Guichets fermés en 90 secondes
Engouement monstre et gabegie totale autour des billets

Des billets écoulés en 90 secondes, des Genevois courroucés et des Biennois heureux: la vente des sésames pour l'acte décisif de la finale des play-off n'a pas été simple, ce mercredi matin. La faute à un système pas adapté à de telles situations, selon le club grenat.
Publié: 26.04.2023 à 18:26 heures
|
Dernière mise à jour: 27.04.2023 à 14:52 heures
La patinoire des Vernets aurait sans doute pu être remplie plusieurs fois, ce jeudi soir.
8 - Adrien Schnarrenberger - Journaliste Blick.jpeg
Adrien SchnarrenbergerJournaliste Blick

Une «finalissima», ce n'est pas tous les jours. Encore moins lorsqu'elle oppose deux équipes romandes. Il ne fallait donc pas être devin pour comprendre que la demande allait dépasser l'offre, ce mercredi matin lors de la vente en ligne des billets pour l'ultime match de la finale des play-off de National League entre Genève et Bienne. Mais c'est peut-être un record mondial qui a été atteint: les 7135 places des Vernets ont trouvé preneur en... 1 minute 30. Ou quand le palet fait mieux que Paléo et ses 41 minutes, le mois dernier.

Forcément, cela fait beaucoup de déçus. Il suffit de se connecter à Twitter pour en trouver. Sous la publication de Genève-Servette qui annonce le match à guichets fermés, des fans par dizaines racontent comment ils étaient prêts à 10h tapantes et n'ont jamais pu rêver d'obtenir une place.

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Rahel*, jeune Biennoise de 22 ans, s'attendait aussi à devoir se contenter de sa télévision pour suivre le premier titre de son équipe depuis quatre décennies. Mais à sa propre surprise, elle a pu sans problème acheter quatre billets — le maximum autorisé — sur Ticketcorner. «Nous nous étions organisés avec les autres membres de ma famille, tous fans du HC Bienne, raconte-t-elle à Blick. Quiconque en avait la possibilité prenait quatre billets.»

Surprise: tout le monde a été servi! «En tout, nous avons pu avoir 21 sésames», assure Rahel, photo à l'appui. Pas question pour autant de faire fortune sur le marché noir, poursuit l'étudiante: «Nous sommes une famille nombreuse, et avec les conjoints et les amis proches, les billets ont été vite distribués.»

Un car réservé pour l'occasion!

Mais l'appétit vient en mangeant: la petite délégation est désormais à la recherche... d'un car pour faire de ce pèlerinage en terres genevoises un moment mémorable! «Beaucoup de nos amis ont aussi eu des billets, donc je pense que l'on pourra remplir sans trop de problème un véhicule d'une cinquantaine de places», sourit Rahel, toute heureuse de pouvoir être de la partie.

La jeune femme a-t-elle simplement eu de la chance? Pas forcément. La clé, selon elle, a été de miser sur Ticketcorner plutôt que sur la billetterie de Genève-Servette. «J'avais les deux onglets ouverts et les billets étaient déjà en vente à 9h59 sur Ticketcorner», raconte la jeune femme.

Publicité

Geff Scarantino, responsable des relations médias de Genève-Servette, contredit cette version. «Vérification faite, il n'y a eu que quelques secondes de décalage entre la première vente sur Ticketcorner et celle effectuée sur la billetterie en ligne du club», explique-t-il. Ce qui peut avoir joué un rôle, en revanche, ce sont les habitudes des acheteurs: «Les fans du GSHC prennent le temps de choisir leurs places, alors que les clients de Ticketcorner utilisent plutôt l'option d'acheter les premiers billets disponibles.»

Pas plein, même en demi-finale

Tous les billets ayant été vendus en moins de deux minutes, procédure de paiement comprise, il y a fort à parier que cela ait profité aux usagers de Ticketcorner, au détriment de ceux du site de Genève-Servette. À la décharge du club, ce scénario était difficilement anticipable, le vétuste antre des Aigles n'ayant pas été plein, même pour la demi-finale contre Zoug.

Mais l'explication ne suffira pas à atténuer la déception des fans genevois. Pourquoi le GSHC n'a-t-il pas privilégié ses supporters et mis tous les billets en vente sur sa propre plateforme? «C'est impossible contractuellement, explique Geff Scarantino. Comme beaucoup d'autres clubs de National League, nous collaborons avec une plateforme dédiée, en l'occurrence Ticketcorner, et nous sommes tenus de vendre des billets par ce biais.»

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Autre courroux des fans du GSHC: le nombre de billets disponibles, puisque tous sont partis en un clin d'œil. Certains en déduisent qu'il n'y avait que peu de sésames sur le marché. Interrogé, Geff Scarantino ne connaît pas le contingent exact de tickets mis en vente ce mercredi à 10h. «Mais nous avons 4000 abonnés et 900 VIP. Il y avait donc encore environ 2200 billets à vendre ce matin», assure le responsable médias.

Publicité

Des dizaines de billets sur Ricardo

La dernière chance pour obtenir un sésame est de se rabattre sur les plateformes de revente. Sur Ricardo.ch, des dizaines de (re)vendeurs proposaient des billets pour le choc de jeudi soir. De quoi frustrer Geff Scarantino. «Nous expérimentons ce qui fait le désespoir de Paléo depuis des années. Malheureusement, c'est légal en Suisse et on ne peut rien faire...» Ce mercredi après-midi, des billets atteignaient plusieurs centaines, voire le millier de francs.

Sur Ricardo, les billets atteignent plusieurs centaines, voire milliers (!) de francs.

D'autres personnes, notamment sur Anibis (voir ci-dessous), proposaient une forme de troc des plus inhabituelles, mais qui laissait entrevoir une nette préférence: deux billets pour Paléo contre une place debout aux Vernets jeudi!

À peine le temps de conclure l'article qu'un message de Rahel intervient: «Nous avons notre car!» Les Vernets devraient être non seulement pleins, mais bien panachés entre fans biennois et genevois, jeudi soir. Que le meilleur gagne!

*Nom connu de la rédaction

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la