Huit stars du ski témoignent
«Lara m'a offert 1000 francs pour mon opération»

Tout le monde parle de Lara Gut-Behrami (32 ans), y compris à Crans-Montana. Elle skie très bien et fait vibrer ses fans. Mais que pensent d'elle les skieuses du circuit? Blick a posé la question à huit d'entre elles.
Publié: 18.02.2024 à 09:17 heures
|
Dernière mise à jour: 22.02.2024 à 11:43 heures
1/11
Ilka Stuhec (à gauche) et Lara Gut-Behrami ont beaucoup de points communs. Blick demande à huit skieuses de raconter leurs souvenirs de Lara.
RMS_Portrait_AUTOR_485.JPG
Mathias Germann

Ester Ledecka (28 ans, Tchéquie): «J'ai failli m'évanouir»

«Lorsque j'ai rencontré Lara pour la première fois, j'ai failli m'évanouir. C'était à Garmisch en 2016. J'étais déjà très bonne en snowboard, mais c'était la première fois que je faisais de la Coupe du monde de ski. Mon problème était le suivant: je n'avais toujours regardé que les courses à la télévision, mais je ne savais pas à quoi ressemblait Lara sans son casque. Elle s'est retrouvée à côté de moi au départ et je me suis dit: C'est elle? C'est vraiment elle? Quelqu'un me l'a ensuite confirmé. C'était gênant, mais aussi drôle. Avant, il était presque inimaginable pour moi de participer à une compétition avec elle - c'était complètement surréaliste.

Aujourd'hui, c'est normal que nous soyons ensemble dans l'équipe de ski. Cependant, je ne parle que très rarement avec elle ou avec les autres athlètes. Je suis très timide. Néanmoins, je regarde toujours les entraînements et les courses de Lara en analyse vidéo, elle a tout simplement une technique magnifique. Elle était mon idole et j'espère qu'elle remportera le classement général de la Coupe du monde. Il n'y a rien qui puisse l'arrêter».

Kajsa Vickhoff Lie (25 ans, Norvège): «Elle sourit à chaque skieuse».

«Lorsque Lara est montée sur le podium de la Coupe du monde pour la première fois, j'avais douze ans. Elle a toujours été mon idole. Cette dynamique, ces virages, c'est tout simplement merveilleux. J'ai toujours voulu skier comme Lara. Je suis arrivée en Coupe du monde il y a quatre ans - à l'époque, je n'avais pas encore grand-chose à voir avec elle. Mais cette saison, j'ai été particulièrement frappée par son ouverture d'esprit. Lara sourit à chaque skieuse, parle avec chacune d'entre elles - et pas seulement de ski. Cela me plaît beaucoup».

Ilka Stuhec (33 ans, Slovénie): «Lara m'a aidée quand j'avais besoin d'argent».

«Il n'y a plus beaucoup de skieuses plus âgées que Lara dans le cirque du ski. Moi si (rires). Je ne sais pas encore combien de temps je vais continuer à skier. Actuellement, nous sommes à Crans-Montana et je me sens de mieux en mieux. Mais quand quelqu'un m'a demandé si je serais encore là pour les championnats du monde de 2027, j'ai souri. Dans trois ans, je serai plutôt quelque part sur la plage, un cocktail à la main.

Je connais Lara depuis de nombreuses années, nous avons vécu des choses ensemble. Je me souviens de 2010, j'avais alors 19 ans et ma carrière était au bord de l'explosion. Je m'étais gravement blessée au genou et j'avais besoin d'une énorme opération. Mais je n'avais pas l'argent pour le faire - le soutien en Slovénie est très différent de celui de la Suisse ou de l'Autriche. J'ai commencé à récolter de l'argent partout et je me souviens que Lara m'a offert 1000 francs. En fin de compte, l'opération que j'ai subie à Bâle chez le Dr Friederich a sauvé ma carrière. Je n'oublierai jamais ce que Lara a fait pour moi à l'époque - l'argent était une chose, le soutien moral en était une autre.

Le ski devient de plus en plus un business. Quand tout va bien, tu as beaucoup de tapes dans le dos. Lorsque j'ai été championne du monde de descente en 2017 et 2019, je ne pouvais pas me plaindre du manque de sponsors. Mais avant cela, peu de gens avaient cru en moi - Lara, si».

Publicité

Michelle Gisin (30 ans): «La magie se perd un peu».

«Je suis presque sûre que Lara va gagner le classement général de la Coupe du monde. Le fait qu'elle y parvienne à presque 33 ans est une source d'inspiration. Autrefois, après des blessures, on finissait tout simplement par ne plus pouvoir skier correctement. Mais notre sport est devenu beaucoup plus professionnel - la rééducation et l'entraînement de la condition physique sont très différents de ce qu'ils étaient auparavant. Cela nous permet de skier plus longtemps.

L'hiver dernier déjà, j'ai eu le sentiment que Lara était très calme, satisfaite et heureuse lors des courses. Ce n'est pas évident après tant d'années passées dans le monde du ski. J'aime certes ce sport, mais à un moment donné, la magie se perd un peu - beaucoup de choses sont identiques, on connaît les lieux de la Coupe du monde, on se rend aux entraînements, on doit se torturer en été. C'est bien de voir que Lara est toujours aussi enthousiaste».

