Deux défaites en trois matches
Que retenir de ce début de saison raté de Genève-Servette?

Genève-Servette a perdu deux de ses trois premiers matches de la saison dont une claque mémorable face à Lausanne. À quel point faut-il prendre ces résultats au sérieux. Analyse.
Publié: 22.09.2023 à 09:04 heures
Blick_Gregory_Beaud.png
Grégory BeaudJournaliste Blick

Cet article est tiré de ma newsletter hebdomadaire, publiée chaque jeudi matin à 7h. Pour s’inscrire, rendez-vous au pied de cet article. Attention, il faut valider l’inscription dans le mail que vous recevrez. Il est également possible de s’inscrire ici.

⚠️ ATTENTION! FAIBLE ÉCHANTILLON ⚠️

On reste calme après seulement trois ou quatre matches selon les équipes. Mais cela ne veut pas dire que l'on n'a pas le droit d'analyser ce qui s'est passé et d'en tirer certaines tendances, si infimes soient-elles. Aujourd'hui, penchons-nous sur le début de saison du champion en titre, Genève-Servette.

Même Ies observateurs dissipés n'auront pas manqué de constater que le GSHC a livré deux mauvaises prestations tant sur le plan comptable que dans la manière. Dans une interview qu'il m'a accordée, le gardien Gauthier Descloux précise fort justement: «En tant qu'athlète, j'ai appris, avec le temps, à réfléchir en fonction du niveau de jeu et non du résultat». Pour le coup, tant le résultat que le niveau de jeu n'étaient pas au rendez-vous. Comment expliquer ces deux défaites face à Langnau et Lausanne et, plus généralement, ces trois premiers matches statistiquement peu encourageants? Et, plus important, est-ce inquiétant?

1

Peu de possession en zone offensive

La saison dernière, le GSHC était la meilleure équipe dans ce domaine. Par 60 minutes de temps de glace, l'équipe de Jan Cadieux se créait plus de 1 but escompté (xG) résultant d'une possession en zone offensive. Depuis le début de ce championnat, Genève-Servette ne parvient pas à maîtriser le puck dans le camp adverse. Les Aigles ne se sont jamais approchés de leur marque de 2022/2023 sur les trois premiers matches. Le pire a été à Lausanne avec un famélique 0,14 xG dans pareille situation.

Est-ce inquiétant? Non. Le club des Vernets ne va pas perdre le style de jeu qui a fait sa force en un été. Pourquoi ce début chaotique? Les conditions de jeu à Langnau n'ont pas aidé le GSHC à utiliser ses forces. Affronter Zurich et Lausanne ensuite n'a rien d'un cadeau. Bref, ce point devrait naturellement se corriger dans les prochains temps.

Publicité
2

Une défense perméable

N'allez pas croire que ce paragraphe est écrit exclusivement à la suite du match face à Lausanne. Vendredi à Langnau, le GSHC a livré une prestation défensive assez peu enthousiasmante, pour ne pas dire plus. Gauthier Descloux a d'ailleurs longtemps retardé l'échéance en étant très bon devant son filet. Le lendemain face à Zurich, les Aigles ont également concédé plus de chances à Zurich qu'à leur habitude avec plus de 2,25 xG en 52 minutes à 5 contre 5 (2,60 par 60 minutes). Lors de ses deux premiers matches, la troupe de Cadieux a concédé 4,5 xG à 5 contre 5 contre 2,7 en sa faveur. J'ai volontairement mis de côté la débâcle lausannoise.

Est-ce inquiétant? Un poil plus. Contrairement à l'attaque, la défense demande peut-être davantage une prise de conscience collective. Mais je n'ai pas écrit «un poil plus» par hasard. Il n'y a pas franchement de quoi paniquer là aussi. Les choses devraient se mettre d'aplomb naturellement.

3

Six buts encaissés à Lausanne

Si Gauthier Descloux a livré un match et demi quasi parfait (59 tirs, 57 arrêts), Robert Mayer ne peut pas en dire autant puisque sa copie affiche un 86,54% d'efficacité en 95 minutes de jeu. C'est lui qui a été jeté en pâture aux Lions du Lausanne HC mardi soir. Autant dire que cette titularisation n'était pas un cadeau. Délaissé par sa défense, il n'a pu que constater les dégâts et n'a pas grand-chose sur la conscience. En moyenne, les deux portiers genevois rendent un 91,9% d'arrêts, ce qui est tout à fait honorable.

Est-ce inquiétant? Absolument pas. Sur les deux premières sorties, Genève-Servette a pu compter sur deux portiers brillants. Et même si Robert Mayer a dû souvent aller rechercher le puck au fond de ses filets, sa responsabilité ne peut pas être engagée. Il a fait au mieux dans un environnement hostile. Posséder deux gardiens suisses de cette valeur sera à nouveau une force sur le long terme.

Bref, pour le moment, Genève-Servette livre un début de saison quelconque, mais nullement inquiétant, vous l'aurez compris. On va tout de même monitorer l'implication défensive sur les prochains matches avec, peut-être, le retour au jeu de Theodor Lennström qui n'a pas encore donné ses premiers coups de patins en National League? 


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la