Malgré un trou dans le sourire
Derek Grant: «J'ai quand même trouvé une femme»

Sept buts en cinq matches: Derek Grant a commencé les play-off à fond! Le Canadien au sourire particulier a atterri chez les ZSC Lions grâce à Marc Crawford, un technicien qui le connaît depuis tout petit.
Publié: 02.04.2024 à 13:14 heures
1/7
L'attaquant des ZSC Lions Derek Grant célèbre après son 2-1 contre Zoug, alors que le gardien Leonardo Genoni est battu.
RMS_Portrait_AUTOR_409.JPG
Stephan Roth

Derek Grant (33 ans) a terminé le quart de finale contre Bienne avec un hat-trick. Et a réitéré l'exploit lors du début de la série contre Zoug (5-2). Le centre du ZSC avait-t-il déjà réussi deux hat-tricks de suite? «Non, jamais», répond le Canadien en laissant apparaître son grand écart dentaire tout en souriant. «Je n'en avais réussi qu'un seul dans toute ma vie». C'était il y a deux ans, en NHL, avec les Anaheim Ducks contre les Saint-Louis Blues.

Dans la meilleure ligue du monde, où il a disputé 446 matches pour Ottawa, Calgary, Buffalo, Nashville, Anaheim, Pittsburgh et à nouveau Anaheim, Derek Grant avait bien sûr un tout autre rôle qu'aujourd'hui avec les ZSC Lions. Il était un joueur de quatrième ligne qui gagnait des engagements et jouait en infériorité numérique, qui devait en permanence lutter et craindre pour sa place dans la ligue - et qui a également joué dans onze équipes de la AHL.

À Zurich, en revanche, il peut jouer un rôle majeur. Le fait qu'il ait atterri dans la ville de la Limmat a beaucoup à voir avec l'entraîneur Marc Crawford. «Je connais Derek depuis longtemps. Il a joué avec mon fils quand il était petit. J'ai continué à suivre son développement, la façon dont il a joué à l'université d'État du Michigan, puis en AHL, avant de réussir à atteindre la NHL. Je savais que Derek était très performant et un vrai athlète sur le plan physique. C'est aussi pour cette raison et pour son caractère que nous l'avons engagé».

Pour la NHL, Derek Grant a dû complètement changer son jeu

Alors que Derek Grant a réussi à intégrer la NHL en tant que joueur, le fils de Marc Crawford, Dylan, est lui devenu entraîneur vidéo à Vancouver.

«Nous avions environ onze ans lorsque nous avons commencé à jouer ensemble. Marc était alors l'entraîneur principal des Vancouver Canucks. Pour nous, les jeunes, c'était cool. Nous regardions tous les matches des Canucks. Pendant un lock-out, Marc faisait partie de notre staff de coachs. Il a apporté beaucoup de connaissances que l'on reçoit rarement à cet âge», raconte Derek Grant. Le contact n'a pas été très étroit par la suite, mais ils se sont rencontrés à plusieurs reprises en NHL. «Marc m'a alors contacté et je suis heureux d'avoir eu cette opportunité ici à Zurich».

Derek Grant a retrouvé de plus en plus sa «scoring touch», après avoir déjà été un bon buteur et passeur décisif en AHL et à l'université, selon Marc Crawford. Il n'a pas été facile de redécouvrir cet aspect de son jeu, explique ce gros morceau de 1,91 mètre et de 95 kilos. «En grandissant, j'étais un joueur offensif, mais pour arriver en NHL, j'ai dû complètement changer ma façon de jouer. Le fait que j'aie maintenant l'occasion de me mettre en valeur aussi offensivement fait une grande différence».

Publicité

Champion d'AHL avec Roman Wick et Ryan Keller

Après avoir marqué 18 buts lors du championnat régulier, le Canadien a déjà marqué sept fois en cinq matches de play-off. Il est donc tout à fait approprié qu'il fasse également partie des protagonistes de l'intro des Lions sur le Videotron, où l'on peut entendre sa voix grave et puissante.

Avant cela, il n'avait marqué qu'une seule fois en playoffs dans sa carrière professionnelle. C'était en 2011 avec Binghamton, lorsqu'il avait été sacré champion d'AHL avec les futurs héros du ZSC Roman Wick et Ryan Keller.

Il est évident que ce rôle plus important lui plaît. Sur la glace et en dehors, le massif Canadien arbore un sourire auquel il manque deux dents. Depuis combien de temps? «Environ depuis 2014». Il a certes envisagé de remplacer ses dents, mais il est arrivé à la conclusion qu'elles repartiraient tout aussi rapidement! «J'ai quand même trouvé une femme. Je pense que c'est bon».

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Il n'a ensuite prolongé son contrat avec les Lions que lorsque sa femme Alexa, qui travaillait comme agent immobilier en Californie, est arrivée à Zurich après quelques mois. «Nous nous plaisons beaucoup ici». Avec leur chien, ils sont déjà allés plusieurs fois dans les montagnes, qui lui rappellent son pays natal, dans la région de Vancouver.

Publicité


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la