Prévision des épidémies
Les moustiques préfèrent se reposer au frais!

Les moustiques préfèrent se reposer dans des microclimats frais, selon une étude zurichoise. Un paramètre important pour mieux prévoir les épidémies transmises par ces insectes.
Publié: 26.05.2023 à 10:51 heures
Le moustique Aedes japonicus se repose volontiers au frais, un élément à prendre en compte dans la lutte contre cet insecte vecteur potentiel de diverses maladies (archives).

«S’ils ont le choix, lorsqu’il fait chaud, les moustiques se cachent dans un endroit frais pour se reposer», explique Niels Verhulst, entomologiste à l’Université de Zurich et auteur de cette recherche publiée dans le Journal of Thermal Biology.

Dans le cadre d’un projet soutenu par le Fonds national suisse (FNS), le chercheur travaille depuis plusieurs années à mieux comprendre le comportement des moustiques. Ces insectes ont un fort impact sur la santé des humains et des animaux, puisqu’ils sont les vecteurs, entre autres, de la dengue, de la fièvre du Nil ou encore du paludisme.

Une préférence pour la fraîcheur

Dans cette étude, menée pour la première fois hors d’un laboratoire, le scientifique a observé la température des lieux où les moustiques se reposaient - activité importante, car elle occupe la plupart de leur temps - lorsqu’ils étaient lâchés dans une grande cage extérieure.

Concrètement, il a introduit à 19 reprises en période estivale entre 100 et 200 femelles de l’espèce Aedes japonicus (moustique de brousse asiatique) dans la cage. Cette dernière contenait trois boîtes de repos proposant un micro-habitat relativement frais (environ 18 °C ), un micro-habitat chaud (environ 35 °C) et un micro-habitat ambiant non traité (environ 26 °C).

Les moustiques pouvaient entrer et sortir librement des boîtes. Pour chaque essai, les moustiques se reposant dans les trois boîtes ont été comptés à cinq reprises toutes les deux heures, a indiqué vendredi le FNS dans un communiqué.

Le scientifique a observé que, parmi les boîtes de repos, la préférence des moustiques allait à la boîte la plus fraîche. Le phénomène était d’ailleurs de plus en plus marqué au cours de la journée, à mesure que la température ambiante augmentait.

Publicité

Résultats à affiner

«Sur l’ensemble des expériences, la température moyenne à laquelle les moustiques se reposaient était inférieure de 4 degrés à la température ambiante mesurée par la station météorologique proche», résume Niels Verhulst, cité dans le communiqué.

Ces résultats sont encore à affiner sur de plus longues périodes et en particulier sur des moustiques infectés à même de transmettre des maladies. Dans tous les cas, leurs préférences thermiques constituent un paramètre important à prendre en compte dans les modèles de prévision de transmission des maladies.

«Actuellement, les modèles ne peuvent pas correctement prédire le développement des populations de moustiques et de leurs pathogènes puisqu’ils se basent sur les températures ambiantes mesurées par les stations météorologiques. Or ces stations relèvent une température moyenne à deux mètres de hauteur et ne prennent pas en compte les microclimats frais», conclut Niels Verhulst.

(ATS)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la