2 milliards se sont envolés
L'attaque contre Temenos est unique dans l'histoire économique suisse

Un fonds d'investissement américain a provoqué un séisme boursier en Suisse. L'action de l'entreprise suisse de logiciels Temenos s'est effondrée.
Publié: 19.02.2024 à 10:29 heures
|
Dernière mise à jour: 19.02.2024 à 15:20 heures
1/5
PWC contrôle les comptes de Temenos depuis 20 ans.
221216_STUDIOSESSION_TOBIAS-STAHEL_648-Bearbeitet Kopie (1).jpg
Beat Schmid

Nathan Anderson a mauvaise réputation. Dans un portrait publié dans le «New York Magazine», il a un jour été représenté avec les oreilles du diable. L'histoire est parue il y a deux ans, lorsque le spéculateur financier a lancé une attaque contre le milliardaire indien Gautam Adani. L'attaque avait coûté plus de 50 milliards de dollars au milliardaire, ami du Premier ministre indien Narendra Modi.

Jeudi, Nathan Anderson a de nouveau fait des victimes. Cette fois, il avait dans son viseur l'entreprise de logiciels genevoise Temenos, cotée en bourse. Vers midi, il a envoyé aux investisseurs et aux médias un rapport intitulé: «Temenos: graves irrégularités comptables, produits ratés et redressement illusoire.»

Publicité

A la Bourse suisse, les actions de l'entreprise de logiciels se sont effondrées et avaient perdu près de 30% en fin de journée. Vendredi, elles ont continué à dégringoler et ont encore perdu 4,6%. Pour les actionnaires de Temenos, c'est une catastrophe. Leur perte comptable s'élève à plus de 2 milliards de francs. Martin Ebner est le plus gros investisseur avec près de 13% et a perdu 250 millions de francs. Cela correspond à environ 7% de sa fortune, estimée à 3,3 milliards.

Une attaque unique dans l'histoire économique suisse

Lorsque «Blick» a appelé vendredi après-midi la société d'investissement Patinex AG de Martin Ebner à Wilen bei Wollerau (SZ), Ralph Stadler a décroché le téléphone. Il fait partie depuis de nombreuses années du cercle des proches du célèbre investisseur. «Il y aurait des choses à dire, mais nous ne voulons pas nous exprimer publiquement à ce sujet», dit Ralph Stadler. Le fait que Martin Ebner se soit laissé duper par un jeune gestionnaire de fonds spéculatifs a dû lui donner à réfléchir, lui qui était autrefois un investisseur redoutable.

L'attaque contre Temenos est unique dans l'histoire économique suisse contemporaine. Avec son fonds d'investissement Hindenburg Research, Nathan Anderson fait partie d'un petit groupe controversé de «shortsellers activistes», également appelés vendeurs à découvert. Ils achètent des actions d'entreprises en difficulté et parfois douteuses et spéculent sur la baisse des cours de la bourse.

Hindenburg Research veut détecter les «catastrophes créées par l'homme qui rôdent sur le marché», comme le dit le credo de la maison. C'est pourquoi l'entreprise porte le légendaire dirigeable dans son nom. Anderson est convaincu que l'incendie du dirigeable en 1937 était une catastrophe provoquée par l'homme et donc évitable.

Publicité

«Ventes à découvert» à haut risque

Pour gagner de l'argent lorsque les cours baissent, les spéculateurs doivent au préalable emprunter des actions pour une durée déterminée, qu'ils vendent ensuite «à découvert». Si les cours chutent, le spéculateur rachète les titres à un prix aussi bas que possible et les rend à leur propriétaire. Il empoche la différence en tant que bénéfice. Cette astuce ne fonctionne que lorsque les cours baissent. Si les cours augmentent, cela peut coûter très cher, car le spéculateur doit racheter les actions à un prix plus élevé. Comme le potentiel de perte est théoriquement illimité, les ventes à découvert sont considérées comme très risquées.

La stratégie de vente à découvert devient particulièrement efficace lorsque de mauvaises nouvelles accélèrent la chute des cours. C'est dans ce domaine qu'excellent Nathan Anderson et son fonds d'investissement: ils accompagnent leurs attaques d'analyses détaillées et communiquent de manière agressive.

Les membres du fonds d'investissement affirment qu'il leur a fallu quatre mois pour effectuer leurs recherches. Ils se sont entretenus avec 25 anciens collaborateurs de l'entreprise. L'analyse aurait révélé de graves irrégularités dans la comptabilité. Il est question de «partenariats fictifs, de renouvellements de contrats non-conformes, de contrats antidatés, d'investissements excessifs en R&D qui semblaient ne pas exister et d'autres signes de manipulation comptables classiques».

Temenos rejette les accusations

Malheureusement pour Temenos, les attaques de Hindenburg sont généralement prises au sérieux par la scène boursière internationale. Comme le montre une évaluation de Bloomberg, dans 25 des 27 attaques, les actions se sont effondrées le premier jour. Dans onze cas, les cours se sont redressés douze mois plus tard pour retrouver leur niveau d'avant l'attaque. Dans 14 cas, les cours ont continué à baisser au cours des douze mois suivant l'attaque. La probabilité que les actions de Temenos se redressent est donc inférieure à 50%.

Publicité

L'entreprise de logiciels a été prise au dépourvu par l'attaque. Elle rejette «fermement» les accusations. Ces révélations jettent une lumière crue sur le dirigeant Andreas Andreadis. Le Chypriote était revenu l'année dernière en tant que chef opérationnel lorsqu'un autre investisseur activiste avait exigé la destitution du CEO de l'époque et avait traité en bloc la direction de «charognards» qui «se sont remplis les poches sans vergogne pendant des années».

La société d'audit PWC, qui vérifie les comptes de Temenos depuis 20 ans – une durée inhabituellement longue – est également confrontée à des questions embarrassantes. Interrogé, un porte-parole n'a pas souhaité prendre position. PWC était également l'organe de révision de Credit Suisse. Elle avait donné son feu vert à la grande banque quelques jours avant l'effondrement.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la