Waeber décisif à Fribourg
«J'étais un peu plus nerveux que d'habitude»

À la surprise générale, Ludovic Waeber a été titularisé devant le filet pour le premier match des demi-finales entre Fribourg Gottéron et Zurich. Le dernier rempart des Lions a été très bon face à son ancienne équipe.
Publié: 09.04.2022 à 00:03 heures
|
Dernière mise à jour: 09.04.2022 à 01:13 heures
Ludovic Waeber a été décisif lors de l'Acte I
Blick_Gregory_Beaud.png
Grégory BeaudJournaliste Blick

À 18h30, la surprise a été rendue officielle: ce n’est pas le Tchèque Jakub Kovar qui gardera le filet des Zurich Lions pour le premier match de la demi-finale entre les pensionnaires du Hallenstadion et Fribourg Gottéron. Officiellement, le titulaire était annoncé malade. Une nouvelle qui a permis à Ludovic Waeber de fêter son premier match durant ces play-off. «Je l’ai appris le matin même, a-t-il narré en fin de soirée, après la victoire au début de la seconde prolongation. Je me prépare toujours comme si j’allais jouer. Mais c’est vrai que j’étais un peu plus nerveux que d’habitude.»

Solide à Fribourg

Depuis son départ de la BCF Arena, Ludovic Waeber a souvent performé sur la glace fribourgeoise. «J’ai tout de même perdu deux fois ici cette saison», tient-il à préciser. Pour lui, les rencontres face aux Dragons ne sont pas anodines. «Quand je lève les yeux dans les gradins, il y a souvent des gens que je connais. C’est assez spécial. Mais au moment où le match commence, ce n’est plus si particulier.»

Cette rencontre, les Lions zurichois l’ont remportée après 82 minutes sur une réussite de Denis Malgin. À l’autre bout de la glace, «Ludo» n’a pas semblé perturbé par la longueur du match. «C’est la première fois que je disputais une seconde prolongation, poursuit-il. Au bout d’un moment, tu es dans ton rythme. J’ai fait un arrêt après l’autre et voilà. Je ne sens pas les jambes plus lourdes qu’après un match normal. On verra demain matin.»

«Frustration personnelle»

Durant toute la série des quarts de finale face à Bienne, Ludovic Waeber a regardé Jakub Kovar aligner les bonnes prestations depuis le banc. Surnuméraire, le natif de Grolley n’en voulait évidemment pas au Tchèque. «Nous avons une bonne relation, précise-t-il. Je l’avais d’ailleurs averti que les matches à Fribourg allaient se disputer dans une bonne ambiance. On se donne des conseils. Tout va bien.»

Mais tout de même, cette position de surnuméraire, il a eu du mal à la digérer. «Je n’ai évidemment pas fait d’histoire avec ça, précise-t-il. Mais j’avais surtout une frustration personnelle de ne pas jouer.» Sera-t-il de nouveau sur la glace dimanche pour le second acte de cette demi-finale? «Nous aurons probablement des discussions samedi matin, remarque-t-il. Moi, je suis en tout cas prêt.»

Les Fribourgeois ont d’ailleurs pu le remarquer puisque «Ludo» leur a mené la vie dure tout au long des 82 minutes de jeu.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la