L'atout No 1 des Tchèques
Pour la Suisse, le danger s'appelle Roman Cervenka

Après la défaite surprise contre le Danemark pour son entrée en lice aux Jeux de Pékin, le Tchèque Roman Cervenka (36 ans, Rapperswil) s'attend à une rencontre difficile face à la Suisse, vendredi matin. Un match à suivre en live sur nos plateformes, dès 9h40.
Publié: 10.02.2022 à 15:09 heures
|
Dernière mise à jour: 10.02.2022 à 17:00 heures
1/7
Les Tchèques n'ont réussi à marquer qu'un seul but contre le Danemark pour leur entrée en lice.
Nicole Vandenbrouck, Pekin

Roman Cervenka a décidé de ne pas regarder derrière lui. Seul demain et après-demain comptent. Ce n’est pas étonnant, puisque son équipe, la République tchèque, a été battue de manière inattendue par le Danemark (1-2) en début de tournoi. «Nous sommes déçus», a remarqué l’unique buteur de sa formation, juste après le match. Et comment se sentait-il au lendemain de cette désillusion? «Nous avons discuté de ce que nous avons bien fait et de ce que nous avons mal fait contre les Danois», précisait-il. Lors de l’entraînement de jeudi matin, l’ambiance était studieuse.

Pour se remettre de ce faux pas initial, les Tchèques vont devoir se frotter à la Suisse, également battue pour son premier match (0-1 face à la Russie). Roman Cervenka, le meilleur joueur du championnat de National League, connaît parfaitement ses futurs adversaires. «Mais rassurez-vous, nos entraîneurs n’ont pas eu besoin de mes conseils, précise l’ancien joueur de Fribourg Gottéron et Zurich. Ils connaissent très bien l’équipe de Suisse!»

La dernière fois que les deux nations se sont affrontées en match officiel, c’était lors du dernier Mondial, à Riga. En 2021, la Suisse avait battu la République tchèque 5-2. Mais le joueur de 36 ans n’était pas là. À Pékin, Roman Cervenka fête en effet son retour en sélection nationale après un hiatus de quatre années.

La forme de sa vie

Son corps ne lui permettait pas de jouer à un tel niveau dix mois par année. Avant de se relancer à Rapperswil la saison dernière, Roman Cervenka avait été gêné par des blessures ainsi qu’une thrombose. C'est la raison pour laquelle le joueur de centre ne faisait pas partie des candidats à une place dans l’équipe.

Aujourd’hui, il semble être dans la forme de sa vie et a même été nommé capitaine de sa sélection. Il forme une première ligne de feu avec deux autres «Suisses» à ses côtés. Il est en effet aligné avec Jan Kovar (Zoug) et Matej Stransky (Davos). «Être capitaine est évidemment une fierté, mais nous avons beaucoup de leaders dans l’équipe», précise Roman Cervenka. Ce sont justement ces leaders qui seront attendus au moment de montrer une réaction face à la Suisse.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la