Federica Brignone abandonne
«Lara va gagner les quatre globes»

Immense joie pour Lara Gut-Behrami à Are? Non! Troisième du géant, la Tessinoise devra patienter jusqu'à la finale de la Coupe du monde pour soulever le globe. Pour la gagnante du jour Federica Brignone, il est clair que sa rivale est la reine du ski cet hiver.
Publié: 09.03.2024 à 18:44 heures
1/7
Troisième place à Are: Lara Gut-Behrami doit encore attendre un peu avant de remporter le globe du géant.
RMS_Portrait_AUTOR_485.JPG
Mathias Germann

A Are (Suède), l'hiver est encore en place. Sur le lac à côté du Störtloppsbacken, où les meilleures skieuses de slalom géant réalisent leurs virages comme par magie dans la neige, les skieurs de fond et les motoneiges font des tours de piste. Contrairement à la Suisse, les crocus sont encore loin de fleurir ici, et la semaine prochaine, on attend de toute façon moins 14 degrés. Sara Schelin en est heureuse. Elle est directrice de la commune d'Ares et dit: «C'est super pour notre tourisme. Cet hiver, nous avons eu une quantité de neige rarement égalée. Et le froid aussi est merveilleux».

Ce samedi, il n'y a pas que le temps qui a été glacial, mais aussi l'humeur de Lara Gut-Behrami (32 ans) - du moins juste après la course. «La manière dont j'ai skié lors de la deuxième manche m'énerve», dit-elle. Quelques erreurs se sont en effet glissées dans sa course - Lara Gut-Behrami ne réalise que le 16e meilleur temps. Au total, elle passe de la deuxième place à la mi-parcour à la troisième place finale, ce qui n'est pas la fin du monde, pourrait-on penser. Mais justement: Lara Gut-Behrami est faite d'un bois particulier - ce n'est pas seulement le résultat brut qui l'intéresse, mais sa manière de skier. «J'ai eu du mal à trouver le bon timing et je n'ai jamais pu vraiment accélérer», dit-elle.

Federica Brignone: «J'ai abandonné depuis longtemps»

Contrairement à de nombreuses attentes, Lara Gut-Behrami n'a pas encore décroché le globe du slalom géant. Federica Brignone (33 ans, Italie) passe de la troisième à la première place après une deuxième manche époustouflante, réduisant ainsi son retard au classement de la discipline de 135 à 95 points. Cela signifie que la décision se fera lors de la finale de la Coupe du monde. Lara Gut-Behrami s'en moque, affirme-t-elle: «J'ai toujours dit que les globes ne seraient distribuées qu'à Saalbach». Une phrase qui sonne sobre, mais le fait est qu'elle aurait aimé forcer la décision à Are déjà. Ce globe est particulièrement important pour Lara Gut-Behrami, puisqu'il s'agit de sa discipline préférée. Elle la gagnerait pour la première fois à l'âge de 33 ans.

«Je peux rassurer tous les fans de Lara. Je ne la dépasserai plus», répond Federica Brignone. En fait, une 15e place suffira à Gut-Behrami dans une semaine, quoi qu'il arrive. «J'ai abandonné ce combat depuis longtemps. Lara skie si fort et de manière si constante - il n'y a plus rien à faire». Tout serait également joué au classement général de la Coupe du monde, où Federica Brignone (286 points de retard) a également encore des chances théoriques. Peut-elle déjà féliciter sa rivale pour son grand globe de cristal? «Absolument!»

Restent les classements de la descente et du super-G. Dans ces disciplines, Lara Gut-Behrami a un matelas de 68 et 69 points. C'est également confortable. Federica Brignone en est convaincue: «Lara va gagner les quatre globes. Il est impossible de la rattraper». Son frère et entraîneur Davide pense de même. «Vu la manière dont Lara skie actuellement, il faudrait qu'elle s'autodétruise pour que ça ne marche pas. Nous ne le souhaitons pas et cela n'arrivera pas».

Des trous? Pas de visibilité? Pas de problème pour Lara Gut-Behrami

Revenons à l'hiver suédois. Alors que la superstar Mikaela Shiffrin (28 ans, Etats-Unis) fera son retour dimanche en slalom, ses collègues de travail ont dû batailler ferme lors de la première manche. Cinq centimètres de neige sont tombés pendant la nuit, et un vent mordant souffle en plus. Le soleil ne se montre jamais, mais la piste frappe et secoue.

Publicité

«Il y a des trous», dit la Valaisanne Camille Rast après la première manche. «On ne voit rien du tout», renchérit la matador locale Sara Hector (31, Suède). «C'est très difficile», résume Michelle Gisin. Et Lara Gut-Behrami? Pour elle, d'autres lois semblent s'appliquer. Elle maîtrise les pièges du parcours de manière ludique. Elle ne cherche pas à atteindre la limite - elle n'en a pas besoin. Paradoxalement, cela se passe moins bien lors de la deuxième manche sous le soleil.

On lui sourit, on la plaint, on l'encourage.

Après la remise des prix, avec un peu de recul, la grande colère de Lara Gut-Behrami s'est envolée. «Même si je n'ai pas skié proprement, cette place sur le podium est super. Je n'ai pas vraiment eu beaucoup de succès ici par le passé». Ce en quoi la Tessinoise a raison. Le point le plus bas a été atteint aux championnats du monde 2019, lorsqu'elle a terminé 21e du slalom géant des championnats du monde, avec 3,07 secondes de retard. Presque personne ne la croyait alors capable de renverser la vapeur.

L'opinion courante était que Lara Gut-Behrami en avait assez, qu'elle avait d'autres priorités après son mariage avec Valon Behrami et qu'elle allait bientôt se retirer. Le directeur du ski alpin suisse de l'époque, Markus Wolff, a critiqué sa démarche solitaire avec son père et entraîneur Pauli Gut. Wolff: «Lara n'a encore jamais remporté de médaille d'or lors de grandes manifestations. Elle ne sait donc pas - pour le dire durement - comment s'y prendre. Et nous avons dans le staff de nombreux entraîneurs qui ont mené des athlètes à l'or».

Lara Gut-Behrami regarde déjà vers l'avenir

Cette époque est révolue depuis longtemps. Gut-Behrami s'est imposée, elle est double championne du monde (2021) et championne olympique (2022). Et les relations avec Swiss-Ski se sont également détendues - tout comme elle prend beaucoup de choses avec plus de sérénité. «Je profite des dernières courses qu'il me reste», dit-elle. Combien en reste-t-il? L'experte de la SRF Tina Weirather a récemment supposé que la Suissesse pourrait arrêter dès cet hiver, contrairement à ce qu'elle avait annoncé. Au passage, Lara Gut-Behrami précise que ce n'est pas à l'ordre du jour lorsqu'on lui parle de Brignone: «Fede skie actuellement à un niveau incroyable. C'est agréable de le voir. Peut-être que l'année prochaine, je pourrai faire la même chose».

Publicité

Lorsqu'elle dit cela, les nuages se sont dissipés au-dessus d'Are. L'hiver ne se montre plus seulement sous son aspect rude, mais sous son plus beau jour. Et Lara Gut-Behrami peut déjà retrouver le sourire.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la