À Bienne comme à Langnau
C'est toujours le même Jesper Olofsson

Le Suédois du HC Bienne est le meilleur buteur de son équipe avec déjà six goals à son compteur. Jesper Olofsson part sur un rythme digne de celui qui était le sien à Langnau la saison dernière.
Publié: 21.10.2022 à 12:31 heures
Jesper Olofsson a réussi ses débuts à Bienne.
Blick_Gregory_Beaud.png
Grégory BeaudJournaliste Blick

Cet article est tiré de ma newsletter hebdomadaire, publiée chaque jeudi matin à 7h. Pour s’inscrire, rendez-vous au pied de cet article. Attention, il faut valider l’inscription dans le mail que vous recevrez. Il est également possible de s’inscrire ici.

L'attaquant suédois du HC Bienne n'a disputé que huit des douze rencontres de son équipe. Pourtant, il a déjà fait trembler les filets six fois et inscrit huit points. Un rythme qui n'est pas sans rappeler celui qu'il tenait la saison dernière à Langnau. Alors, va-t-il avoir le même succès dans le Seeland? On regarde ce que nous disent les chiffres.

Le début de saison de Jesper Olofsson n'a pas été simple. Outre une nouvelle équipe à laquelle s'adapter, l'ailier suédois a également dû se défaire d'une infection au coronavirus. Cela ne l'a toutefois pas empêché de vivre un début de saison plein sur le plan comptable. Et au niveau des résultats, il n'est pas à plaindre non plus. Sur les huit matches qu'il a disputés, le HC Bienne en a remporté sept.

Pourtant, la question de savoir quel allait être son rôle à Bienne après avoir été la focale de l'attaque à Langnau se posait légitimement. Bien sûr, la saison n'en est pas encore à son premier quart, mais on peut tout de même déceler quelques tendances.

Le jeu à égalité numérique

Cinq des huit buts inscrits par Jesper Olofsson l'ont été à 5 contre 5. La saison dernière, il avait totalisé 25 buts dont 19 à égalité numérique. Ce n'est donc pas un hasard de le voir faire du dégât dans cette situation. Mais la manière, par contre, est un rien différente. Grâce aux données de NLicedata, nous pouvons constater que sa position sur la glace est légèrement différente à Bienne (image de droite) qu'elle ne l'était dans l'Emmental.

Avec Bienne, Jesper Olofsson semble en mesure de trouver de meilleures positions de shoot, notamment sur la gauche du gardien. Il est également intéressant d'observer un plus faible pourcentage de shoots décochés entre les deux ronds d'engagement par rapport à ce qu'il faisait du côté de Langnau. Cela se traduit par davantage de chances de marquer. Cette saison, il tourne à 1,34 but escompté par 60 minutes de glace comparé à 0,74 lors du précédent championnat. Près du double, donc.

Publicité

Le jeu en power-play

Il est trop tôt pour tirer des conclusions sur la vingtaine de minutes de power-play disputées par Jesper Olofsson depuis son arrivée à Bienne. On peut par contre regarder son positionnement qui, là aussi, change légèrement sous Antti Törmänen avec, semble-t-il, une plus grande liberté de mouvement - la marque de fabrique du coach finlandais.

Une ligne qui fonctionne bien

Si l'adaptation doit évidemment encore avoir lieu, l'alignement, lui, semble déjà trouvé par Antti Törmänen. En effet, Jesper Olofsson a joué plus de 80 minutes sur une ligne composée de Fabio Hofer et Gaëtan Haas. Seul le trio Kessler - Sallinen - Rajala a eu plus de temps de glace du côté du HC Bienne cette saison. Et si le coach ne modifie pas cette ligne, c'est parce qu'elle tourne bien. Parmi les triplettes ayant joué au minimum 50 minutes ensemble depuis le début de saison, la combinaison Olofsson-Hofer-Haas est la sixième meilleure ligne du pays au niveau de la production offensive avec près de 70 shoots (cadrés et non-cadrés) par 60 minutes de glace.

Et défensivement, les trois attaquants ne sont pas en reste puisqu'ils ne concèdent qu'une cinquantaine de shoots par 60 minutes de glace. C'est certes moins bien que Kessler-Sallinen-Rajala (40,08) mais tout à fait convenable comme résultat.

On peut dès lors dire sans trop prendre de risque que l'arrivée de Jesper Olofsson à Bienne est une affaire qui semble rouler malgré les doutes qui pouvaient exister avant la saison.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la