneur. Et aussi une nouvelle personne de référence? «Eh bien, mon père a toujours été ma personne de référence. Mais j'apprécie aussi toute l'équipe féminine autour de moi, qui me soutient incroyablement. Tout cela n'est pas la fin du monde.»

Oui aux Mondiaux de 2025, non aux JO de 2026

Contrairement à certaines spéculations, Lara Gut-Behrami ne prendra pas sa retraite cet été. «Je fais encore une année», assure celle qui a remporté 45 fois une victoire de Coupe du monde. Elle parle déjà de s'entraîner davantage, lors de sa préparation, sur une neige aussi glissante et salée que celle que l'on trouve actuellement à Saalbach (AUT). «Ce ne sont pas mes conditions, je veux encore m'améliorer. Finalement, nous pourrions aussi avoir une telle neige aux Championnats du monde en février.»

Et qu'en est-il des Jeux olympiques de 2026? Lara Gut-Behrami fait signe que non: «Une préparation olympique n'est pas facile. Le stress et la pression s'accumulent pendant des mois – je ne veux plus de ça.»

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la