LS - GC dimanche
Giorgio Contini revient à Lausanne avec un seul regret

Désormais à la tête de GC, l'entraîneur de 47 ans retrouve ce week-end le Stade de la Tuilière, pour la première fois depuis le mois de mai et son départ du Lausanne-Sport.
Publié: 15.10.2021 à 07:48 heures
|
Dernière mise à jour: 15.10.2021 à 14:46 heures
Giorgio Contini a réussi ses débuts avec le néo-promu zurichois.
10 - Ugo Curty - Journaliste Blick.jpeg
Ugo CurtyJournaliste Blick

L’évocation du 21 mai 2021 ne fait pas tout de suite réagir Giorgio Contini. Avec un peu d’aide, celui qui entraîne désormais GC fait le lien. C’est la date de son 116e (et dernier) match à la tête du Lausanne-Sport. Près de cinq mois après cette anecdotique défaite contre YB (2-4), le Zurichois va retrouver la Tuilière et son ancien club (dimanche 14h15).

«J’ai un seul regret depuis mon départ, celui de ne pas avoir pu dire au revoir aux supporters vaudois dans un stade plein, explique-t-il au téléphone. Je me réjouis donc de retrouver ce public.»

Giorgio Contini retrouvera aussi son ancien lieu de travail avec une satisfaction légitime. GC, néo-promu en Super League, compte neuf points d’avance sur le LS après à l'approche de cette dixième journée. Une douce revanche pour celui qui n’avait pas été conservé par les dirigeants lausannois en mai dernier.

«Je n’ai aucun ressentiment ou désir de vengeance, balaye-t-il sur un ton enjoué. Le propriétaire et le directeur sportif savent ce qui est bien pour leur club. Je n’étais plus l’homme de la situation pour ce développement. J’ai toujours respecté leur décision, faisant mon travail jusqu’au dernier jour. Je suis parti de Lausanne la tête haute.»

En mai dernier, l’entraîneur zurichois avait déjà réussi ses premières retrouvailles avec son ancienne équipe. «Ses» Sauterelles avaient dominé les Vaudois au Letzigrund (3-1). Depuis, les Lausannois courent toujours après leur première victoire de la saison en championnat. La dynamique est tout autre pour Grasshopper (5e) qui reste sur deux victoires et cinq matches sans défaite.

Une situation que Giorgio Contini veut relativiser: «Ce classement n’est qu’une photographie subjective de l’état de la saison à l’heure actuelle. Le championnat est encore long.»

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la