À propos des courses de Sölden
Les légendes du ski s'emportent contre Gut-Behrami et Shiffrin

Après que Lara Gut-Behrami et Mikaela Shiffrin ont remis en question le moment du coup d'envoi de la Coupe du monde à Sölden, deux anciens champions de ski s'énervent.
Publié: 19.10.2023 à 08:38 heures
1/6
La saison de la Coupe du monde de ski alpin devrait s'ouvrir fin octobre sur le glacier de Rettenbach à Sölden.
RMS_Portrait_AUTOR_1182.JPG
Marcel W. Perren

Pour les organisateurs du coup d'envoi de la Coupe du monde de ski alpin à Sölden (AUT), il y a une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne: la chute des températures le week-end dernier a permis de préparer de manière optimale la piste de géant sur le glacier de Rettenbach, et les courses sont quasiment assurées. La mauvaise: les meilleures skieuses du monde n'ont apparemment pas envie de participer à une course de Coupe du monde le dernier week-end d'octobre.

Lara Gut-Behrami a remis en question la course de Sölden la semaine dernière: «Si les gens se promènent en t-shirt dans l'aire d'arrivée et que ceux qui sont devant la télévision portent un maillot de bain, ce n'est pas logique. Cela n'éveille pas chez eux l'envie de skier.»

La reine du ski américain Mikaela Shiffrin (cinq victoires au classement général de la Coupe du monde) s'interroge depuis longtemps sur cette date d'ouverture: «Je peux certes me mettre dans l'état d'esprit de faire des courses à tout moment, même quand il fait chaud. Mais cela a-t-il vraiment un sens? Jusqu'à quel point devrions-nous adapter notre environnement à l'emploi du temps que nous voulons avoir? Ou devrions-nous adapter notre calendrier à l'environnement?»

Marc Girardelli secoue la tête

L'Autrichien qui a représenté Luxembourg Marc Girardelli réagit avec agacement lorsqu'il est confronté à de telles déclarations: «Des idoles comme Shiffrin et Gut-Behrami devraient enfin cesser de scier la branche sur laquelle elles sont elles-mêmes assises».

Celui qui a, tout comme l'Américaine, remporté cinq fois le grand globe de cristal contre-argumente: «Je peux assurer à Mikaela Shiffrin que la neige est produite à Sölden avec une technologie hautement écologique. Et Lara Gut-Behrami devrait se rappeler que l'Open d'Australie de tennis suscite également un grand intérêt en Europe, bien que ce tournoi se déroule en plein hiver chez nous. Il n'y a donc aucune raison pour que, à l'inverse, les téléspectateurs n'aient pas envie de regarder des courses de ski lorsque les températures sont plus élevées.»

Mis en appétit

L'ancien champion de slalom allemand Frank Wörndl pense de la même manière que Marc Girardelli et propose une comparaison plutôt particulière: «Je viens d'aller au supermarché où, à la caisse, on propose déjà des biscuits de Noël deux mois avant. C'est pour la même raison que l'industrie du ski a besoin du début de la Coupe du monde à la fin de l'automne. Les gens doivent être mis en appétit pour l'hiver grâce à ces courses!»

Publicité

Et comme les athlètes de haut niveau perçoivent une part considérable de leur salaire de leurs équipementiers, Mikaela Shiffrin et Lara Gut-Behrami dépendent d'une industrie du ski florissante. Mais les courses de Coupe du monde en octobre ont-elles vraiment un impact aussi important sur les ventes d'articles de sports d'hiver? Franz Julen, patron de la nouvelle descente de la Coupe du monde au Cervin, est l'un de ceux qui peuvent l'évaluer avec précision.

La solution jusqu'en avril?

Cet habitant de Zermatt a équipé les stars comme Pirmin Zubriggen et Vreni Schneider dans les années 80, puis a été CEO de Völkl Ski et d'Intersport International. «Le début précoce de la Coupe du monde à Sölden est extrêmement important pour l'industrie des sports d'hiver, constate Franz Julen. Chaque année, nous avons constaté que la vente de skis, de combinaisons et de gants ne démarre vraiment que le lendemain des courses de Sölden.»

Pourtant, Mikaela Shiffrin et Lara Gut-Behrami sont loin d'être les seuls membres du Cirque blanc à plaider pour que la saison de la Coupe du monde ne commence que fin novembre et se prolonge jusqu'à début avril. Franz Julen ne pense pas que cette idée est bonne. «Nous avons discuté au sein du comité d'organisation de l'organisation de courses de Coupe du monde au printemps. Mais aucun de nos sponsors n'était intéressé par une descente au Cervin en avril. A cette période de l'année, ces entreprises veulent logiquement investir leur argent dans les sports d'été. Chez Intersport, nous avons toujours investi beaucoup d'argent dans le sponsoring dans le monde du ski, mais seulement jusqu'à fin février, parce qu'après, les audience TV baissent fortement.»

Le respect de l'environnement remis en question

Frank Wörndl est en outre convaincu que les courses de Coupe du monde au printemps ne sont pas plus écologiques que le début de saison en automne au Tyrol: «Pour sauver les pistes, il a fallu par le passé répandre d'innombrables tonnes de sel dans la neige, spécialement lors des finales de la Coupe du monde en mars. Et la plupart des scientifiques confirmeront que le sel peut provoquer des brûlures sur les plantes.»

Publicité

Mais dans la foulée, Frank Wörndl explique clairement pourquoi la génération actuelle de skieurs discute trop de la durabilité dans leur sport: «Quand je pense aux dégâts causés à l'environnement par tous les chars d'assaut actuellement utilisés dans les guerres, ce qui se passe dans le ski équivaut à une broutille.» Ce n'est toutefois pas le dernier mot à ce sujet, loni de là.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la