Interview de Verena Nold
Pour la directrice de Santésuisse, il faut repenser le système de santé

Les primes devraient augmenter de 7,5% en 2024. Pour maîtriser les coûts à l'avenir, il faut plus de transparence et d'efficacité, explique la directrice de Santésuisse Verena Nold.
Publié: 09.04.2023 à 06:16 heures
|
Dernière mise à jour: 09.04.2023 à 11:18 heures
1/2
«Par habitant, les coûts des assurances-maladies ont augmenté de 7,5% au cours des deux premiers mois de l'année en cours.»
Aeschlimann Peter

Madame Nold, les primes d'assurance-maladie continuent d'augmenter de manière effrénée. A quel point cela devient-il grave?

Verena Nold : Les chiffres sont effectivement inquiétants. Par habitant, les coûts ont augmenté de 7,5% au cours des deux premiers mois de l'année en cours. L'année dernière déjà, les caisses maladie ont perdu 1,5 milliard de francs. Il n'y a désormais plus assez pour combler les trous. Le résultat est une nouvelle hausse des primes.

Quand les personnes à revenu normal ne pourront-elles plus se permettre de payer leur assurance maladie?

Bientôt. Selon le modèle d'assurance et le lieu de résidence, une famille de quatre personnes paie jusqu'à 1200 francs par mois pour l'assurance de base obligatoire. Les primes augmentent beaucoup plus que les salaires, il reste donc moins d'argent pour autre chose. Si nous ne faisons rien, nous allons dans le mur pour notre système de santé.

A-t-on négligé ces dernières années d'adapter les primes à la réalité des coûts?

Pendant la pandémie, les primes sont restées stables. Mais cela n'était pas uniquement dû à l'arrêt des traitements. Les assurances ont également puisé dans leurs réserves afin de ne pas faire peser de charges supplémentaires sur les assurés. A peine la pandémie terminée, les coûts ont crevé le plafond. L'année dernière, le Conseil fédéral a fixé une prime politique qui n'a pas suffi à couvrir les coûts. Un jour ou l'autre, cela nous rattrape. Nous aurions déjà dû augmenter les primes de 10% pour 2023.

Publicité

Qu'est-ce qui fait grimper les coûts de la santé à ce point?

Nous sommes préoccupés par l'augmentation des coûts des médicaments. Les pharmacies et les cabinets médicaux autorisés à délivrer des médicaments ont connu une hausse supérieure à la moyenne. Il y a deux raisons à cela: les prix élevés dans notre pays, et le fait que beaucoup de médicaments sont prescrits.

Nous sommes peut-être aussi tout simplement plus souvent malades?

Je ne le pense pas. C'est un mécanisme simple: s'il y a beaucoup de médecins, plus de gens vont chez le médecin et il y a automatiquement plus de traitements. Nous ne savons pas si ces thérapies sont toujours nécessaires et efficaces. Nous ne disposons tout simplement pas des données nécessaires. Nous voyons certes l'évolution des coûts, mais en matière de qualité, nous naviguons à l'aveuglette.

Publicité

Pourquoi ces données font-elles défaut?

Celui qui peut facturer sans avoir à rendre de comptes peut se mettre à l'aise. Avec l'introduction de la nouvelle loi sur l'assurance maladie en 1996, les fournisseurs de prestations ont été obligés de développer des concepts de qualité. Mais rien n'a été fait. Depuis 2021, une loi plus stricte est en vigueur, mais la Commission fédérale de la qualité ainsi introduite n'en est qu'à ses débuts. On essaie maintenant de réaliser des mesures de qualité pour pouvoir enfin établir la transparence.

Une charge administrative énorme qui génère encore plus de coûts.

Les dépenses seront limitées. De plus, les traitements inutiles peuvent être évités. On économise ainsi beaucoup d'argent et on protège les patients. Le Conseil fédéral a constaté dans une étude qu'un traitement efficace permettrait d'économiser près de 20%, soit environ huit milliards de francs de coûts.

Publicité

L'Atlas de la santé récemment publié montre des différences régionales frappantes en matière de traitements. A Neuchâtel, on prescrit beaucoup plus de Ritaline que partout ailleurs, et à Bâle, beaucoup plus de personnes souffrent d'un cancer du poumon.

Cela n'est certainement pas dû aux patientes et aux patients. Encore une fois, là où la densité d'orthopédistes est élevée, le nombre d'interventions orthopédiques s'envole. Cette corrélation est indéniable. C'est dans les cantons de Genève ou de Bâle-Ville, où le nombre de médecins est supérieur à la moyenne, que l'on paie les primes les plus élevées.

