Assis par terre sur l'autoroute
Des militants pro-climat bloquent le trafic à Lausanne

Des activistes du climat bloquent lundi matin une sortie d'autoroute à Lausanne. Issus d'un nouveau mouvement, Renovate Switzerland, ils exigent du Conseil fédéral un plan d'action pour assurer la rénovation énergétique d'un million de maisons du pays.
Publié: 11.04.2022 à 08:08 heures
|
Dernière mise à jour: 11.04.2022 à 08:14 heures
Des activistes climatiques bloquent lundi matin l'entrée dans Lausanne.

Les militants ont entamé leur action lundi peu avant 08h00 sur l'autoroute menant au rond-point de la Maladière, l'entrée sud de Lausanne toujours fréquentée aux heures de pointe. Cinq activistes se sont assis par terre pour bloquer le trafic, a constaté sur place Keystone-ATS. La police est déjà présente sur les lieux avec plusieurs patrouilles.

Récemment créée, Renovate Switzerland est la branche helvétique d'un mouvement de «résistance civile» qui existe déjà dans une petite dizaine d'autres pays, par exemple sous le nom de Dernière Rénovation en France ou Declare Emergency aux Etats-Unis. L'opération menée lundi matin à Lausanne est la première à se dérouler sur le territoire suisse.

Dans son dossier de presse, Renovate Switzerland affirme qu'elle continuera ses actions tant que le Conseil fédéral n'aura pas entendu sa demande. A savoir: la mise en place d'un plan national pour rénover, d'ici 2040, le million de maisons qui nécessite une isolation d'urgence.

«Réduire drastiquement les émissions de CO2»

Les militants ajoutent que les subventions à la rénovation énergétique des bâtiments devraient se monter à un milliard de francs par an dès 2023, soit cinq fois plus qu'aujourd'hui. Ils exigent aussi la formation de 100'000 travailleurs supplémentaires dans le secteur du bâtiment.

«Un tel plan aura pour effet de réduire drastiquement les émissions de CO2, diminuer notre dépendance énergétique envers l'étranger, et diviser par deux les factures énergétiques», affirme Renovate Switzlerland, qui pointe «le gouffre énergétique» des bâtiments en Suisse.

(ATS)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la