L'UDC Michaël Buffat en goguette à Paris
«Michel Sardou n'est ni de gauche, ni de droite»

Le conseiller national UDC Michaël Buffat est fan de Michel Sardou. Au point d'enchaîner deux concerts de l'auteur du «Temps des colonies», ce samedi et ce dimanche 17 mars, à Paris. Une passion uniquement musicale qui n'aurait rien de politique, précise le Vaudois.
Publié: 17.03.2024 à 13:07 heures
|
Dernière mise à jour: 17.03.2024 à 19:18 heures
Le conseiller national UDC vaudois Michaël Buffat est à Paris ce week-end. Au programme: deux concerts de Michel Sardou. Le conseiller national UDC vaudois Michaël Buffat est à Paris ce week-end. Au programme: deux concerts de Michel Sardou.
Blick_Antoine_Hurlimann.png
Antoine HürlimannResponsable du pôle News et Enquêtes

Cette fois, c’est la bonne. Après avoir soufflé le chaud et le froid ces dernières années, Michel Sardou tire sa (dernière) révérence ce week-end, avec deux concerts à Paris La Défense Arena. Michaël Buffat, fan absolu du célébrissime chanteur français, a fait le déplacement pour vivre les adieux de son idole. Insatiable, le conseiller national de l’Union démocratique du centre (UDC) vaudois a assisté au show de samedi et se prépare à enchaîner avec celui de ce dimanche 17 mars.

L’élu romand de 44 ans n’est visiblement pas le seul politique conservateur à être venu écouter «La maladie d’amour», «La java de Broadway», «Les lacs du Connemara» ou «Les bals populaires». En story sur Instagram, le polémiste d’extrême droite Eric Zemmour fredonne «En chantant» depuis les gradins.

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

«Zemmour était là? Je ne l’ai pas vu!», lance à Blick Michaël Buffat. Au bout du fil, ce dimanche matin, le cador qui siège sous la Coupole depuis 2015 recadre immédiatement la conversation. S’il a pris le train pour la capitale de l’Hexagone, c’est uniquement parce que la musique du septuagénaire le touche. «N’y voyez pas un acte politique, insiste-t-il. À mes yeux, Michel Sardou n’est ni de gauche, ni de droite. Je pense d’ailleurs qu’il n’en a plus rien à faire.»

Sardou, un chanteur pour tous?

Le parlementaire le plus à droite de la députation vaudoise à Berne, selon le rating Sotomo, raconte son histoire avec celui qui fut le grand ami — mais aussi ennemi — de Johnny Hallyday. «Je l’aime depuis toujours, glisse-t-il. Enfant, j’avais des cassettes de lui. On l’écoutait à la maison, dans la voiture… Ses chansons sont des vrais marqueurs temporels. Les entendre me replonge dans certaines périodes de ma vie.»

Le conseiller financier indépendant confie que ce dimanche soir sera la cinquième date de la tournée d’adieu à laquelle il participera. «J’ai vu Michel Sardou deux fois à Genève, une fois à Dijon et bientôt deux fois à Paris, liste-t-il. Je réserve immédiatement quand les billets sortent et je suis généralement toujours au premier rang.»

Que sa dernière escapade se soit faite en la compagnie de son collègue UDC valaisan Jean-Luc Addor n’y change rien. «Je connais bien son répertoire et je peux affirmer qu’il s’adresse à tout le monde, enchaîne Michaël Buffat. Certains aiment bien affubler Michel Sardou d’un costume de vieil homme de droite, mais je crois sincèrement qu’il n’en est rien.»

Publicité

Des textes très polémiques

Pourtant, plusieurs titres de l’artiste ont déclenché des polémiques ces dernières décennies, lui valant une étiquette de chanteur réactionnaire, sexiste ou xénophobe, souligne «Ouest-France». Une image encore renforcée par ses passages et coups de gueule répétés sur CNews, chaîne du milliardaire traditionaliste Vincent Bolloré.

Florilège des textes controversés. En 1973, dans «Villes de solitude», le Français chante: «J’ai envie de violer des femmes. De les forcer à m’admirer. Envie de boire toutes leurs larmes. Et de disparaître en fumée.» Dans «J’accuse», en 1976, il tonne: «J’accuse les hommes de croire des hypocrites moitié pédés, moitié hermaphrodites.» Enfin, dans «Le temps des colonies», en 1977, il gazouille: «Autrefois à Colomb-Béchar, j’avais plein de serviteurs noirs, et quatre filles dans mon lit, au temps béni des colonies […] Y a pas d’café, pas de coton, pas d’essence, en France, mais des idées ça on en a, nous, on pense.»

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Michaël Buffat concède que «deux ou trois chansons peuvent laisser penser que…». Sans toutefois être «représentatives de l'ensemble de l'œuvre». Surtout, toujours selon celui qui dit par ailleurs apprécier les voix de Patrick Bruel et Vianney, il faut séparer l’homme de l’artiste: «Ce sont des postures, avance-t-il. C’est vrai, il fait rigoler quand il taille Sandrine Rousseau (ndlr: une élue écologiste et féministe française) qui l’avait elle-même critiqué au préalable. Mais s’exprimer sur l’actualité n’est pas son rôle principal.»

Un fan… socialiste

L’élu à la Chambre basse revient à «l’essentiel». Même si le quasi-retraité semble désormais avoir un peu de peine à se déplacer, «sa voix était parfaite pendant tout le concert», jubile le natif d’Yverdon-les-Bains. Soudain, il s’illumine: «J’y pense maintenant! Vous voulez la preuve que Michel Sardou plaît à tout le monde? Allez sur le profil Facebook de Vincent Jacques.»

Publicité
Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

On s’exécute. Tiens, l’ancien syndic socialiste de Morges et député au Grand Conseil vaudois était apparemment aussi à Paris ce samedi. Le presque quinqua publie sur le réseau social de Mark Zuckerberg une photo du fameux concert et écrit, en légende: «Un bonheur intense.» Trois mots suivis de trois petits cœurs formés par des mains. Un sentiment largement partagé, il est vrai, par les quelque 400’000 spectateurs — de toutes les générations — venus dire au revoir au monstre sacré de la variété ces derniers mois.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la