Après un départ délicat
Comment Tristan Scherwey a réveillé ses coéquipiers

L'équipe de Suisse a remporté son deuxième match du mondial face au Danemark 6-0. Pourtant, tout n'a pas été aussi simple que le score le laisse penser.
Publié: 15.05.2022 à 22:47 heures
|
Dernière mise à jour: 15.05.2022 à 23:36 heures
Tristan Scherwey a été précieux face au Danemark.
Blick_Gregory_Beaud.png
Grégory BeaudJournaliste Blick

Après cette large victoire face au Danemark, il serait tentant de se dire que la Suisse a «roulé» sur les Scandinaves. On pourrait avoir tendance à ne retenir que les lucarnes et les triangulations parfaites. Mais ce serait faire abstraction d’un début de match compliqué. De premières minutes qui pouvaient laisser craindre un match pénible face aux Nordiques. «Rappelez-vous l’année passée, a précisé le coach Patrick Fischer. Nous avions gagné 1-0 après avoir dominé durant toute la soirée et tiré une cinquantaine de fois aux buts.»

«C’est mon rôle»

Alors que le match partait sur de mauvaises bases, Tristan Scherwey a fait ce qu’il fait de mieux (à part répondre aux interviews): ruer dans les brancards. Sur deux shifts consécutifs, il a donné un signal en allant fermement charger un adversaire. «C’est aussi mon rôle, a-t-il remarqué. Quand tu vois qu’il faut un peu réveiller l’équipe, c’est un bon moyen de le faire. Et c’est quelque chose que je fais volontiers.» Son retour au banc a été accueilli par des tapes sur les épaules bien méritées de la part de ses coéquipiers.

Quelques secondes plus tard, Fabrice Herzog ouvrait la marque à la suite d’un des premiers jeux offensifs dignes de ce nom de la part de la Suisse. Bien sûr, il serait excessif de dire que les charges de Tristan Scherwey ont aidé Fabrice Herzog à marquer quelques secondes plus tard. Mais elles ont eu le mérite d’envoyer un signal. Cette équipe de Suisse n’allait pas se laisser marcher dessus par le Danemark.

«Un but commun»

Et c’est très précisément ce qu’est attendu de sa part lors de ce tournoi finlandais: prouver qu’elle ne doit plus jouer la peur au ventre contre des nations moins huppées qu’elle. «Finalement, c’est un match sans vraiment d’histoire, a apprécié Tristan Scherwey. Mais c’est vrai que nous avons parfaitement su répondre au défi physique que nous a proposé le Danemark. J’aime bien cet état d’esprit.»

La sélection suisse

Mondial 2022. Les joueurs sélectionnés pour représenter l'équipe de Suisse.

Gardiens (3) Sandro Aeschlimann (Davos), Reto Berra (Fribourg-Gottéron), Leonardo Genoni (Zoug)

Défenseurs (8): Dominik Egli (Davos), Michael Fora (Ambrì-Piotta), Tobias Geisser (Hershey, AHL), Andrea Glauser (Lausanne), Dean Kukan (Columbus Blue Jackets, NHL), Christian Marti (Zurich) Janis Moser (Arizona Coyotes, NHL), Jonas Siegenthaler (New Jersey, NHL).

Attaquants (14): Andres Ambühl (Davos), Christoph Bertschy (Lausanne), Enzo Corvi (Davos), Fabrice Herzog (Zoug), Nico Hischier (New Jersey, NHL), Philipp Kurashev (Chicago, NHL), Denis Malgin (Zurich), Timo Meier (San Jose, NHL), Marco Miranda (Genève-Servette), Riat (Lausanne), Tristan Scherwey (Berne), Dario Simion (Zoug), Pius Suter (Detroit Red Wings, NHL), Calvin Thürkauf (Lugano).

Sélectionneur Patrick Fischer.

Mondial 2022. Les joueurs sélectionnés pour représenter l'équipe de Suisse.

Gardiens (3) Sandro Aeschlimann (Davos), Reto Berra (Fribourg-Gottéron), Leonardo Genoni (Zoug)

Défenseurs (8): Dominik Egli (Davos), Michael Fora (Ambrì-Piotta), Tobias Geisser (Hershey, AHL), Andrea Glauser (Lausanne), Dean Kukan (Columbus Blue Jackets, NHL), Christian Marti (Zurich) Janis Moser (Arizona Coyotes, NHL), Jonas Siegenthaler (New Jersey, NHL).

Attaquants (14): Andres Ambühl (Davos), Christoph Bertschy (Lausanne), Enzo Corvi (Davos), Fabrice Herzog (Zoug), Nico Hischier (New Jersey, NHL), Philipp Kurashev (Chicago, NHL), Denis Malgin (Zurich), Timo Meier (San Jose, NHL), Marco Miranda (Genève-Servette), Riat (Lausanne), Tristan Scherwey (Berne), Dario Simion (Zoug), Pius Suter (Detroit Red Wings, NHL), Calvin Thürkauf (Lugano).

Sélectionneur Patrick Fischer.

plus

En parlant d’état d’esprit, le Fribourgeois de Berne n’est pas en reste, lui qui ne rechigne pas à mettre son ego de côté pour effecteur les basses œuvres en infériorité numérique et en zone défensive. «Le coach fait son équipe et décide de laisser bien quelques joueurs à la maison qui auraient tout à fait leur place ici, enchaîne-t-il. C’est qu’il a un rôle précis pour chacun. On est deux semaines ensemble en Finlande avec un but commun. Cela ne servirait à rien de ronchonner parce qu’on aimerait plus de temps de jeu ou plus de responsabilités. Chacun se bat pour sa place et ça rend l’équipe meilleure.»

Mondial 2022: le programme de l'équipe de Suisse

Championnat du monde 2022, Groupe A.

Samedi 14 mai. Suisse - Italie 5-2.

Dimanche 15 mai. Danemark - Suisse 0-6.

Mardi 17 mai. Suisse - Kazakhstan 3-2.

Mercredi 18 mai. Suisse - Slovaquie 5-3.

Samedi 21 mai. Canada - Suisse 3-6.

Dimanche 22 mai. Suisse - France 5-2.

Mardi 24 mai, 11h20. Allemagne - Suisse

Les équipes classées aux quatre premières places de ce groupe sont qualifiées pour les quarts de finale face aux quatre meilleurs formations du Groupe A.

Tous les matches sont à retrouver en live sur le site de Blick.

Championnat du monde 2022, Groupe A.

Samedi 14 mai. Suisse - Italie 5-2.

Dimanche 15 mai. Danemark - Suisse 0-6.

Mardi 17 mai. Suisse - Kazakhstan 3-2.

Mercredi 18 mai. Suisse - Slovaquie 5-3.

Samedi 21 mai. Canada - Suisse 3-6.

Dimanche 22 mai. Suisse - France 5-2.

Mardi 24 mai, 11h20. Allemagne - Suisse

Les équipes classées aux quatre premières places de ce groupe sont qualifiées pour les quarts de finale face aux quatre meilleurs formations du Groupe A.

Tous les matches sont à retrouver en live sur le site de Blick.

plus
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la