Paradis fiscal irrésistible
Ces deux multimillionnaires norvégiens s'installent à Lucerne

L'exode de Norvégiens richissimes vers la Suisse se poursuit. Les investisseurs Jens Rugseth et Rune Syversen s'installent désormais à Lucerne. Blick vous les présente.
Publié: 02.12.2022 à 16:03 heures
1/4
Lucerne va accueillir deux nouveaux multimillionnaires: les investisseurs norvégiens Jens Rugseth et Rune Syversen.
Jean-Claude Raemy

Les autorités fiscales de la ville et du canton de Lucerne peuvent se réjouir. Deux autres Norvégiens richissimes viennent s’ajouter à la liste de ceux qui s’installent en Suisse. Ces derniers ont en effet choisi la ville des lumières comme nouveau lieu de résidence.

Il y a quelques jours, Jens Rugseth a déclaré au journal économique norvégien «Dagens Naeringsliv» qu’il avait pris un appartement à Lucerne. A plus long terme, il prévoit de déménager dans une villa de la région.

Le richissime Rune Syversen a, lui aussi, décidé de faire de même. C’est ce que rapporte le journal économique norvégien «Finansavisen». Interrogé par Blick, le service des migrations de Lucerne ne peut pas confirmer cet état de fait pour des raisons de protection des données.

De gros investisseurs dans le secteur informatique

Qui sont ces deux personnes? Jens Rugseth et Rune Syversen sont liés par des relations d’affaires. Ils sont tous deux propriétaires de la société d’investissement Karbon Invest AS, qui compte parmi les principales sociétés d’investissement de la bourse d’Oslo.

Par le biais de cette société, ils sont des actionnaires importants de la société informatique Crayon, avec des lots d’actions d’une valeur de 48 millions de francs chacun. Rune Syversen est également CEO de cette entreprise qui compte 55 bureaux dans le monde et 1600 employés au total. Les deux hommes détiennent aussi des actions importantes dans le groupe Sikri, Link Mobility, Cyviz et Techstep – donc principalement dans le secteur informatique.

Ils font tous deux partie du cercle des 400 Norvégiens les plus riches. Jens Rugseth a gagné son premier million en vendant des ordinateurs Apple à la fin des années 80. Sa fortune s’élève aujourd’hui à environ 2,35 milliards de couronnes norvégiennes (225 millions de francs). Rune Syversen possède quant à lui 1,4 milliard de couronnes, soit 134 millions de francs. La fortune des deux super-riches a toutefois nettement diminué pendant la pandémie.

Publicité

Ils s’accordent tout de même quelques extravagances. Ainsi, Jens Rugseth, fan de bateaux, est propriétaire du tout premier yacht à moteur du fabricant de voiliers Swan. Ce bateau à moteur de 13 mètres de long avec une couchette pour deux personnes seulement coûte 700’000 francs.

Retourner en Norvège dans cinq ans?

Tous deux ont justifié leur déménagement par la charge fiscale qui vient d’augmenter en Norvège. Le taux d’imposition sur les bénéfices non réalisés a été porté à un niveau record de 37,8%. En l’espace d’un an, l’impôt sur la fortune des actions a augmenté d’environ 70%. L’impôt sur les dividendes a également augmenté, tout comme le taux d’imposition sur la fortune.

Cela crée des problèmes: comme les bénéfices non réalisés n’existent souvent que sur le papier, mais sont déjà imposés, ils peuvent mettre les entreprises en difficulté. Jens Rugseth argumente que, pour payer ces impôts, les entreprises doivent parfois emprunter, vendre des actions ou utiliser les dividendes. Tout cela n’est pas une option dans le climat économique actuel. C’est pourquoi Jens Rugseth conclut: «Il ne s’agit pas pour moi d’économiser sur l’impôt sur la fortune privée, il y a des endroits plus avantageux que Lucerne pour cela. Il s’agit de ne pas mettre mes entreprises, qui se sont développées pendant de nombreuses années, dans une situation financière délicate.»

Habiter cinq ans en Suisse

Malgré les violentes augmentations d’impôts, la Norvège n’a toutefois pas encore osé imposer une «taxe d’émigration pour les super-riches». Mais la situation pourrait changer, avec une nouvelle loi. Celle-ci propose une sorte de taxe punitive pour tous ceux qui partent.

Publicité

Selon la loi norvégienne en vigueur jusqu’à présent, celui qui emporte des bénéfices non réalisés à l’étranger pendant au moins cinq ans ne doit pas payer d’impôts sur ces bénéfices. Il suffisait donc d’habiter pendant cinq ans en Suisse pour ne pas être imposé sur ces gains à son retour en Norvège. La taxe de sortie mettra-t-elle un terme à l’évasion fiscale des Norvégiens?

L’exode des super riches du pays a commencé par l’homme d’affaires et entrepreneur Kjell Inge Røkke. Il a quitté Oslo pour s’installer à Lugano. Depuis, deux bonnes douzaines de millionnaires du Nord lui ont emboîté le pas.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la