Le chaos au FC Lugano
Les investisseurs n'ont encore rien payé

C'est la cacophonie du côté du FC Lugano depuis l'arrivée de nouveaux investisseurs. Pour l'heure, il y a beaucoup de paroles mais peu d'argent dans les caisses.
Publié: 22.06.2021 à 16:06 heures
|
Dernière mise à jour: 22.06.2021 à 16:48 heures
1/8
Leonid Novoselskiy, tout seul dans la salle de presse.
Alain Kunz et Michael Wegmann

La scène est presque surréaliste: Leonid Novoselskiy est assis seul dans la petite salle de presse du Cornaredo. Il parle, parle et parle encore. Mais il ne dit pas grand-chose. Ni les nouveaux propriétaires du FC Lugano ni l'ancien, Angelo Renzetti, ne sont assis à ses côtés. L'actionnaire minoritaire russe, qui détient 40 % des actions de Lugano, s'est brouillé avec Renzetti. Et le nouvel homme fort, l'Italo-Brésilien Thyago Rodrigo De Souza, qui vit dans le canton de Lucerne, n'a pas jugé nécessaire de se présenter devant la presse, comme l'explique Novoselskiy.

Thyago probablement n'aurait pas eu grand-chose à dire de toute façon. Car Renzetti, qui, selon les informations du Blick, a accepté un prix d'achat de cinq millions de francs pour sa participation, n'a, selon ses propres déclarations, pas encore reçu un centime de la première tranche, attendue depuis longtemps. «Je leur ai fait confiance. Et jusqu'à présent, je n'ai vu aucune partie de l'argent. Je ne peux pas non plus me tenir derrière eux avec une arme», a déclaré le président sur «EcoTV». Et puis, pensif: «Je ne peux rassurer personne pour le moment. Le moins rassuré, c'est moi. J'espère juste que je ne suis pas tombé dans une arnaque...»

Les joueurs n'ont aucun plan

Pour sa part, l'apparition étrange de Novoselskiy dans les médias ne vise rien d'autre qu'à calmer les esprits. Une tentative inefficace. Pourtant, les nouveaux propriétaires se sont déjà mis au travail. Ils ont signé le Brésilien Abel Braga comme entraîneur et Demba Ba (36 ans), une ancienne star de Chelsea. Et ils ont prolongé les contrats de deux joueurs clés, Reto Ziegler et Mijat Maric. Mais avec quel argent? Et avec quelles assurances? Renzetti détaille: «Nous ne savons pas.» C'est pourquoi il conseille à Braga de rester au Brésil pour le moment, jusqu'à ce que tout soit réglé.

La formation a commencé les entraînements lundi. Une vingtaine de joueurs était au départ sur la pelouse. Aucun signe de Braga. La nouvelle star Demba Ba? Une ombre également. Thyago aussi. La formation est dirigée par l'assistant de l'année dernière, Mattia Croci-Torti. Les joueurs eux-mêmes n'ont aucun plan pour aller de l'avant. Ils ne donnent aucune réponse aux questions concernant le nouveau propriétaire ou l'avenir. Ils ne sont pas autorisés à le faire. Il leur a été interdit de parler aux journalistes. Ils doivent se concentrer sur leur préparation.

Et le nouveau FC Lugano n'a pas non plus de licence. Comme il est d'usage lors d'un changement de propriétaire, la commission des licences procède à un contrôle d'intégrité. Cela prend généralement deux ou trois jours. Il va sans dire que les garanties exigées dans de tels cas n'ont pas encore été déposées, alors que pas même le premier franc pour le paquet d'actions de Renzetti n'a été versé. Novoselskiy essaie de préciser: «C'est un processus complexe pour obtenir la licence. Ce n'est pas si rapide.»

Un chaos sans commune mesure

Pourtant, tout va bien, assure Novoselskiy. «J'ai déjà investi beaucoup d'argent dans le FC Lugano. Ce qui signifie que je crois au projet et en Thyago.» Tout aurait pu être plus simple si Novoselskiy avait accepté un nouveau propriétaire, représenté par l'ancien président de Bâle, Bernhard Heusler. Mais ce dernier voulait acquérir 100% des actions. Novoselskiy, cependant, n'a pas voulu vendre sa part minoritaire. Depuis lors, la cordon entre Renzetti et le Russe a été coupé.

Publicité

Pendant ce temps, les rumeurs les plus folles circulent autour de l'implication de Thyago. Par exemple, qu'il a déjà frappé les joueurs du club italien de Serie D Sona, dont il est propriétaire, alors qu'il était ivre. Ou qu'il voulait que quatre joueurs du club de quatrième division jouent pour Lugano.

Un chaos sans pareil. C'est pourquoi, selon le «Corriere del Ticino», Angelo Renzetti envisage de conserver sa part de 60 % pour le moment, afin de donner aux nouveaux propriétaires le temps de réunir les fonds nécessaires. Bref, on n'a pas fini de parler de la saga du FC Lugano même en période d'Euro.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la