Frustration du côté de Lucerne
«Le terrain de Delémont, c'était du jamais vu»

Sofyan Chader et le FC Lucerne ont été éliminés par les SR Delémont – pensionnaires de Promotion League – en huitièmes de finale de la Coupe de Suisse. L'attaquant français a tenté de mettre des mots sur cette désillusion.
Publié: 02.11.2023 à 02:38 heures
|
Dernière mise à jour: 02.11.2023 à 10:27 heures
Sofyan Chader, à gauche, a expliqué la défaite par le manque d'agressivité.
Blick_Matthias_Davet.png
Matthias DavetJournaliste Blick

Pour rejoindre la zone d'interviews, le chemin le plus rapide est de traverser le terrain de la Blancherie. Et en marchant sur la pelouse, on remarque que celle-ci a bien souffert lors du match de Coupe de Suisse entre les SR Delémont et le FC Lucerne. Habitués à évoluer week-end après week-end sur des billards, les hommes de Suisse centrale ont eu toutes les peines du monde à enchaîner les gestes basiques. Énormément de déchet technique a précipité la chute du FCL.

Bien sûr, cela n'explique et n'excuse pas tout. En face, les SRD jouaient sur la même pelouse. Et lorsqu'on parle avec Sofyan Chader, l'attaquant français nous détaille en premier lieu que Lucerne «n'a pas mis les ingrédients qu'il fallait». «On est rentrés dans leur jeu et on a encaissé un but un peu bête», analyse l'attaquant français.

«C'est impraticable»

Selon lui, son équipe a manqué de combativité. «Sur un terrain comme celui-ci, si on ne peut pas jouer au football, on met au moins l'agressivité qu'il faut… Et on l'a pas mise.» Sofyan Chader précise aussi que les SR Delémont «ont joué comme ils savent le faire et ont bien joué leur coup».

Mais après la défaite de son équipe, le No 69 lucernois n'a pas pu s'empêcher de relever l'état de la pelouse: «Le terrain, je n'en parle pas parce que c'est du jamais vu. C'est impraticable.» Qu'aurait donc dû faire Lucerne? Aller s'entraîner sur un terrain d'un petit club de la région? «C'est compliqué, répond Sofyan Chader. Pour moi, ce n'est pas du football. Ce terrain ne devrait pas exister mais ça fait partie de la magie de la Coupe. Ce sont des équipes amateurs.» Et pour la deuxième fois de rang, cette fameuse magie de la Coupe a opéré dans le Jura.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la