Federica Brignone (33 ans, Italie): «J'apprécie beaucoup plus Lara aujourd'hui»

«Lara n'a pas peur des critiques. Quand elle dit quelque chose, elle le pense vraiment - elle ne parle jamais pour se faire aimer de manière hypocrite. Elle ne pense pas à son image. Je fonctionne de la même manière - si je trouve quelque chose d'idiot, je dis: c'est idiot! Lara et moi sommes les deux femmes qui évoluent ensemble depuis le plus longtemps sur le circuit de ski. Nous pratiquons également les mêmes disciplines: le slalom géant, le super-G et la descente. Tactiquement, nous sommes toutes les deux très bonnes et il est toujours aussi difficile de nous battre.

Je me souviens d'une course de Coupe d'Europe en 2007 à Saint-Moritz. Nous étions les plus jeunes. Pour Lara, c'était la première descente à ce niveau de compétition, elle n'avait que 16 ans, nous sommes parties toutes les deux loin derrière. J'ai terminé 34e et j'étais très heureuse, car je n'avais que peu d'expérience à ce niveau de compétition. Et Lara? Elle a terminé quatrième, mais s'est contentée de dire: 'Ah...'. C'est tout ce qu'elle a eu à dire. C'est à ce moment-là que j'ai réalisé qu'elle était une championne. Son ambition était énorme et elle était très compétitive.

Publicité

C'est beau qu'après tant d'années, Lara et moi nous battions toujours pour des victoires. Nous n'avons pas toujours eu la vie facile, mais c'est normal. Aujourd'hui, je l'apprécie beaucoup plus. Lara n'a pas seulement remonté la pente après des blessures, elle a aussi résisté à la pression extérieure - il ne faut pas oublier que beaucoup l'avaient détruite publiquement. Lara est formidable».

Kira Weidle (27, Allemagne): «Elle ne regarde ni à gauche ni à droite»

«'Au fait, c'est Bambino!' C'est ainsi que j'ai été présentée à Lara à une époque. Et ce, par mon ancienne coéquipière Viktoria Rebensburg - elle m'appelait ainsi parce que j'étais la petite. Depuis, il s'est passé beaucoup de choses. Ce qui est resté: J'admire Lara. Elle est devenue plus ouverte, plus détendue. Mais elle continue à faire son truc, elle ne regarde pas vraiment à gauche ou à droite. C'est très inspirant pour moi, car depuis longtemps, je n'ai plus grand chose autour de moi dans l'équipe allemande de vitesse.

Ces dernières années, j'ai presque toujours été une combattante solitaire. Certes, le fait que peu de médias allemands assistent aux courses fait que je n'ai pas autant à faire que Lara.

D'un autre côté, l'attention se porte toujours sur moi - c'est déjà une pression que je ressens. En revanche, quand ça n'allait pas pour elle, Lara avait des coéquipières, Corinne, Jasmine et Michelle, qui ont aussi parfois marqué des points pour la Suisse».

Publicité

Cornelia Hütter (31 ans, Autriche): «Un énorme poids sur les épaules».

«Bien sûr, les images vidéo de Lara chutant sur la ligne d'arrivée de Saint-Moritz à l'âge de 17 ans et terminant troisième sont encore dans ma tête. A l'époque, je me disais: elle skie vraiment bien. Chez elle, tout semble incroyablement facile même si elle n'est pas la plus grande.

Lara n'a pas eu la vie facile auprès du public suisse. Mais elle a toujours fait son truc et continue aujourd'hui encore à dire ce qu'elle pense. Je n'ose pas toujours le faire, car je risquerais de me faire remarquer - et je devrais alors tout assumer. Bien sûr, Lara s'est fait avoir plusieurs fois dans sa carrière. Elle s'est alors peut-être rendu compte qu'elle avait trop forcé. Mais il faut comprendre qu'elle a toujours eu une équipe privée - surtout quand elle était jeune, cela a dû être un poids énorme sur ses épaules. La façon dont elle a tout géré parle pour elle».

Stephanie Venier (30 ans, Autriche): «La joie de sa maman m'est restée».

«Je souhaite de tout cœur à Lara de remporter le classement général de la Coupe du monde. Je n'ai jamais vraiment eu beaucoup à faire avec elle. On lit beaucoup de choses sur elle, parfois elle peut paraître un peu antipathique, repliée sur elle-même. J'avais aussi cette image jusqu'à ce que je lui parle pour la première fois. Je suis quelqu'un d'assez direct et au bout d'un moment, je lui ai dit: 'Toi Lara, tu es vraiment une fille sympa. Je ne le savais pas'. (rires) Elle m'a remercié.

Une image qui m'est restée est celle de sa maman à Cortina, qui se réjouissait énormément de la victoire de Lara. Et cela malgré le fait que sa fille ait déjà tant gagné. Je pense que Lara apprécie extrêmement ce genre de moments».

Publicité


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la