La «H2O» en pleine sécheresse
La ligne magique de Bienne trouvera-t-elle la solution contre Genève?

Durant tout le championnat, la tempête biennoise, avec le capitaine Gaëtan Haas et les ailiers Fabio Hofer et Jesper Olofsson, a balayé les lignes de défense adverses. En play-off et dans cette finale, elle n'apporte plus autant de choses positives.
Publié: 22.04.2023 à 12:59 heures
|
Dernière mise à jour: 22.04.2023 à 13:40 heures
La ligne de parade du HC Bienne en plein conciliabule.
Stephan Roth

Lorsque le HC Bienne s'est montré inarrêtable en automne, c'est surtout une ligne qui a enthousiasmé par ses combinaisons et ses buts. Celle des trois attaquants de trois pays différents, l'Autrichien avec licence suisse Fabio Hofer (32 ans), le Seelandais Gaëtan Haas (31 ans) et le Suédois Jesper Olofsson (31 ans).

Olofsson, qui avait été débauché des SCL Tigers après une saison à 25 buts, a marqué 21 buts en saison régulière, Hofer 16 et Haas 12. Le trio, que les fans ont baptisé la H20, a ainsi marqué 49 buts, dont 39 à cinq contre cinq.

Pendant les play-off, la H20 traverse une phase de sécheresse. En quart de finale contre Berne, elle n'a marqué que six buts en six matches. En demi-finale contre les ZSC Lions, il n'y en avait plus que 3 en 4 matches, tous en power-play. Et en finale contre Genève-Servette, seul le but de Hofer dans le deuxième match est à porter à leur crédit.

Manque d'élan

Depuis le premier match des play-off, Olofsson n'a donc plus marqué à 5 contre 5. Il a tout de même inscrit deux buts importants en supériorité numérique contre Zurich. Alors que Haas et Hofer donnent toujours de l'élan à l'attaque, le Suédois semble inhibé. Il lui manque cet allant vers le but. L'ailier de 1,78 m manque de percussion et de dynamisme. Et ses tirs manquent de l'acuité qui les caractérise habituellement.

En play-off, Olofsson s'est déjà couché à plusieurs reprises après des charges adverses et est ensuite retourné sur le banc le visage déformé par la douleur, ce que les mauvaises langues ont interprété comme un jeu d'acteur. Ainsi, il n'est pas exclu qu'il ne soit pas en pleine possession de ses moyens. Dans les séries, il est normal que les joueurs blessés s'accrochent. Ainsi, le capitaine zougois Jan Kovar, qui a mené l'EVZ au titre la saison dernière avec quatre côtes cassées, a déclaré forfait pour le championnat du monde cette année. Et l'attaquant du ZSC Sven Andrighetto a dû se faire opérer de la main après l'élimination contre Bienne.

Le fait que la production de buts de la H20 soit famélique n'a pas encore déstabilisé Bienne. Finalement, l'une des forces de l'équipe d'Antti Törmänen et d'Oliver David est que toutes les lignes peuvent contribuer à marquer des buts. 19 (!) joueurs différents ont déjà marqué dans les play-off et parmi les joueurs de champ engagés, seuls quatre (Noah Delémont, Riley Sheahan, Beat Forster et Jérémie Bärtschi) n'ont pas encore marqué.

Publicité

Mais si les Seelandais veulent devenir champions, ils auront besoin d'une nouvelle contribution de leur ligne de parade. Ce d'autant plus qu'ils vont devoir s'imposer au moins une fois sur la glace des Vernets. Prochaine tentative: ce samedi soir (20h, en direct sur Blick).

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la