Seule candidate en lice
Lisa Mazzone élue à la tête des Vert-e-s suisses

Seule candidate en lice, la Genevoise Lisa Mazzone a été élue à la présidence des Vert-e-s suisses samedi à Renens. Durant son discours, la politicienne a fait honneur à l'ancien président du parti, Balthasar Glättli, qui se retire après quatre ans.
Publié: 06.04.2024 à 12:28 heures
|
Dernière mise à jour: 06.04.2024 à 13:57 heures
La Genevoise Lisa Mazzone a été élue à la présidence des Vert-e-s suisses ce samedi.

La Genevoise Lisa Mazzone est la nouvelle présidente des Vert-e-s suisses. Seule candidate à ce poste, la politicienne de 36 ans a été élue à l'unanimité des délégués lors de l'assemblée de son parti samedi à Renens (VD). Longuement ovationnée par ses pairs, Lisa Mazzone a été élue pour un mandat de deux ans par les 148 délégués présents. «J'espère donner la résonance que vous méritez», leur a-t-elle déclaré en préambule au scrutin.

Lisa Mazzone avait créé la surprise fin janvier en déclarant vouloir briguer la présidence de son parti, un peu plus de deux mois après avoir annoncé son retrait de la vie politique, en direct sur le plateau de Léman Bleu. C'était au soir du 12 novembre, alors qu'elle venait de perdre son siège au Conseil des États au profit du populaire Mauro Poggia (Mouvement citoyens genevois).

Parmi les premiers à féliciter Lisa Mazzone en dehors des écologistes, on trouve le Parti socialiste (PS). «Nous lui souhaitons plein succès dans sa nouvelle fonction et nous nous réjouissons d'une bonne collaboration dans son engagement pour une Suisse sociale», a écrit la formation à la rose sur X. Un signe de réconciliation qui n'est pas anodin, puisque des tensions étaient apparues entre les deux partis lors des dernières élections fédérales, le PS n'ayant pas vraiment soutenu la candidature de combat des Vert-e-s au Conseil fédéral.

Balthasar Glättli fait ses adieux

Avant l'élection, les Vert-e-s ont rendu hommage à Balthasar Glättli, président du parti de 2020 à 2024. Ce dernier a annoncé en novembre 2023 qu'il quittait la présidence du parti. Il tirait ainsi les conséquences de la déroute électorale des écologistes, qui avaient perdu 3,4 % de leur électorat lors des élections fédérales d'octobre dernier.

«Balthasar a toujours dirigé le parti avec un calme olympien, même dans les moments les plus difficiles. Il a su garder le cap, tout en positionnant mieux le parti au niveau stratégique et en continuant à le numériser», a déclaré Aline Trede, cheffe du groupe parlementaire. Balthasar Glättli a aussi été remercié pour son «million d'idées par jour» et son «incroyable énergie», peut-on par exemple lire sur X. Il a assumé la présidence «avec des valeurs vertes profondément ancrées dans son cœur et des idées claires sur une politique durable», ont encore écrit les Verts-e-s.

(Blick avec ATS)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la