Idée d'excursion pour le week-end
Les 7 plus hauts cols de Suisse

En recherche d'une idée d'excursion pour le week-end? A vélo, en moto ou en voiture, vous pouvez toujours vous diriger vers les plus hauts cols de Suisse. Notre sélection.
Publié: 17.05.2023 à 10:59 heures
|
Dernière mise à jour: 17.05.2023 à 11:03 heures
1/10
La route du col de la Bernina, longue de 37 kilomètres, est la plus haute route de col ouverte tout au long de l'année.
Raoul Schwinnen

Vous connaissez peut-être le col du Julier, en direction de l’Engadine ouverte tout au long de l’année et premier passage alpin suisse entièrement goudronné. Ou encore, la légendaire route de la Tremola sur le Gothard, qui était autrefois l’une des principales liaisons du nord vers le sud. S’ils sont plutôt populaires, avec 2284 mètres d’altitude pour le Julier et 2106 mètres pour le Gothard, ils ne font pas partie des plus hauts cols de Suisse. Et oui, les sept plus hauts cols sont…

7

Le col de Livigno (2315 mètres d’altitude)

Ce col d’environ 21 kilomètres de long est assez bien aménagé, mais peu spectaculaire. La pente, qui peut atteindre 12%, mène de l’enclave italienne de Livigno aux Grisons. La frontière entre l’Italie et la Suisse se trouve au sommet, à 2315 mètres d’altitude. Le col de Livigno, ou Forcola di Livigno, est très apprécié des touristes qui s’y rendent pour faire des achats hors taxes. Sans oublier que la traversée du Livigno se combine parfaitement avec un trajet par le col de la Bernina. Attention: la route n’est pas adaptée aux caravanes.

6

Le col de la Bernina (2328 m d’altitude)

Cette liaison de 37 kilomètres entre la Haute-Engadine et le Val Poschiavo a été élargie plusieurs fois au fil des ans. La pente ne dépasse pas 10%, et la Bernina est depuis 1965 la plus haute route alpine de Suisse ouverte tout au long de l’année. Contrairement au col du Splügen, il ne s’agit pas d’une route de transit transalpine d’importance européenne. Depuis 1910 en été et 1913 en hiver, la célèbre ligne de chemin de fer de la Bernina franchit également ce col. Elle tire l’électricité nécessaire du barrage du Lago Bianco, situé au sud.

5

Le col de la Flüela (2383 m d’altitude)

Avec 27 kilomètres de long et une inclinaison pouvant atteindre jusqu’à 10%, la Flüela est la route la plus élevée située au sein d’un seul canton suisse. Construite en 1867, un intense trafic de diligences s’y est rapidement développé. Et aujourd’hui encore, une diligence postale à six chevaux assure l’aller-retour entre Davos-Platz (GR) et l’hospice de la Flüela tous les mardis durant l’été. Depuis que le quai de la Vereina a été achevé en 1999, le canton des Grisons n’ouvre la route du col plus que de janvier à mai.

4

Le col de la Furka (2429 m d’altitude)

Cette route, de 29 kilomètres de long et d’une inclinaison maximale de 11%, relie Realp dans le canton d’Uri à Oberwald dans le Valais. En empruntant cette route, vous profitez d’un panorama à couper le souffle avec vue sur le glacier du Rhône. Avec l’arrivée du chemin de fer Furka-Oberalp en 1926, la Furka s’est dotée d’une attraction touristique supplémentaire, qui a cependant été abandonnée après la construction du tunnel en 1982. Pour le plus grand plaisir des fans de train, des privés ont choisi de redonner vie à cette légendaire ligne à vapeur. Aujourd’hui, les touristes peuvent donc à nouveau apprécier la beauté de la Furka en train.

3

Le Grand Saint-Bernard (2469 m d’altitude)

La troisième plus haute route de col reliait déjà à l’époque romaine le Valais à la vallée italienne d’Aoste. Avec l’hospice fondé au 11e siècle par Bernard d’Aoste au sommet du col, ce passage de 44 kilomètres de long compte parmi les plus anciennes routes des Alpes. Les chiens d’avalanche, qui portent le nom du fondateur de l’hospice, sont célèbres dans le monde entier. Le premier tunnel routier transalpin d’Europe a désengorgé cette route à partir de 1964. Depuis l’ouverture du tunnel du Saint-Gothard en 1980, le tunnel et la route du col du Grand-Saint-Bernard ont perdu de leur importance.

Publicité
2

Le col du Nufenen (2478 m d’altitude)

Les cyclistes connaissent à coup sûr le col du Nufenen. Cette liaison de 44 kilomètres entre le Tessin et la vallée du Rhône valaisanne et sa pente de 13% est très exigeante pour les amateurs de la petite reine. La récompense au sommet en vaut cependant la peine. Le panorama est à couper le souffle. En raison du grand danger d’avalanche, le deuxième plus haut col des Alpes suisses n’a toutefois jamais eu la même importance économique que le Grimsel. Les imposantes cales de protection contre les avalanches installées dans chaque village de la vallée de Bedretto restent encore aujourd’hui impressionnantes.

1

Le col de l’Umbrail (2501 m d’altitude)

La route du col de l’Umbrail est la plus haute de Suisse et la seule à culminer à plus de 2500 mètres d’altitude. Avec ses 33 kilomètres de long et sa pente à 12%, elle relie le Val Müstair dans les Grisons à Bormio en Italie. La route a été construite en 1901 grâce à des subventions fédérales et cantonales. Depuis 1925, le col de l’Umbrail est aussi emprunté par les voitures. Le tracé reste d’origine.

(Source: Alpen-paesse.ch)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la