1282 personnes accueillies
Comment Neuchâtel a tenté de surmonter la crise des réfugiés ukrainiens

Un an après le début de la guerre en Ukraine, 1282 réfugiés, dont plus de 370 enfants, vivent dans le canton de Neuchâtel. Les enjeux initiaux de protection des personnes en exil s’élargissent aux questions d’intégration liées à un séjour qui se prolonge.
Publié: 23.02.2023 à 11:49 heures
|
Dernière mise à jour: 23.02.2023 à 13:03 heures
A leur arrivée en Suisse, les Ukrainiens ont notamment été enregistrés au Centre fédéral de Boudry (archives).

60% des Ukrainiens avec un statut S vivent aujourd’hui en appartement, alors que 25% continuent de partager le logement d’une famille d’accueil, et 15% sont installés temporairement dans l'un des trois centres cantonaux d’hébergement collectif (Tête de Ran, Couvet et Perreux), a indiqué le canton jeudi. L'hôtel-restaurant de La Vue-des-Alpes sert de réserve.

Un nombre historiquement haut

Il s’agit du plus fort afflux de réfugiés de ces 25 dernières années, a ajouté le canton. L’accueil des personnes fuyant la guerre a aussi abouti à la conclusion de 260 nouveaux baux. Au plus fort de la crise, ce sont près de 300 ménages neuchâtelois qui ont ouvert leurs portes.

Dès mai 2022, l’État de Neuchâtel a mandaté la Croix-Rouge pour accompagner les accueillants, ainsi que les accueillis, dans ces situations inédites de cohabitation. En complément à l’accompagnement social cantonal, un espace professionnel d'écoute, de conseil, d'orientation et de médiation est offert aux personnes concernées, de façon gratuite et confidentielle.

Dans le même temps, le canton a également attribué un mandat à la plateforme Précarité, afin de coordonner et diffuser les actions citoyennes en faveur de la population ukrainienne dans le canton. Ce travail a permis le développement d’un volet spécifique sur le site internet de la plateforme. Ce support est doté actuellement de 98 prestations et informations disponibles en français, en ukrainien et en russe.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la