La déclaration d'amour des fans
«C'est ce qui pouvait m'arriver de plus beau»

En fin de contrat à Fribourg, Andrei Bykov a été longuement célébré par les supporters qui veulent le voir rester à la BCF Arena. «C'était impossible de jouer tellement j'étais ému», a-t-il souri en fin de soirée.
Publié: 10.01.2023 à 23:00 heures
|
Dernière mise à jour: 11.01.2023 à 13:21 heures
Andrei Bykov (médaillon) a été longuement célébré par les fans des Dragons.
Blick_Gregory_Beaud.png
Grégory BeaudJournaliste Blick

«Andrei Bykov, Andrei Bykov, Andrei Bykov, superstar de Gottéron.» L'air est le même depuis le début des années 1990. Seul le prénom change. Slava est devenu Andrei comme une passation de témoin entre un père et son fils.

Aujourd'hui, ce flambeau pourrait s'éteindre puisque le No 89 est actuellement en fin de contrat. Dans «La Liberté» de ce mardi, il avoue même sonder le marché pour «ne pas rester sur le carreau» si aucune solution ne vient du côté de Fribourg.

Alors que Fribourg Gottéron se dirigeait vers une victoire aisée face à Ajoie (7-2), les supporters des Dragons ont brandi une banderole en fin de match. Son contenu? «Bykov doit rester fribourgeois.» Durant de nombreuses minutes, ils ont chanté le fameux chant à la gloire de l'attaquant qui n'a porté qu'un maillot durant toute sa carrière. Comment le joueur d'un naturel très sensible a vécu ce moment? Interview pleine d'émotions.

Andrei, comment tu as vécu cette déclaration d'amour de la part des fans?
C'est vraiment difficile de retenir ses larmes dans ce genre de moments. Il y a beaucoup d'émotions dans un match. Mais alors là… C'est incroyable de voir cela et je dois bien dire que c'est difficile de mettre des mots sur ce que je ressens. Cela représente énormément de choses pour moi. Je ne pense pas qu'il puisse y avoir quelque chose de plus beau.

L'air de cette chanson résonne dans cette patinoire depuis toujours…
Oui comme tu dis, cela fait un moment. Bon... c'est surtout grâce à mon père, mais cela me fait plaisir de l'entendre à nouveau. Les gars de l'équipe m'ont dit qu'ils l'aiment bien aussi. J'espère pouvoir l'entendre dans d'autres circonstances encore. Mais à un moment donné, j'ai eu l'impression d'avoir été échangé dans un autre club ce soir sans que je sois au courant. Comme si c'était mon dernier match à Fribourg. C'était une très belle expérience.

Ajoie avait ouvert le score: Gottéron en plante sept aux Jurassiens(05:32)

Est-ce possible de jouer normalement dans ces conditions?
Non impossible. Il y a beaucoup trop d'émotions. Depuis tout à l'heure, je n'arrête pas d'avoir les larmes aux yeux. Tu sais, je suis quelqu'un de très émotif. Alors forcément, cela m'a touché. Au bout d'un moment, c'était presque gênant (rires). C'est cool, car mes coéquipiers m'ont soutenu et ont apprécié ce moment. Et surtout, ils ne se sont pas encore foutu de ma gueule (rires).

Publicité

Ça viendra demain lorsque tu arriveras à la patinoire.
Demain, je ne vais pas venir, ce sera plus simple (il éclate de rire et s'éclipse).

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la