Comment réagir face aux vaccino-sceptiques de notre entourage?
«Ceux qui se sentent acculés peuvent radicaliser leur position»

Que faire si votre petite amie ou votre oncle tonne contre la vaccination? La psychologue Susanne Schaaf donne des conseils.
Publié: 25.07.2021 à 06:15 heures
|
Dernière mise à jour: 25.07.2021 à 09:59 heures
1/4
Que faire face aux vaccino-sceptiques? Une spécialiste nous répond.
Camille Kündig, Daniella Gorbunova (adaptation)

Des soirées d’été pleines de discussions animées s'annoncent: la vaccination contre le coronavirus divise actuellement familles et amis. Alors que le nombre de cas en Suisse augmente rapidement, le taux de vaccination est en berne. Seuls 44% de la population suisse ont été entièrement vaccinés à ce jour, et la quatrième vague menace de déferler cet automne. Alors que les vaccinés voient à nouveau leurs libertés nouvellement acquises en danger si les non-vaccinés ne suivent pas, les hésitants et les opposants à la vaccination se sentent sous pression. Les débats deviennent de plus en plus sensibles.

Cette semaine, une connaissance m’a dit qu’en tant que jeune femme vaccinée, je ne devais pas être surprise si je venais à donner naissance à un enfant handicapé plus tard. Qu’est-ce que vous répondriez à cela?
Susanne Schaaf: C’est une accusation implicite. Dans ce cas, la question de savoir si l’on veut s’engager dans une conversation se pose. C’est une chose que chacun doit décider pour lui-même. S’il s’agit d’un bon ami, vous pouvez essayer de lui demander, pour commencer, «pourquoi tu me dis ça?». S’il s’agit d’une connaissance lointaine, vous devez vous demander si vous voulez vraiment vous engager sur la pente glissante d’un débat.

Les personnes qui ont des doutes sur les bienfaits de la vaccination se sentent-elles acculées?
Avec la vaccination obligatoire pour les infirmiers et le traitement restrictif en France, ainsi que le nombre croissant de cas, la pression sociale sur les sceptiques s’accroît. Il est de plus en plus difficile pour eux de défendre leur point de vue, et je suppose que beaucoup se sentent attaqués. Si quelqu’un a l'impression de défendre une «cause perdue», il peut se sentir investi d'un rôle de «lanceur d’alerte». Ceux qui ont l'impression d'être dos au mur peuvent ainsi radicaliser leur position.

Le fond du problème est le suivant: la décision de se faire vacciner est individuelle, mais les conséquences sont collectives. Accepter le désaccord n’est donc pas une option pour de nombreuses personnes vaccinées…
Et c’est là que réside toute la difficulté de l’affaire. Il n’y a aucune solution simple. En principe, il est toujours préférable d'être dans la discussion. Mais cela demande beaucoup de temps et d’énergie. Fondamentalement, il faut distinguer les personnes qui ont des doutes sur la vaccination et les opposants catégoriques à la vaccination qui utilisent des arguments de type conspirationniste. Ces derniers ne se sentent pas en sécurité dans notre société, ils se méfient des autorités et de la science. En cas de communication malheureuse de la Confédération, ils accuseront les autorités de préméditation et de désinformer délibérément. Les parents ou les amis ont ici un rôle décisif à jouer. S’ils apprécient leurs proches et leur font confiance, alors que les informations des autorités ne leur parviennent souvent pas du tout et sont immédiatement qualifiées de suspectes, il existe une chance de leur faire entendre raison.

Les discussions mettent parfois nos nerfs à rude épreuve. Surtout lorsque quelqu’un refuse de se faire vacciner à cause de théories farfelues.
Il y a quelques éléments à garder à l’esprit pendant la discussion afin que les fronts ne se durcissent pas davantage. Comme dans tout conflit, il est contre-productif d’utiliser un ton provocateur, de ne pas prendre au sérieux les craintes de l’autre parti ou de les dévaloriser. Car c’est bien là le point sensible: ils n’ont pas l’impression d’être pris au sérieux. En matière de conseil, je constate souvent que les gens sont plus ouverts aux objections lorsqu’on leur laisse un espace pour exprimer leurs craintes et leurs préoccupations ou qu’ils ne sont pas constamment interrompus.

