Berne trop passive face à la Russie
L'ancien procureur critique la Suisse sur ses sanctions trop hésitantes

La Suisse met en oeuvre les sanctions contre la Russie de manière «trop hésitante», estime l'ancien procureur général de la Confédération Michael Lauber. Berne est également «trop passive», ajoute-t-il dans une interview aux journaux alémaniques du groupe Tamedia.
Publié: 30.07.2023 à 22:02 heures
Une commission du Congrès américain exige des sanctions contre Michael Lauber (archives).

S'il n'en tenait qu'à lui, la Confédération participerait à la task force internationale chargée de traquer l'argent des oligarques russes, souligne-t-il dans cet entretien mis en ligne dimanche soir. Il n'a pas été plus précis sur ce point.

Les ambassadeurs des Etats du G7 avaient exigé au printemps que le Conseil fédéral suisse coopère davantage dans la recherche des biens des oligarques russes.

Une commission du Congrès américain a demandé vendredi au gouvernement américain d'imposer des sanctions contre trois Suisses, dont Michael Lauber. Elle les accuse d'avoir aidé des Russes visés par des sanctions à accéder à des fonds gelés en Suisse. Il est aussi reproché aux trois Suisses d'avoir accepté des cadeaux et des voyages offerts par des responsables et des oligarques russes.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la