Un engagement «inébranlable»
Joe Biden promet de défendre les Philippines en cas d'«attaque» de la Chine

Joe Biden a assuré jeudi qu'il volerait au secours des Philippines en cas «d'attaque» en mer de Chine méridionale. Un avertissement clairement destiné à Pékin.
Publié: 12.04.2024 à 06:41 heures
|
Dernière mise à jour: 12.04.2024 à 06:45 heures
Le président américain Joe Biden (centre) a rencontré le président philippin Ferdinand Marcos (à gauche) et le Premier ministre japonais Fumio Kishida (à droite) lors d'un sommet trilatéral inédit à la Maison Blanche.

Dans un avertissement clairement destiné à Pékin, Joe Biden s'est engagé jeudi à défendre les Philippines en cas «d'attaque» en mer de Chine méridionale. Il s'exprimait lors d'un sommet inédit avec les dirigeants japonais et philippin.

Le président américain a déclaré que «toute attaque contre un avion, un navire ou les forces armées philippines en mer de Chine méridionale déclencherait la mise en oeuvre du traité de défense mutuelle» qui lie Washington et Manille.

Il se tenait aux côtés du président philippin Ferdinand Marcos et du Premier ministre japonais Fumio Kishida, invités pour un sommet trilatéral inédit à la Maison Blanche, sur fond d'incidents en série impliquant la Chine dans cette zone maritime très sensible. «L'engagement des Etats-Unis pour la sécurité du Japon et des Philippines est inébranlable», a encore dit le démocrate de 81 ans.

Pékin grince des dents, Manille salue une «rencontre historique»

Il a évoqué l'objectif partagé d'une zone Asie-Pacifique «libre, ouverte, prospère et sûre», l'expression désormais habituelle des Américains pour évoquer les projets jugés au contraire dangereux et agressifs par la Chine. Cette dernière ne devrait guère apprécier ces commentaires, aussi indirects soient-ils.

Les autorités chinoises avaient d'ores et déjà réagi avec virulence à l'annonce, faite mercredi, d'une coopération militaire accrue entre Etats-Unis et Japon. «Les Etats-Unis et le Japon, au mépris des graves préoccupations de la Chine, ont diffamé et attaqué la Chine sur Taïwan et les questions maritimes», a déclaré lors d'un point presse régulier Mao Ning, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Le président américain avait déjà reçu Fumio Kishida mercredi pour une fastueuse visite d'Etat, prélude à cette rencontre trilatérale avec Ferdinand Marcos, le fils et homonyme de l'ancien dictateur des Philippines, arrivé au pouvoir en juin 2022.

Publicité

Le chef d'Etat philippin a salué une rencontre «historique», dans de courtes remarques en présence de la presse. «La rencontre d'aujourd'hui nous donne l'occasion de définir l'avenir que nous voulons et les moyens de l'atteindre ensemble», a-t-il ajouté.

Tensions croissantes

Les actions militaires de la Chine «représentent un défi sans précédent, et le plus grand défi stratégique pas seulement pour la paix et la sécurité du Japon mais pour la paix et la sécurité de l'ensemble de la communauté internationale», avait dit le Premier ministre japonais, plus tôt jeudi, devant le Congrès américain.

Ces derniers mois, les tensions entre la Chine et les Philippines – qui affirment de plus en plus fermement leurs revendications territoriales – ont atteint des niveaux inégalés depuis des années. La cause: une série d'incidents depuis fin 2023 près de récifs disputés en mer de Chine méridionale.

Le mois dernier, deux collisions entre des navires chinois et philippins ont ainsi eu lieu près de l'atoll Second Thomas, nommé Ren'ai par la Chine. Dans ce contexte, Joe Biden a annoncé que les Etats-Unis, les Philippines et le Japon allaient «approfondir leurs liens en matière de sécurité maritime».

Publicité

Il a aussi promis une coopération économique et technologique plus étroite, notamment pour développer de grands projets d'infrastructure aux Philippines. Joe Biden a entrepris de tisser un réseau serré d'alliances en Asie-Pacifique afin de faire face aux ambitions stratégiques chinoises. L'an dernier, il avait déjà accueilli, cette fois dans la résidence de Camp David, un sommet trilatéral inédit avec les dirigeants du Japon et de la Corée du Sud.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la