Les critiquent fusent déjà!
Les CFF vont supprimer les cartes multicourses... et les composteurs orange

À partir de décembre 2025, il n'y aura plus de cartes multicourses. Par conséquent, les composteurs orange vont également disparaître.
Publié: 28.02.2024 à 11:39 heures
|
Dernière mise à jour: 28.02.2024 à 11:45 heures
1/2
Les CFF décident de supprimer les abonnements multitrajets et journaliers fin 2025.
Nicola Imfeld

Les CFF suppriment l'offre des cartes multicourses, indique une enquête récente de K-Tipp menée auprès des communautés tarifaires et des entreprises de transports publics. Elles ont fait savoir que les composteurs orange seront donc également désactivés en décembre 2025, avant d'être ensuite démontés.

La raison? Selon les CFF et d'autres entreprises ferroviaires et de bus, il ne vaut plus la peine de proposer des cartes à valider, car la demande est faible. Une affirmation qui paraît surprenante. En effet, l'année dernière, 6,3 millions de cartes à valider ont été vendues au total, comme l'a indiqué l'association des transports à K-Tipp. 

Durant la phase de transition, toutes les cartes de pointage vendues à partir de décembre 2024 devraient avoir une date d'expiration fixe: le 13 décembre 2025. Ainsi, celui qui achèterait une carte multicourses en août 2025, par exemple, ne pourra plus l'utiliser que pendant quatre mois. 

Les enfants sans téléphone portable sont confrontés à des problèmes

La suppression des cartes multicourses s'accompagne de critiques. Les enfants en âge d'aller à l'école primaire et ne possédant pas de smartphone pouvaient jusqu'à présent utiliser ces cartes de manière autonome. Mais à partir de décembre 2025, ils devront désormais acheter un ticket numérique avec leur téléphone portable. Or, selon les chiffres de l'Office fédéral de la statistique mis en avant par K-Tipp, 80% des enfants de moins de 7 ans et 66% des enfants de moins de 9 ans ne possèdent pas de téléphone portable.

Yvonne Feri, de l'association des mères et pères célibataires, se montre également très critique dans K-Tipp: "De nombreux enfants ne peuvent pas acheter de billet sur leur téléphone portable. Il est scandaleux que les CFF ignorent tout simplement cette réalité."

Les personnes plus pauvres sont également touchées par cette décision. Stefan Gribi de Caritas déclare à K-Tipp: "Les personnes pauvres ne peuvent souvent pas s'offrir de smartphone ou ne peuvent pas obtenir de carte de crédit auprès des banques." Peter Burri de Pro Senectute relève de son côté: "Les CFF rendent l'achat de billets de plus en plus difficile."

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la