Politique migratoire des Balkans
La Serbie réintroduit les visas pour les Burundais et les Tunisiens

La Serbie va à nouveau exiger des visas pour les citoyens du Burundi et de Tunisie. Pour le DFJP, cette décision constitue un «succès pour la Suisse et d'autres pays de l'espace Schengen dans la lutte contre la migration irrégulière par la route des Balkans».
Publié: 22.10.2022 à 15:15 heures
Karin Keller-Sutter avait critiqué la politique de Belgrade (archives).

Belgrade «change sa politique», se félicite samedi le Département fédéral de justice et police (DFJP) sur Twitter. Elle exige des visas pour les citoyens du Burundi «dès aujourd'hui» et pour ceux de Tunisie à partir du 20 novembre. Les ministres de l'intérieur de l'Union européenne avaient discuté la semaine passée du nombre élevé de réfugiés et de migrants arrivant dans l'UE via la route des Balkans. La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter s'était réjouie que Belgrade veuille partiellement aligner sa politique de visas sur celle de l'espace Schengen.

Selon elle, plusieurs Etats, dont la Suisse, l'Allemagne, l'Autriche et la Belgique, étaient intervenus auprès de la Commission européenne et l'avaient invitée à prendre des mesures. S'il est vrai que la plupart des réfugiés qui entrent dans l'espace Schengen via la route des Balkans viennent de Syrie et d'Afghanistan, le nombre de migrants en provenance de Turquie, de Tunisie, d'Inde, du Burundi et de Cuba a fortement augmenté depuis le début de l'année. Les personnes originaires de ces pays peuvent se rendre en Serbie sans visa. Nombre d'entre elles poursuivent ensuite leur route vers l'UE avec l'aide de passeurs.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la