Heidi Zeller-Bähler a chuté au départ
«Ça m'énerve d'être réduite à cette seule scène»

Il y a 30 ans, Heidi Zeller-Bähler a chuté et a perdu ses skis au départ d'une course. La Bernoise nous explique pourquoi elle ne peut plus entendre parler de cette scène qui la hante depuis 1994.
Publié: 06.03.2024 à 09:27 heures
|
Dernière mise à jour: 06.03.2024 à 11:02 heures
1/11
En 1995, elle a terminé troisième au classement général de la Coupe du monde derrière Vreni Schneider (au centre) et Katja Seizinger (à gauche).
RMS_Portrait_AUTOR_760.JPG
Daniel Leu

Lorsque l'on tape le nom de Heidi Zeller-Bähler sur Google, le moteur de recherche propose automatiquement le mot «Start». Par départ, on entend sa mésaventure à Whistler, au Canada, en 1994. À l'époque, les deux fixations de la skieuse de l'Oberland bernois s'étaient cassées et elle avait quitté la zone de départ à plat ventre et sans skis aux pieds, de manière spectaculaire.

Ce mercredi 6 mars, cela fait déjà 30 ans que cette chute légendaire s'est produite. Assise dans le salon de sa ferme, sur les hauteurs de Wattenwil (BE), par un mardi nuageux, la skieuse, désormais âgée de 56 ans, déclare: «Plus je vieillis, plus cela m'énerve que toute ma carrière soit réduite à cette seule scène.»

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Heidi Zeller-Bähler est en effet davantage que cette seule scène. Elle a remporté trois courses de Coupe du monde, est montée sur le podium dans quatre disciplines différentes, a terminé troisième au classement général de la Coupe du monde et a manqué de peu une médaille aux Championnats du monde en 1993 à Morioka (JAP) en terminant quatrième.

«Je ne me suis pas assez écoutée»

Malgré tout, son nom est tombé dans l'oubli pour de nombreux fans de ski. Cela s'explique par le fait qu'elle s'est depuis longtemps complètement retirée de la vie publique et qu'à l'époque où elle était active, la concurrence interne était extrêmement forte: Bournissen, Ehrat, Figini, Nef, Oertli, Rey-Bellet, Schneider, Walliser, Heidi Zurbriggen. «J'ai pu finir septième à l'époque, mais cela n'a intéressé personne, car trois autres Suissesses étaient classées devant moi», raconte Heidi Zeller-Bähler sobrement, sans se plaindre. Mais c'est aussi de sa faute si elle n'a pas remporté de plus grands succès: «Je ne me suis pas assez écoutée. Si j'avais suivi ma propre voie, j'aurais pu faire beaucoup mieux.»

Le fait que la petite Heidi puisse devenir un jour une skieuse de compétition s'était déjà dessiné très tôt. Elle est l'une des cinq enfants à avoir grandi dans une ferme de montagne à Sigriswil (BE). En hiver, elle passait chaque minute de son temps libre sur les skis. À 16 ans, elle participait déjà à la Coupe d'Europe et à 17 ans, à la Coupe du monde. Un monde nouveau et inconnu pour elle. «Je me souviens encore très bien des Championnats du monde juniors de 1984. C'est à cette époque que moi, la fille de paysans des montagnes, j'ai pris l'avion pour la première fois de ma vie. Quand nous sommes arrivés là-bas, il y avait du homard au dîner. Je n'avais bien sûr aucune idée de la façon dont on le mangeait et j'ai failli mourir de faim.»

Réveil à 4h20 du matin

Aujourd'hui, la vie de cette mère de deux enfants adultes semble beaucoup moins spectaculaire. Avec son mari Hans, elle exploite une ferme. La vue d'ici, sur le lac de Thoune et l'Eiger, le Mönch et la Jungfrau, est impressionnante. À la ferme Dörishus, il y a des vaches, des bœufs, des veaux, des chats, des poules et des lapins. «Notre ferme est bien trop petite pour que nous puissions en vivre. C'est pourquoi je travaille encore comme professeur de sport et mon mari comme boucher.»

Publicité

Il en résulte de longues journées de travail… Pardon, de très longues journées de travail. Heidi Zeller-Bähler se lève toujours à 4h20 et se rend directement à l'étable. Ensuite, elle apporte d'abord le lait à la fromagerie et se rend ensuite dans son ancienne patrie, Sigriswil, pour y travailler. L'après-midi et le soir, elle s'occupe à nouveau de la ferme, du ménage et de la comptabilité. Des vacances? Il n'y a qu'une semaine par an. «Mais pendant cette période, nous prenons du bon temps dans un bel hôtel.» Il est compréhensible qu'avec un programme aussi chargé, le ski soit souvent négligé. «Jusqu'à présent, je n'ai skié que trois fois cet hiver.»

«Tout le monde a eu pitié de moi, mais…»

Il ne resterait plus qu'une énigme à résoudre: Comment cela a-t-il bien pu arriver, il y a 30 ans, à Whistler? Heidi Zeller-Bähler rit. «Quand j'ai une nouvelle classe, les élèves me posent la même question. Ils me disent alors: 'Madame Bähler, nous vous avons googlée.' Et cela les fait sourire. Donc, à Whistler en 1994, j'étais considérée comme l'une des meilleures skieuses de la Coupe du monde. Mais alors que je me poussais vigoureusement, une erreur de matériel a arraché mes deux pieds, fixations comprises, de mes skis.»

Heidi Zeller-Bähler s'est donc envolée vers l'avant, la tête la première, sans toucher la barre de chronométrage. «Lorsque j'ai ensuite glissé sur la neige, à plat ventre, j'ai encore dû rentrer la tête pour pouvoir glisser sous le panneau publicitaire. J'étais allongé là, je me suis soudainement réveillé comme si je venais de m'évanouir et je ne comprenais plus rien au monde. Je me suis demandé: j'ai bien pris le départ, mais pourquoi suis-je allongé ici? Il m'a fallu quelques secondes pour comprendre ce qui s'était exactement passé.»

Le soir, à l'hôtel, c'était particulièrement cocasse. «Je partageais ma chambre avec Heidi Zurbriggen. Comme je ne voulais croiser personne, elle vérifiait à chaque fois que la voie était libre avant que je ne sorte.» Si elle rencontrait tout de même quelqu'un, la réaction était toujours la même. «Tout le monde avait pitié de moi, mais devait en même temps réprimer son rire. On voyait bien que ça les rendait presque 'fous'.»

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la