Quelle serait votre solution?

Le Parlement a réagi en obligeant les cantons à regarder de plus près les autorisations de pratiquer: A-t-on vraiment besoin de nouveaux médecins? Celui qui veut pratiquer en Suisse doit s'installer là où il y a une pénurie de médecins.

Publicité

Comment faire pour qu'un jeune médecin de la ville de Zurich ouvre son cabinet dans un village de montagne ?

Si vous êtes banquier et que vous perdez votre emploi à la Paradeplatz, vous devrez peut-être vous installer dans une succursale à Coire. Est-ce si grave? En tant que Grisonne, j'ai aussi trouvé du travail à Zurich. Et imaginez un peu: La Suisse est belle partout!

Les gens vieillissent, et le nombre de leurs maladies chroniques augmente. Autrefois, ces personnes seraient tout simplement mortes.

L'évolution démographique a un effet sur les coûts de la santé, mais il est surestimé. C'est clair: avec l'âge, la probabilité de devoir aller en maison de retraite ou d'avoir besoin de soins à domicile augmente. Ces coûts de soins augmentent plus que la moyenne. D'autres facteurs ont une plus grande influence sur les coûts de la santé, notamment les progrès de la médecine.

Publicité

Que voulez-vous dire?

Heureusement, nous disposons aujourd'hui de beaucoup plus de possibilités de traitement pour les patients atteints de cancer. Parallèlement, les nouveaux médicaments et thérapies anticancéreux innovants sont l'un des plus grands facteurs de coûts dans le secteur de la santé. Il est juste que nous puissions nous les offrir. Mais que l'on ne supprime pas en même temps du catalogue des prestations les traitements dont il est prouvé qu'ils n'apportent aucun bénéfice est à mon avis une grave erreur. Si nous voulons que notre système soit durablement finançable, nous devons devenir plus efficaces.

Comment y parviendrons-nous?

Un chirurgien qui pratique très souvent une intervention compliquée obtient de meilleurs résultats. C'est scientifiquement prouvé. C'est sur cette base qu'il faut décider où faire quoi. La spécialisation permet également d'améliorer la qualité. Les cantons devraient être plus stricts et ne pas attribuer tous les mandats de prestations à chaque petit hôpital.

Publicité

Aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, il existe un plafond pour le coût d'une année de vie supplémentaire. Pourquoi pas en Suisse?

Nous aurions alors tout faux. Avant de rationner, nous devons rationaliser le système de santé, c'est-à-dire le rendre plus efficace. Pour protéger les payeurs de primes!

Ne faudrait-il pas aussi remettre en question nos exigences? Une personne affolée après une piqûre de tique, lorsqu'elle n'attend qu'une demi-heure aux urgences, ne peut tout de même pas se plaindre de l'augmentation des primes d'assurance maladie.

Il est important que les services d'urgence ne soient pas engorgés par des cas bénins. Pour éviter cela, le Parlement débattra de la possibilité pour les hôpitaux de prélever une taxe pour les cas mineurs.

Publicité

Nous avons le meilleur système de santé. Pourquoi ne devrait-il rien coûter?

S'il est excellent, il peut coûter quelque chose. Mais aujourd'hui, nous avons une boîte noire en matière de qualité. Nous supposons que notre système de santé est bon – mais il n'y a pas de chiffres qui le prouvent. Il faut être un professionnel pour comprendre les statistiques qui donnent des informations sur la qualité d'un hôpital. L'essentiel est de savoir comment les patients se sentent après les traitements. Il n'y a pas de statistiques à ce sujet.

Le Conseil des Etats demande que les assureurs participent davantage aux coûts des soins de longue durée. Pourquoi vous opposez-vous à cette proposition?

La proposition fait partie de l'uniformisation du financement des traitements ambulatoires et hospitaliers. Nous n'y sommes pas opposés sur le fond. Ce qui pose problème, c'est l'intégration des coûts des soins de longue durée. L'assurance maladie n'est pas une assurance de soins, la vieillesse n'est pas une maladie. Actuellement, les assureurs maladie paient 33 milliards par an au titre de l'assurance de base obligatoire. Si les soins de longue durée étaient intégrés, cela représenterait à moyen terme environ cinq milliards de plus. Cela entraînerait une explosion des primes.

Publicité

Vous souhaitez que tout reste en l'état dans ce domaine?

Le problème du financement des soins doit être résolu – mais la proposition du Conseil des Etats est pour nous un «no-go».

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la