À 100 jours des Jeux olympiques
Voici l'équipe dont peut rêver Patrick Fischer

Dans cent jours, l'équipe de Suisse disputera son premier match olympique face à la Russie. Qui sera sur la glace de Pékin? Patrick Fischer aura l'embarras du choix. Blick nous dit à quoi pourrait ressembler son équipe de rêve.
Publié: 02.11.2021 à 09:30 heures
|
Dernière mise à jour: 02.11.2021 à 09:46 heures
1/29
Les gardiens: Reto Berra (Fribourg).
Stephan Roth

Trois joueurs par équipe ont déjà été nommés pour aiguiser l’appétit des fans en vue du tournoi olympique qui bénéficiera de la présence des stars de la NHL en Chine. Dans le cas de la Suisse, il s’agit de Roman Josi (Nashville), Nico Hischier (New Jersey), qui sont capitaines de leur équipe NHL, et Timo Meier (San Jose), qui est actuellement 9ème au classement des buteurs.

S’il faut composer une «Dream Team» suisse, il faut évidemment convoquer tous les joueurs évoluant en NHL. Cela signifie que les défenseurs Dean Kukan (Columbus), qui est actuellement absent en raison d’une blessure au poignet, et Jonas Siegenthaler (New Jersey) en font également partie. En l’attaque, ils seront sans doute rejoints par Nino Niederreiter (Carolina), qui est également absent pour quelques semaines en raison d’une blessure. Kevin Fiala (Minnesota), Pius Suter (Detroit), Philipp Kurashev (Chicago) et Grégory Hofmann (Columbus) compléteront l’effectif.

Genoni et Berra favoris

Cela laisse 13 places ouvertes. Trois vont évidemment aux gardiens de but. Leonardo Genoni (Zoug) et Reto Berra (Fribourg) sont les logiques têtes de série. Tout se joue sur la place de numéro 3. Sur le début de saison, Joren van Pottelberghe (Bienne) devrait avoir une longueur d’avance. À 24 ans, l’ancien gardien de l’équipe nationale junior est également intéressant en vue de l’avenir. Il est d’ailleurs le seul de cette équipe de rêve à n’avoir jamais participé à un championnat du monde ou aux Jeux olympiques.

Ses plus grands rivaux? Melvin Nyffeler (Rapperswil), dont la dernière participation à un Mondial remonte à Riga, Gauthier Descloux (Genève-Servette), et Gilles Senn (Davos), numéro 3 de l’équipe médaillée d’argent en 2018, ainsi que Sandro Aeschlimann (Davos).

En défense. On peut encore et toujours compter sur le capitaine Raphael Diaz (Fribourg). Janis Jerome Moser (21 ans, Tucson) et Tobias Geisser (22 ans, Hershey) ont l’avantage de s’habituer à jouer sur la plus petite surface de glace de la AHL et ont déjà fait leurs preuves. Et le fait que le tournoie de Pékin se joue sur des patinoires de NHL plaide également en faveur des deux revenants de la NHL, Mirco Müller (Lugano) et Yannick Weber (ZSC).

Cela signifierait que Ramon Untersander, qui a toujours été convaincant dans la Nati, serait mis sur la touche. Mais il a toujours un atout dans sa manche. C’est un droitier. Et avec Diaz et Weber, ils ne sont plus que deux dans cette défense de rêve.

Publicité

Une «Dream Team» sans Ambühl? Impossible

Et au niveau de l’attaque? Une «Dream Team» sans le capitaine de Davos, Andres Ambühl, est-elle vraiment une équipe de rêve? Sûrement pas. Même à 38 ans, le Grison ne vieillit pas et mérite amplement sa place dans l’avion pour la Chine. Les centres Gaëtan Haas (Bienne) et Enzo Corvi (Davos) ont déjà prouvé à plusieurs reprises leur aptitude sur la scène internationale. Il en va de même pour Sven Andrighetto (ZSC), le meilleur buteur du dernier championnat de National League.

Trois postes sont encore à pourvoir. Et le choix est vaste. L’énergique Tristan Scherwey (Berne), l’artiste au passé de NHL Denis Malgin (ZSC) et le joker Sven Bärtschi devraient être du voyage. Ce dernier joue actuellement pour Henderson en AHL et n’a qu’un seul match international à son actif (bras cassé lors du Championnat du monde de Minsk). Il est mûr pour son premier grand tournoi.

Parmi les recalés de la sélection de Blick, il y a du beau monde: Damien Brunner (Bienne), Christoph Bertschy (Lausanne), qui a joué un excellent mondial à Minsk, le puncheur de Genève-Servette Noah Rod, le capitaine du SCB Simon Moser, le buteur de Zoug Dario Simion et bien d’autres sont laissés pour compte. Mais peut-être y a-t-il encore un blessé ou l’autre pour faire de la place? Sans oublier que les joueurs qui ne sont pas vaccinés n’auront pas le droit de prendre le vol pour Pékin.


Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la