«Grande souffrance» au Soudan
L'ONU souhaite une rencontre en Suisse entre décideurs soudanais

En 10 mois de conflit, aucun signe de paix ne semble se profiler. L'ONU souhaite organiser un «Forum humanitaire» à Genève entre les rivaux soudanais. Un appel de fonds pour l'aide humanitaire a été lancé.
Publié: 07.02.2024 à 15:07 heures
Le chef des affaires humanitaires de l'ONU Martin Griffiths et le Haut commissaire pour les réfugiés Filippo Grandi mettent en garde contre les effets d'un manque d'assistance aux civils au Soudan et dans la région autour de ce pays (archives).

Aucun pays ne fait face à une «aussi grande souffrance» que le Soudan, selon le chef des affaires humanitaires de l'ONU Martin Griffiths. Mercredi à Genève, il a dit avoir proposé ces deux dernières semaines une réunion humanitaire entre décideurs soudanais en Suisse.

«Aucune avancée vers la paix» n'a été obtenue en dix mois de conflit, a déploré à la presse M. Griffiths. Des milliers de civils ont été tués.

Le Britannique, qui doit se rendre dans les prochaines semaines au Darfour, a été en contact ces dernières semaines avec les deux généraux rivaux, qui pilotent l'armée et les rebelles des Forces de soutien rapide (FSR). Il leur a demandé d'honorer leur promesse d'autoriser une augmentation de l'accès humanitaire, qui reste extrêmement difficile depuis le début des violences.

Il a précisé avoir suggéré une rencontre d'un «Forum humanitaire» à Genève, pilotée par l'ONU, entre leurs représentants sur cette question, étant donné que la Suisse avait affirmé être prête à accueillir un tel format. «Ils ont tous les deux dit 'oui'», a-t-il ajouté. «J'attends encore de voir quand la rencontre aura lieu», dit-il aussi, souhaitant au moins des discussions en ligne si un face-à-face n'est pas possible.

Appel de fonds pour l'assistance humanitaire

Médecins Sans Frontières (MSF) est présente à Khartoum, mais l'ONU n'a pu y accéder depuis octobre. Et d'affirmer que la paix est «très éloignée» de la situation des quelque neuf millions de déplacés et réfugiés. «Tout s'est effondré», de la santé à la sécurité en passant par l'accès à la nourriture, a renchéri de son côté le haut commissaire aux réfugiés Filippo Grandi, de retour de la région où les Etats voisins comme le Tchad ou l'Ethiopie sont tous affectés. La population qui s'est enfuie dans les pays voisins demande des garanties avant de rentrer, a-t-il ajouté.

L'ONU a officiellement lancé mercredi son appel de fonds pour l'assistance humanitaire à ce pays. Le chiffre de 4,1 milliards de dollars pour le Soudan et pour la région avait déjà été dévoilé début décembre, de même que les quelque 18 millions de personnes que l'organisation souhaite aider parmi 25 millions qui ont besoin d'assistance. «C'est une des trois grandes crises « de déplacement actuelles, selon M. Grandi.

Publicité

Il a mis il y a quelques jours en garde les pays européens contre des mouvements vers eux s'ils ne prennent pas en considération l'importance de cette situation. Mais M. Griffiths admet que l'Ukraine et la bande de Gaza attirent beaucoup de financements. L'année dernière, seuls 40% au total des fonds demandés pour le Soudan ont été obtenus.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la