«La première qui compte»
Steve Rouiller à la poursuite de sa deuxième étoile

Dimanche, Steve Rouiller aura l'occasion de remporter sa deuxième Coupe de Suisse après celle glanée avec le FC Sion en 2015. «Elle ne compte pas pour moi», précise toutefois le défenseur central qui compte bien ramener le trophée à Genève ce week-end.
Publié: 01.06.2024 à 09:20 heures
1/4
Steve Rouiller disputera ce dimanche la première finale de Coupe de sa carrière, mais pourrait remporter son deuxième titre dans la compétition.
Blick_Bastien_Feller.png
Bastien FellerJournaliste Blick

Dimanche, aux alentours des 13h, Steve Rouiller, portant le «même caleçon» que lors de tous ses matches, embrassera tour à tour la photo de sa famille présente sur ses protèges-tibia, son alliance et un collier orné des noms de ses enfants. Ensuite, le défenseur central pourra aller tenter de remporter sa deuxième Coupe de Suisse.

Sa seconde? Oui, le Valaisan a déjà été déclaré vainqueur à une reprise, en 2015, lors du sacre du FC Sion en finale face au FC Bâle (3-0). Un succès dont le natif de Monthey se détache toutefois. La raison? Un départ à Chiasso en février, trois mois et demi avant la finale remportée par Didier Tholot et ses joueurs et après n'avoir disputé que le deuxième tour face à Bienne (0-1) et le huitième de finale contre Köniz (0-3). «Je l'ai gagnée entre guillemets, mais cela ne compte pas pour moi, lance-t-il à quelques heures de la finale 2024 face à Lugano. Je veux être présent du début à la fin et ramener un titre en ayant été investi à 100%.»

«Nous aimerions que le temps passe pour y être»

Et après deux demi-finales disputées avec le Servette FC en 2021 (défaite 0-1 contre Saint-Gall) et 2023 (élimination aux tirs au but contre... Lugano), le défenseur central de 33 ans aura enfin la possibilité de disputer une finale. «Nous sommes excités, nous aimerions que le temps passe pour y être, confie Steve Rouiller. Cela fait plusieurs semaines que nous savons que nous allons la jouer et forcément, nous l'avions en tête, même si nous devions encore jouer quelques matches de championnat.»

La Super League derrière eux, Servette et son vice-capitaine peuvent désormais pleinement se concentrer sur leur affrontement avec le FC Lugano. Un club que le Valaisan connaît bien pour y avoir évolué entre 2016 et 2018. «J'ai quelques affinités avec certains joueurs qui sont encore là-bas, mais c'est tout, souffle-t-il, prêt à en découdre. De toute façon, tu n'y penses pas lorsque tu joues ce genre de match.»

Les Servettiens seront prêts

Une autre chose à laquelle les joueurs servettiens ne devront pas penser, c'est à la fatigue. La finale de la Coupe sera en effet leur 58e rencontre de la saison (38 en championnat, 6 en Europa League, 6 en Coupe, 4 en Conference League et 4 en qualifications de la Ligue des champions). De leur côté, les Luganais connaîtront leur 52e coup d'envoi. «Physiquement, nous serons tous prêts, tient à rassurer Steve Rouiller. Nous avons joué beaucoup de matches, mais il faut oublier la fatigue pour ce genre de rencontre. Tu ne peux pas te permettre de lâcher à ce moment-là, même si cela sera dur par moment. Il faut tenir encore une fois.»

Et pour faire la différence au Wankdorf, les Servettiens espèrent pouvoir compter sur leur toute fraîche expérience européenne. «Nous avons réalisé un beau parcours (ndlr: jusqu'en huitième de finale de Conference League) qui peut nous aider», poursuit le numéro 4 grenat qui ne voit aucune des deux équipes arriver à Berne avec le statut du favori. «Ce sont des matches durant lesquels il faut être solidaire pour réussir quelque chose de grand. Lugano a vécu des finales, en a gagné une, et sait aussi gérer ces moments.»

Publicité

Pour Steve Rouiller, cette ultime rencontre de la saison permettrait à tout un club de couronner une année «exceptionnelle». «L'équipe mériterait de gagner quelque chose vue le parcours réalisé», conclu le défenseur central. «Y a plus qu'à», comme on dit.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la