Triste record pour la Suisse
Les cas de violences physiques contre des personnes trans en hausse

En 2022, 134 agressions et discriminations ont été signalées à la LGBTIQ-Helpline. Il s'agit du plus grand nombre jamais enregistré en Suisse. Et cela ne serait que la pointe de l’iceberg. De nombreux cas ne sont pas déclarés selon plusieurs organisations faitières.
Publié: 17.05.2023 à 08:08 heures
La visibilité bon enfant lors des Prides ne doit pas cacher les nombreuses discriminations dont sont encore victimes les personnes homo ou transsexuelles (Photo prétexte)..

Les cas signalés à la LGBTIQ-Helpline ont augmenté de 46%, en un an (92 cas en 2021). Environ 80% d'entre eux concernaient des injures ou des insultes. Presque 20% des personnes ayant signalé des cas avaient subi des violences physiques (25 cas), parmi lesquelles 10 personnes ont signalé des blessures résultant de l’agression. Un tiers des signalements provient de personnes trans, dont une majorité de non binaires.

Seuls 11% de ces cas ont été dénoncés à la police. Deux tiers des personnes ayant effectué un signalement ont moins de 30 ans.

C’est dans le canton de Zurich que le plus grand nombre de cas ont été signalés (44 cas). En Suisse romande, leur nombre oscille entre aucun à Neuchâtel et dans le Jura, un dans les cantons de Fribourg et du Valais, quatre sur Vaud et cinq dans le canton de Genève.

Les organisations faîtières LGBTIQ présentent ce bilan mercredi à l'occasion de la Journée internationale contre les discriminations homo et transphobes (l’IDAHOBIT pour International Day against Homo-, Bi-, Inter- and Transphobia).

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la