Elle rêvait des JO
L'arrêt de sa carrière l'a poussée au suicide

Elle rêvait de participer aux Jeux olympiques de Pékin. Mais Brittany George n'a pas supporté l'arrêt de sa carrière à la suite d'une blessure et s'est ôté la vie.
Publié: 05.02.2022 à 16:50 heures
|
Dernière mise à jour: 05.02.2022 à 17:25 heures
Blick

Elle avait travaillé toute sa vie pour pouvoir un jour participer aux Jeux olympiques. Mais aujourd'hui, Brittany George (24 ans) est décédée. Le grand rêve de l'Australienne de pouvoir être présente à Pékin dans la discipline du saut freestyle s'est effondré dès 2020. Elle a dû a dû mettre un terme à sa carrière en Coupe du monde en raison d'une grave blessure au dos.

Que faire si vous ne vous sentez pas bien?

- Certainement en premier lieu: mieux vaut agir tôt que tard. Si la situation est vraiment aiguë, il faut alors impérativement appeler l'un des numéros d'urgence habituels. Les exemples sont le 143 (La main tendue) et le 147 (Pro Juventute).
- Il n'y a pas de honte à recourir à une aide professionnelle. Il existe aujourd'hui sur Internet quelques offres, comme mynd, qui permettent de demander de l'aide en ligne. Des alternatives sont entre autres dureschnufe.ch et également sur Internet les services mentionnés ci-dessus : La main tendue et Pro Juventute. Au début, cela peut peut-être aider si l'on peut même s'annoncer anonymement.
- Si l'on ne peut ou ne veut pas entrer immédiatement en contact avec un spécialiste: un changement de décor est souvent utile, par exemple une promenade ou un jogging.
- Un appel téléphonique à des amis peut également aider.

Daniel Sigrist à propos de ses routines personnelles d'assimilation: «Personnellement, je passe beaucoup de temps dans la nature le week-end avec ma compagne et/ou des amis, je veille au changement de décor nécessaire en faisant des excursions et des randonnées. Le matin, je commence généralement par une petite séance de yoga et j'aime faire du sport en général. Le soir, pour être honnête, il n'est pas rare que je fasse une session Netflix, cela m'aide souvent à décompresser avant d'aller me coucher».

- Certainement en premier lieu: mieux vaut agir tôt que tard. Si la situation est vraiment aiguë, il faut alors impérativement appeler l'un des numéros d'urgence habituels. Les exemples sont le 143 (La main tendue) et le 147 (Pro Juventute).
- Il n'y a pas de honte à recourir à une aide professionnelle. Il existe aujourd'hui sur Internet quelques offres, comme mynd, qui permettent de demander de l'aide en ligne. Des alternatives sont entre autres dureschnufe.ch et également sur Internet les services mentionnés ci-dessus : La main tendue et Pro Juventute. Au début, cela peut peut-être aider si l'on peut même s'annoncer anonymement.
- Si l'on ne peut ou ne veut pas entrer immédiatement en contact avec un spécialiste: un changement de décor est souvent utile, par exemple une promenade ou un jogging.
- Un appel téléphonique à des amis peut également aider.

Daniel Sigrist à propos de ses routines personnelles d'assimilation: «Personnellement, je passe beaucoup de temps dans la nature le week-end avec ma compagne et/ou des amis, je veille au changement de décor nécessaire en faisant des excursions et des randonnées. Le matin, je commence généralement par une petite séance de yoga et j'aime faire du sport en général. Le soir, pour être honnête, il n'est pas rare que je fasse une session Netflix, cela m'aide souvent à décompresser avant d'aller me coucher».

plus

La fin précoce de sa carrière l'a plongée psychologiquement dans un trou profond. Tragiquement, George n'a pas trouvé d'issue, elle a été aperçue pour la dernière fois il y a une semaine. À quelques heures de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pékin, elle a été retrouvée morte à Brisbane. Il n'y a pas d'indice d'un acte criminel.

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Ce n'est qu'en octobre dernier que l'ancien espoir des Aerials a parlé ouvertement de ses problèmes de santé mentale dans le podcast «Opening your mind». Ceux-ci ont commencé après sa retraite. «Je n'avais plus d'identité, avouait-elle alors. J'ai été toute ma vie 'l'athlète'. Depuis l'âge de deux ans jusqu'à mes 20 ou 21 ans. Le sport était toute ma vie».

L'arrêt de la compétition de haut niveau a laissé un vide immense. «J'ai tout mis dans le sport. En dehors du sport, tout le reste était secondaire. C'était tout ou rien», a-t-elle confessé.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la