Blick a testé le foot au Jura
La magie de la Coupe était au rendez-vous au stade de Courgenay

Pour le premier tour de la Coupe de Suisse, Ajoie-Monterri recevait les SR Delémont. Un derby 100% jurassien auquel Blick a assisté. Et l'expérience était plus que plaisante.
Publié: 19.08.2023 à 07:38 heures
Le stade de Courgenay était le théâtre du 32e de finale entre Ajoie-Monterri et les SR Delémont.
Blick_Matthias_Davet.png
Matthias DavetJournaliste Blick

Ce vendredi soir, c'était derby jurassien en Coupe de Suisse. Les SR Delémont se rendaient sur la pelouse du FC Ajoie-Monterri. Ce club de 2e Ligue inter n'a pas fait le poids sur le terrain face aux pensionnaires de Promotion League. Mais l'essentiel était ailleurs. Récit d'une soirée au cœur du football des talus, comme on l'aime.

17h30: «Vous êtes arrivé au Stade communal de Courgenay.» L'habitude prise lors des matches de Super League nous fait atteindre le lieu du match avec deux heures d'avance. Sauf que là, c'est un quasi désert sur le parking (et pas seulement à cause de la température). Il n'y a que quelques voitures et l'embarras du choix pour trouver une place.

17h35: Profitons-en pour visiter un peu le village (et pour trouver de l'air frais). Et direction un des endroits mythiques de Courgenay: l'hôtel-restaurant de la Petite Gilberte. En tant qu'ancien étudiant en histoire contemporaine, l'auteur de ces lignes connaît bien l'histoire de la jeune Jurassienne qui a accueilli les soldats alémaniques pendant la Première Guerre mondiale. Sur place et juste à côté de la fête du village, la propriétaire nous raconte quelques faits sur la demeure.

18h25: Avec, évidemment, la chanson sur Gilberte de Courgenay dans les oreilles, il est temps de remonter au stade. Il ne fait pas moins chaud, mais la boisson avec les glaçons a quelque peu reposé les organismes.

18h30: Ça y est, le parking est presque plein. Les gens font la queue pour de la nourriture ou des boissons, tandis que l'espace VIP est bien séparé par un simple cordon aux restes des spectateurs.

18h45: Les premiers joueurs pénètrent sur la pelouse pour l'échauffement. Certains se rendent directement au bord du terrain pour saluer leurs amis ou leurs proches.

Publicité

18h50: On discute avec le président d'Ajoie-Monterri, paré de son t-shirt créé pour l'occasion. Un habit que tous les bénévoles portent d'ailleurs. Jean-Baptiste Petignat nous confie qu'il préfère tirer les SR Delémont qu'un gros club de Super League. Pour des raisons d'organisation, un derby est mieux.

Un petit groupe de fidèles suit les SR Delémont.

19h10: Une rumeur enfle au bord du terrain. Les SR Delémont n'auraient pas obtenu l'autorisation de l'arbitre de jouer avec leur traditionnel maillot jaune et noir. En vitesse, ils auraient dû aller chercher leur t-shirt blanc pour jouer la rencontre. Heureusement que les deux stades ne sont séparés que de 18 minutes en voiture.

19h11: Les supporters visiteurs viennent d'arriver. Et on parle là d'un petit groupe d'ultras, qui ont leurs drapeaux, leurs banderoles et leur tambour. Parfois, ils se déplacent même avec des engins pyrotechniques mais ont décidé de faire l'impasse pour ce premier tour de Coupe.

19h25: Les deux équipes entrent sur la pelouse et les fans des SR Delémont lancent leur premier chant.

Publicité
La traditionnelle poignée de main entre les capitaines.

19h37: Les supporters de Delémont chantent toujours la même chose depuis douze minutes.

19h38: Enfin, le «28 Squad» décide de changer de chant. On avait peur que le disque soit rayé.

19h42: Le premier but de la rencontre tombe déjà, pour le plus grand malheur des quelque mille spectateurs à Courgenay. Un cafouillage permet aux SR Delémont de prendre les devants.

Delémont a été supérieur à son adversaire de 2e Ligue inter.

19h55: Une pause boisson bien méritée pour les acteurs, alors que le score est toujours de 0-1.

Publicité

20h15: La mi-temps approche. Sur le terrain, ce n'est pas du grand football mais le club de Promotion League fait le job. La fête autour est toujours bonne, entre les supporters de Delémont qui donnent de la voix et ceux d'Ajoie-Monterri qui observent tranquillement le spectacle.

21h00: Rarement un but de l'équipe visiteuse n'aura fait autant de bruit. Roman Huber inscrit le 3-0 pour les SR. Mais il y a quelques semaines, le No 3 évoluait encore sous le maillot orange d'Ajoie-Monterri. Beau joueur, il ne célèbre pas sa réussite.

1050 personnes ont assisté à la rencontre.

21h20: L'arbitre siffle la fin du match. Le derby jurassien revient au club de Promotion League, qui a montré sa supériorité durant la rencontre face au petit de 2e Ligue inter.

21h30: On s'installe sur un banc avec Noha Sylvestre. Le fils de Patrick, l'ancien joueur de la Nati, nous parle en long et en large de son parcours. Vingt minutes d'interview avec celui qui était promis à une belle carrière, mais qui s'est fait trois fois les croisés.

Publicité
La pelouse du stade de Courgenay est un synthétique.

22h00: Le départ est imminent. Mais on discute avec des supporters jurassiens. On refait le match. On discute aussi de l'article paru dans Blick le matin même, sur leur football. L'ambiance est bonne enfant.

22h30: Il est l'heure de quitter ce fabuleux canton du Jura. Certes, le match n'aura pas atteint un niveau exceptionnel. Mais la fameuse «magie de la Coupe», ce n'est pas seulement quand une grosse équipe élimine une petite. C'est aussi de voir tous les sourires sur le visage des spectateurs après une soirée réussie. Et elle l'a été à Courgenay.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la