Corinne Suter, la tête dans le guidon
«Je n'ai aucune idée d'où se trouve ma médaille d'or»

La skieuse schwytzoise Corinne Suter, 27 ans, a été submergée de courrier et de sollicitations après son triomphe en descente aux Jeux olympiques de Pékin. En ajoutant à cela les épreuves de la Coupe du monde, pas facile de garder tous ses repères...
Publié: 16.03.2022 à 05:57 heures
1/4
Décollage vers les finales de la Coupe du monde: Corinne Suter est considérée comme l'une des grandes favorites pour la descente en France.
Mathias Germann

La chance est petite, mais elle existe. Si Corinne Suter (27 ans) remporte la descente lors des finales de la Coupe du monde à Courchevel (F) et que l'Italienne Sofia Goggia ne fait pas mieux que 11e, la Schwytzoise décrochera le Globe de cristal du classement de la discipline. «Je n'y pense pas. J'ai atteint mon grand objectif cette saison. Tout le reste, c'est du bonus», dit-elle.

Son objectif? Bien sûr, c'était la victoire à Pékin. Après le titre de championne du monde en 2021, Corinne Suter a également remporté la médaille d'or olympique en descente. Elle a ainsi renforcé son image de championne lors des grands événements. «Je ne sais pas non plus d'où vient cette force. Mais je l'assume volontiers!» En effet, la skieuse a déjà remporté cinq fois des métaux précieux aux Mondiaux (argent et bronze en 2019, or et argent en 2021) et aux Jeux olympiques (or en 2022).

Un programme très chargé

Lorsqu'on lui demande si elle a trouvé une bonne place pour la médaille de Pékin, Corinne Suter ne peut s'empêcher de rire. «Très honnêtement, je n'ai aucune idée de l'endroit où elle se trouve!» Elle a fait beaucoup de shootings après la Chine et, à son retour, elle a tout de suite enchaîné avec la Coupe du monde. Il y a donc de quoi perdre ses repères. Mais la Schwytzoise se rassure: «Mon ami Angelo sait certainement où elle se trouve.»

Corinne Suter a reçu une autre médaille d'or, dont elle est très heureuse. «Ces dernières semaines, j'ai reçu de nombreux courriers d'enfants, parmi lesquels de magnifiques dessins. Et un enfant m'a même confectionné une médaille d'or en carton avec le numéro 1 dessus. De telles choses comptent beaucoup pour moi.»

Des réceptions dans deux cantons

La championne n'a pas encore pu répondre à tout le courrier de ses fans. Elle aura plus de temps pour cela au plus tard en avril. Avant cela, elle se réjouit d'ores et déjà de deux réceptions officielles - la première à Schwyz, la seconde à Flüelen. «Je resterai Schwytzoise toute ma vie. Mais je vis désormais dans le canton d'Uri et les gens y sont également très ouverts et passionnés de sport. Normalement, je n'aime pas trop être au centre de l'attention, mais comme il n'était pas possible de me recevoir après avoir remporté les Globes de cristal ou le titre mondial (ndlr: en raison de la pandémie), je vois les choses différemment maintenant. Je me réjouis particulièrement de pouvoir dire merci à tous dans une atmosphère insouciante.»

Et après? À un moment donné au printemps, des vacances sont enfin prévues. «La saison a été longue, notamment à cause du Covid et des Jeux olympiques. Je ne sais pas où je vais aller. Mais quelque part au chaud. Là, je rechargerai mes batteries!»

Publicité

(Adaptation par Yvan Mulone)


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la