Alors comment procéder concrètement?
Il est bon de poser beaucoup de questions et d’essayer d’être plus précis: de quoi as-tu peur? Ou si des théories du complot sont impliquées: qui est cette «élite» qui veut prendre le contrôle de la population? Quel est son plan? Si vous comprenez les antécédents et les motivations, vous pouvez ensuite proposer à la personne de l'aider à chercher des informations. Il est important que la discussion ne se transforme pas en ping-pong conflictuel. Couvrir l’autre personne de liens vers des articles de virologues sans aucune explication n’est pas non plus d’une grande utilité. Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire lorsque vous êtes personnellement touché et impliqué émotionnellement.

Publicité

Que faire quand l’oncle complotiste fait soudainement des parallèles avec l’époque du nazisme au repas de famille?
Dans ce cas-là, une ligne rouge est franchie. Les études le démontrent: lorsqu’un tel commentaire est rendu public, par exemple sur Facebook, il faut réagir afin que la communauté voie qu’une telle déclaration ne sera pas laissée sans réponse. D’un point de vue psychologique, on pourrait dire que la comparaison avec une dictature correspond au sentiment subjectif de menace. C’est pourquoi il faut impérativement chercher le dialogue personnel.

Quand faut-il faire appel à des professionnels?
Cela varie d’une personne à l’autre. Le développement d’une position de conspiration est un processus. Pour les couples en particulier, la discussion peut déboucher sur des conflits de loyauté extrêmes: comment réagissez-vous lorsque votre mari parle soudainement de micropuces implantées lors d’un dîner avec des amis? Beaucoup ne viennent consulter que lorsqu’il n’y a plus de conversation possible ou lorsque la séparation est déjà imminente. Mais le plus tôt est le mieux. Si vous ne souhaitez pas vous rendre tout de suite dans un centre de conseils ou dans un cabinet, vous pouvez essayer d’impliquer d’abord une tierce personne neutre. Il faut alors se concentrer sur les endroits où le conspirateur peut encore être atteint: une personne âgée, par exemple, ne voulait pas être vaccinée et a coupé les ponts avec ses proches vaccinés jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’elle n’aurait plus de contact avec son petit-fils adoré.

De nombreux opposants à la vaccination croient un youtubeur plutôt qu’un institut de recherche. Pourquoi?
Contrairement à la science, les théories du complot fournissent des réponses soi-disant claires et une certitude absolue. Cela peut être attrayant pour certaines personnes. En outre, les articles scientifiques atteignent rapidement les limites de la connaissance, car le sujet est complexe et nécessite un certain nombre de connaissances préalables et de compréhension. C’est là que le journalisme scientifique a une responsabilité importante.

Selon une étude de l’Université de Bâle, près d’une personne sur trois croit aujourd’hui aux conspirations sur le Covid-19…
Outre les théories complotistes sur le 11 septembre ou les idées liées à la Terre plate, vous lisez ou entendez d’étranges théories du complot quelque part presque tous les jours, souvent appuyées par des arguments d’apparence scientifique. La menace est désormais pratiquement à notre porte et a un impact direct sur nos vies. De nombreux opposants à la vaccination s’intéressent à l’ésotérisme et à la naturopathie et critiquaient déjà la médecine conventionnelle avant la pandémie.

Publicité

Et les autres?
Dans les services de conseil, nous voyons aussi des personnes qui étaient très critiques à l’égard des théories du complot et des fake news avant la crise du coronavirus, mais qui ont été fondamentalement déstabilisées par la pandémie. Comme elles n’avaient plus de structure quotidienne en raison du chômage ou du chômage partiel, par exemple, elles ont surfé sur Internet pendant des heures à la recherche d’explications, jusqu’à ce qu’elles s’endorment à un moment donné. Cela démontre que, sous certaines conditions, les théories complotistes peuvent dégager une attraction presque magnétique.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la