Washington met à nouveau en garde Moscou
L'arme nucléaire contre l'Ukraine aurait des «conséquences «catastrophiques»

Les conséquences pour la Russie seraient «catastrophiques» si le président russe Vladimir Poutine mettait à exécution sa menace d'utiliser l'arme nucléaire contre l'Ukraine, a averti un haut conseiller américain. Washington a déjà mis en garde Moscou plusieurs fois.
Publié: 26.09.2022 à 07:12 heures
|
Dernière mise à jour: 26.09.2022 à 07:14 heures
Jake Sullivan est conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche (archives).

Les Etats-Unis entendent faire bien comprendre à la Russie «quelles seraient les conséquences si elle prenait le sombre chemin de l'utilisation de l'arme nucléaire et elles seraient catastrophiques», a dit dimanche Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, sur la chaîne NBC.

«Nous avons la capacité de parler directement à haut niveau (ndlr: aux Russes), de leur dire clairement quel est notre message et d'entendre le leur, a-t-il dit. Cela s'est produit fréquemment ces derniers mois. Cela s'est même produit ces derniers jours», a indiqué Jake Sullivan. Il n'a pas voulu livrer de détails sur la nature exacte des canaux de communication employés, afin de «les protéger.»

Washington a déjà émis plusieurs mises en garde, avec un vocabulaire de plus en plus dur, contre un éventuel recours à l'arme nucléaire de Moscou.

«Jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale»

Interrogé le 16 septembre, avant que le président russe n'agite implicitement cette menace, le président américain Joe Biden avait lancé ce message: «Ne le faites pas. Ne le faites pas. Ne le faites pas. Vous changeriez la face de la guerre d'une manière jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale.» Il avait averti que la réponse américaine serait «conséquente», mais sans plus de précision.

Après que le président russe a déclaré être prêt à utiliser «tous ses moyens» de défense, Washington avait encore élevé le ton, répétant prendre «au sérieux» cette menace et promettant une réponse «sévère.»

Ces mises en garde publiques sont doublées par des avertissements faits «de manière privée», a indiqué un responsable américain récemment.

Publicité

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la