Zinédine Zidane croit au nouveau coach du FC Bâle
«Celestini fait des miracles»

Le nouvel entraîneur du FC Bâle est un ami proche de la star mondiale française. Ce que Zidane dit de Celestini et pourquoi l'ancien international Stéphane Henchoz voit un grand potentiel dans la relation entre Bâle et le Vaudois.
Publié: 03.11.2023 à 09:42 heures
|
Dernière mise à jour: 03.11.2023 à 20:22 heures
1/10
Fabio Celestini (à gauche) et Zinédine Zidane sont de grands amis.
RMS_Portrait_AUTOR_344.JPG
Sebastian Wendel

Si l'on en croit le grand Zinédine Zidane, Bâle n'a aucun souci à se faire. Mieux encore: les fans de la lanterne rouge de Super League peuvent même rêver d'une place en Coupe d'Europe en fin de saison. La raison? «Fabio fait des miracles», dit le champion du monde français et entraîneur de longue date du Real Madrid à propos du nouvel entraîneur du FCB: Fabio Celestini.

Zidane et Celestini. Les deux se connaissent et s'apprécient depuis des années. Lorsque Zidane joue pour le Real Madrid et Celestini pour le club de banlieue de Getafe, ils habitent dans le même quartier et leurs enfants vont à l'école ensemble. Une amitié étroite est née.

Zidane ne tarit pas d'éloges sur Celestini

En automne 2016, alors que Celestini entraîne le Lausanne-Sport, Zidane en personne fait un saut à la Pontaise et prononce la phrase du miracle. Zidane, dont le fils Enzo rejoindra le Lausanne-Sport en 2018 grâce au Vaudois, s'enthousiasme: «Fabio est un passionné, un meneur d'hommes depuis qu'il est joueur. Aucun effort n'est trop grand pour lui. Il fait un excellent travail, car il sait exactement comment diriger une équipe».

Des éloges venant d'un des meilleurs joueurs de l'histoire. Un ancien coéquipier émet également un son positif. Stéphane Henchoz se souvient avec plaisir des jours passés avec Celestini au sein de l'équipe nationale suisse: «Je le rencontrerais volontiers à tout moment pour un café. Fabio est quelqu'un de très agréable, avec qui on peut aussi s'amuser. En tant que joueur, il était avant tout professionnel. Un professionnel modèle!»

«Fabio est un entraîneur pour les grands clubs»

Le fait que Celestini devienne le nouvel entraîneur du FCB l'a surpris. «Parce que je ne pensais pas qu'il était possible que Bâle fasse appel à un Romand», explique Henchoz. Mais à y regarder de plus près, la relation Celestini/FCB fait sens: «Bâle est toujours un grand club et Fabio est un entraîneur pour les grands clubs parce qu'il a du caractère. Tu en as besoin pour des calibres comme le FCB».

Mais une chose est claire: «Fabio doit mettre de côté son idée du beau football. Dans les premières semaines, il doit simplement marquer des points. Pour cela, il doit aiguiser ses sens et comprendre que la situation en championnat est très critique et sérieuse. La plus grande erreur à Bâle serait de penser: nous sommes le FCB, nous ne pouvons pas descendre du tout! Une telle pensée a été fatale à d'autres clubs par le passé».

Publicité

Henchoz ne voit pas de problème de qualité au FC Bâle

L'ancien international ne voit pas de problème de qualité, comme le suggère le vétéran du FCB Ruedi Zbinden. Mais: «Il me manque la volonté d'appliquer les bases: travailler dur, gagner les duels, faire des courses et c'est ce que Fabio doit inculquer aux joueurs. Quand la situation sera un peu plus stable, il pourra s'occuper du jeu».

Au vu des mandats des précédents entraîneurs du club rhénan, on peut se demander si Celestini aura suffisamment de temps. Henchoz poursuit: «Les gens à Bâle sont nerveux, c'est compréhensible. Pour les propriétaires des clubs, il s'agit de beaucoup d'argent. Si ceux-ci veulent que leurs talents s'améliorent et deviennent intéressants pour des clubs étrangers, Fabio est la bonne personne. D'autres entraîneurs veulent seulement que les joueurs courent et se battent. Fabio en veut plus et l'effectif du FCB lui en donne le potentiel».

Les rêves de Celestini

De son côté, le Vaudois a confié à «Marca» ses rêves pour la suite de sa carrière. «Mon rêve est de retourner dans les clubs où j'étais, explique-t-il. j'ai fait monter Lausanne en première division et c'était très spécial. Donc entraîner Getafe, Levante, Marseille ou Troyes, que j'avais et que j'ai dans mon cœur, c'est un peu mon objectif.»

Mais avant, l'ancien international suisse aura donc pour mission de sortir le FC Bâle de la crise.

Publicité
Credit Suisse Super League 24/25
Equipe
J.
DB.
PT.
1
FC Bâle
FC Bâle
0
0
0
1
FC Lugano
FC Lugano
0
0
0
1
FC Lucerne
FC Lucerne
0
0
0
1
FC Sion
FC Sion
0
0
0
1
FC St-Gall
FC St-Gall
0
0
0
1
FC Winterthour
FC Winterthour
0
0
0
1
FC Zurich
FC Zurich
0
0
0
1
Grasshopper Club Zurich
Grasshopper Club Zurich
0
0
0
1
FC Lausanne-Sport
FC Lausanne-Sport
0
0
0
1
Servette FC
Servette FC
0
0
0
1
Young Boys
Young Boys
0
0
0
1
Yverdon Sport FC
Yverdon Sport FC
0
0
0
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la